Mr Eddy : A Bercy, 1997


A l’heure où il effectue un dernier tour de scène, après 50 ans de carrière, jalonnée de chansons devenues des classiques du répertoire de la chanson française, Claude Moine, alias Eddy Mitchell, va nous manquer. Vont rester ses albums et ses enregistrements live.
Celui de Bercy 1997, témoigne de son énergie, sa voix de velours, capable de chanter un rock endiablé comme un slow ou une chanson aux rythmes jazz.

Entouré de musiciens qui l’accompagnent depuis très longtemps,  Eddy Mitchell nous livre ici sur ce double cd, des titres comme des perles tels « Rio Grande », évocation de son Amérique à lui, autant qu’une évocation du cinéphile pointu qu’il est, « Un portrait de Norman Rockwell » évocateur de son goût pour la BD américaine, ou le très funky « Mr J.B. », en hommage à James Brown.
Mais les vieux titres ne sont pas en reste. Ainsi « Nashville ou Belleville, « La dernière séance », « Couleur menthe à l’eau », ou le fameux hymne qui clôture depuis longtemps chacun de ses concerts « Pas de Boogie Woogie ».
Tous ces titres, on les connaît, les a entendus, un jour ou l’autre.
Ce double live est un beau témoignage de l’éclectisme vocal et musical de ce chanteur si particulier.
Guillaume

Publicités

Publié le 26 octobre 2011, dans Chroniques, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s