Avishai Cohen, du jazz au classique.


Avishaï Cohen, contrebassiste israélien débarqué sur la planète jazz, en 1998, possède une discographie riche de déjà 18 albums ! Le dernier en date, fraîchement sorti, s’intitule Almah. Là où il nous avait habitué à se produire en trio ou en quintet, ici il s’entoure d’une formation élargie avec une section de cordes (violon, violoncelle, viola), un hautbois. Le fruit de cet élargissement instrumental donne à Almah une couleur particulière, où la musique touche aux frontières du classique.

Souvent très mélancolique et s’apparentant parfois à des morceaux écrits pour des films, les ambiances ici livrées sont très ciselées. L’apport des cordes et du hautbois notamment offre un éclat particulier aux compositions de Avishaï Cohen. Loin de tirer la couverture à lui, le contrebassiste se fond dans l’ensemble instrumental. De « Overture Noam, op.1 » à  » Kumi Venetse Hasadeh » (seul morceau où il pose sa voix), le chemin musical offert est un plaisir de chaque instant.

A savourer, tranquillement.

Guillaume.

Publié le 30 décembre 2013, dans Chroniques, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :