Archives Mensuelles: février 2015

On attend le suivant


Il y a un an, je vous parlais de l’album Everest de Girl in Hawaii, un album empreint de deuil, si triste, et si bouleversant. Les voilà revenus avec un album Hello strange, un live très travaillé, enregistré lors d’un concert à Louvain-la-Neuve en octobre 2014.

Nos 6 belges ont présenté des chansons issues des quatre précédents albums, complètement réinterprétées, réarrangées, revisitées. L’utilisation  d’une contrebasse, d’un vibraphone, d’un harmonium indien…, donne un nouveau relief, une relecture de leurs morceaux.

Cet unplugged montre leur maturité et leur fragilité, il marque une sorte de bilan musical. Il leur fallait sûrement en passer par là pour se tourner vers l’avenir, et nous donner une nouvelle orientation et enfin un nouvel album, que nous attendons avec impatience !!!

Michèle.

 

 

Lavilliers, le stéphanois devenu un classique.


AcoustiqueLavilliers2_pochetteBernard Lavilliers, le stéphanois qui a baroudé autour du monde depuis sa jeunesse, devenu un chanteur toujours prompt à dénoncer des injustices, mettre le doigt sur une situation ou un pays oublié, fait partie du paysage de la chanson française depuis 1968, date de son premier album « chanson pour ma mie ».

A bientôt 70 printemps (il les fêtera l’an prochain), la crinière d’hier laissant place désormais à une chevelure blanchie, celui qui s’était un peu effacé des lumières de la ville, tout en continuant de remplir les salles,  nous revient avec un album en mode acoustique, entouré de voix amies (Oxmo Puccino, Jean-Louis Aubert, Catherine Ringer), pour revisiter quelques unes de ses chansons devenues des classiques.

Tous les thèmes chers à cet artiste-voyageur du monde sont ici présents : Le monde ouvrier « Saint-Etienne », « Mains d’or », « Fensch Vallée », l’enfance dans la guerre « Petit », le racisme avec « Melody tempo harmony », la nuit, la solitude, ici chantée en duo ave Catherine Ringer, les voyous dans les « Barbares »avec Oxmo Puccino, la prison avec sa « Betty », la violence urbaine avec « Traffic », la jeunesse désenchantée avec « On the road again » en duo avec Jean-Louis Aubert.

Alors, amoureux de l’artiste, ou simplement désireux de découvrir cette voix, cette plume, n’hésitez pas ! ce disque vous tend les bras, saisissez-le !!

Guillaume.

 

Serait-ce une fée ?


pochette-Cécile-CorbelEn octobre 2014, Cécile Corbel nous proposait son 5ème album studio. Pour être honnête je ne la connaissais qu’en tant qu’interprète du thème principal du dessin animé japonais Arrietty : le petit monde des chapardeurs qui lui a valu une renommée internationale, et aussi interprétant la musique de Terre des Ours de Guillaume Vincent. Quand j’ouvre cet album La Fiancée, je vois déjà une belle pochette, avec un livret à l’intérieur : des textes en français très beaux, très poétiques. Je me décide enfin à l’écouter : et là me reviennent des souvenirs, certains repères tels que la voix d’Ana Torroja, la chanteuse du groupe espagnol Mecano, célèbre dans les années 80-90, une ambiance à la Angelo Branduardi des années 70-80, une folk bretonne des années 70.

Mais plus les chansons se suivent plus mon opinion pas très favorable du début se modifie, s’atténue, je suis de moins en moins catégorique. Nous sommes attirés malgré nous dans un univers particulier, fait d’elfes, de Moyen-Âge, de poésie, d’harmonie. Un monde d’héroïnes de fantasy.

Sans être complètement convaincue, je suis quand même charmée par cette Finistérienne auteur-compositrice, harpiste, chanteuse au don incontestable. Elle est à côté de notre époque, c’est ce qui déroute et ce qui fait son charme. A découvrir.

Michèle

 

Il est temps…


Junior-Tshaka-Il-est-temps Saurons-nous écouter la vision optimiste véhiculée dans les chansons de ce cd? Greg Frascotti alias Junior Tshaka est un auteur, compositeur, interprète suisse. Il a longtemps été le chanteur du groupe Akamasse avant de décider de mener une carrière solo.

Dans cet album il nous propose sa vision humaniste du monde : amour, respect, liberté. Il jette un regard acéré et circonspecte sur ce monde qui part à la dérive.

Mais il croit en la nature humaine et nous le dit « nous sommes tous les enfants de la terre » , « Il est temps de s’unir et d’avancer ensemble ». Une belle leçon, il est grand temps de croire et d’appliquer  ce message de paix qui date déjà de 2009.

Françoise

Happy birthday, Lady Day !!


BillieHoliday_image

Née en 1915 à Baltilmore (USA), Eleanora Fagan, plus connue sous le nom de Billie Holiday, partie à seulement 44 ans en 1959, aurait eu 100 ans en avril prochain!

L’occasion de revenir sur le parcours riche mais hélas trop bref de cette immense artiste, de cette voix magnifique, considérée comme l’une des 3 grandes voix du jazz vocal féminin, avec Ella Fitzgerald et Nina Simone. Reconnue pour son sens rythmique impeccable, son articulation lente, elle amène l’interprétation des chansons de façon totalement novatrice, y incluant un aspect théâtral, vécu, qui sera sa marque, faisant merveille lorsqu’elle chante le blues ou les chansons d’amour.

Après un début de marquée par un père qui ne la reconnait pas à sa naissance, puis par la prostitution, ce qui lui vaudra un séjour en prison, Billie Holiday verra son horizon s’éclaircir à sa sortie… Après une audition dans un cabaret de Harlem, elle est embauché comme chanteuse, multipliant dès lors les cachets, les engagements dans d’autres clubs.

Sa rencontre avec le producteur John Hammond  (Columbia) en 1933, va changer sa vie. Ce dernier va lui présenter Benny Goodman, avec qui elle enregistrera une session studio qui la lancera dans le milieu du jazz, puis sur les scènes. Elle accumule alors les rencontres artistiques marquantes : Lester Young, qui lui donnera son surnom de « Lady Day », Bobby Hutcherson, Fletcher Henderson, puis en 1935 Duke Ellington, Ben Webster, Teddy Wilson.

Devenue une grande vedette du jazz vocal féminin, elle sera la première chanteuse noire accompagnée par un orchestre de musiciens blancs, celui de Artie Shaw. « Strange fruit », son titre phare, est en fait un poème écrit pour elle. Il est considéré comme le premier titre dénonçant le racisme, la ségrégation régnant alors dans le sud des Etats-Unis. Première chanteuse noire à se produire au célèbre Metropolitan de New-York, elle effectuera en 1954, sa première tournée européenne, se produisant notamment Salle Pleyel à Paris. De retour aux Etats-unis, elle chante à Carnegie Hall, autre lieu mythique de la musique à New-York.

En 1958, un an avant sa mort, elle fait sa dernière apparition en France, à l’Olympia.

A 44 ans seulement, sa voix s’éteint, fatiguée des excès subis (drogue, cigarette, alcool). Elle laisse un répertoire riche, unique, qui encore aujourd’hui, sert d’inspiration aux chanteuses de Jazz, telles que Dee Dee Bridgewater, Cassandra Wilson, Dianne Reeves.

Guillaume.

Gémini


Adrien-Gallo-GeminiLe chanteur des BB Brunes, Adrien Gallo a décidé de mener une carrière solo. Pour cela il a réalisé cet opus en se fondant dans un univers proche de celui de Gainsbourg, coloré comme celui d’Etienne Daho. Mais Gainsbourg est omniprésent tout au long de ce cd. Trop sûrement, trop de chuchotements, trop de longueurs et de langueur, on se lasse vite du côté édulcoré. Rien à voir avec l’ambiance des BB Brunes…..

Françoise

Quand le rock donne de la Voix !!


Le rock, apparu dans les années 50, a depuis, vu arriver, débuter des chanteurs qui ont marqué le genre de leur empreinte vocale.

Si Elvis Presley a tout révolutionné au milieu des 50-60,  par son attitude scénique, mais également par sa voix grave, les décennies suivantes (70’s-80’s-90’s) ont également vu apparaître des vocalistes de talents, à forte personnalité, qui vont influer sur l’univers musical, visuel, sonore, de leurs groupes : Je pense ici à Peter Gabriel (Genesis), Fish (Marillion), Mick Jagger (Rolling Stones), Rogers Waters (Pink Floyd), Mark Knopfler (Dire Straits), Klaus Meine (Scorpions), Freddie Mercury (Queen), Ozzy Osbourne (Black Sabbath). D’autres comme David Bowie, Elton John, ont fait chemin en solo. Chacun d’eux possède un timbre immédiatement reconnaissable, une signature vocale.

Au départ, les chanteurs n’étaient pas autant mis en avant (sauf exceptions) qu’ils le furent dans les décennies suivantes, puisque considérés avant tout comme membre à part entière d’un groupe. Au tournant des années 70, tendance qui s’affirme dans les années 80,  les chanteurs deviennent de vrais leaders de groupe, des leaders de scène à égalité avec les guitaristes.

Certains devenus trop à l’étroit au sein de leur formation originelle, prendront le chemin d’une carrière solo tels Phil Collins, Fish, Peter Gabriel, Mark Knopfler, George Michael, Ozzy Osbourne, Robert Plant ou Roger Waters.

Que vous aimiez le rock planant, le hard anglo-saxon, la pop anglaise, ces chanteurs vous replongeront sans doute avec délice dans de jolis souvenirs !

Guillaume.

Deus : 1994-2014


pochette_DeusA la fin de l’année, le groupe belge Deus nous proposait une compilation Selected song, qui résume parfaitement la carrière du groupe d’Anvers.

Ce double album marque leur 20ème anniversaire, aucun inédit, et ce cd s’il n’est pas chronologique, est un album restrospectif. Une alternance de morceaux dynamiques et plus doux, des tubes et des morceaux moins connus.

Pour les personnes ne connaissant pas Deus, vous avez là un condensé de leur carrière, de leurs styles : rock alternatif, punk, pop, et parfois même jazz… reflets des va-et-vient des musiciens qui l’ont composé.

Deus, c’est le groupe du chanteur Tom Barman.

C’est l’occasion de redécouvrir entre autres leur premier single Suds & soda, ou d’écouter le seul morceau interprété par Barman en français Quatre mains

Michèle

 

 

Trobairitz


trobaConnaissez vous le féminin de troubadour ? Troubadouresse, en occitan cela se dit : trobairitz. Le terme désigne ces femmes qui, entre 1150 et 1250, non seulement écrivaient chansons et poèmes, mais avaient le front de les signer de leur  nom plutôt que d’un pseudonyme masculin. On les retrouve surtout dans les cours occitanes et elles sont les premières compositrices de musique profane occidentale. Il reste bien peu d’écrits des trobairitz (une trentaine d’écrits environ) et encore moins de leur production musicale, puisque seule la partition de « A chantar m’er de so que no volria », de la comtesse de Die, a traversé les siècles. Les écrits poétiques des troubadours et trobairitz étaient des cansos (chanson), des tensons (dialogue entre deux ou trois poètes, soit entre femmes ). Osez faire une escapade dans cette époque lointaine …..

Françoise

%d blogueurs aiment cette page :