40 ans après… un album ressuscité


pochette_rodriguezLa sortie française du film Searching for Sugar Man, le 26 décembre dernier, réalisé par Malik Bendjelloul, est l’occasion de redécouvrir Sixto Diaz Rodriguez, ce chanteur-compositeur mal aimé qui n’aura composé que deux albums : Cold fact en 1970 et Coming from reality en 1971.

Cela m’a donné l’envie de réécouter Cold fact, qui est un véritable chef-d’oeuvre. Si vous ne le connaissez pas, à découvrir impérativement. C’est la perle improbable du folk psychédélique des années 70.

Je ne suis pas une inconditionnelle de cet artiste, né à Detroit, fils d’immigrés mexicains, reconnu à l’époque uniquement en Afrique du Sud, puis en Australie. Ce personnage m’insupporte même un peu, mais cet album est une merveille, je le range à côté de mes Dylan.

Quand je l’ai écouté lors de sa réédition en 2008, j’ai cru à une plaisanterie, je ne pouvais imaginer qu’un tel album soit passé complètement inaperçu.  Sa voix à la Donovan, ses protest-songs, ses textes engagés, passent aujourd’hui pour complètement anachroniques. Mais Sugar Man, ou mieux encore Hate Street Dialogue sont des morceaux à retenir et à ne  surtout plus oublier.

Michèle

Publicités

Publié le 23 mars 2013, dans Chroniques, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s