Trobairitz


trobaConnaissez vous le féminin de troubadour ? Troubadouresse, en occitan cela se dit : trobairitz. Le terme désigne ces femmes qui, entre 1150 et 1250, non seulement écrivaient chansons et poèmes, mais avaient le front de les signer de leur  nom plutôt que d’un pseudonyme masculin. On les retrouve surtout dans les cours occitanes et elles sont les premières compositrices de musique profane occidentale. Il reste bien peu d’écrits des trobairitz (une trentaine d’écrits environ) et encore moins de leur production musicale, puisque seule la partition de « A chantar m’er de so que no volria », de la comtesse de Die, a traversé les siècles. Les écrits poétiques des troubadours et trobairitz étaient des cansos (chanson), des tensons (dialogue entre deux ou trois poètes, soit entre femmes ). Osez faire une escapade dans cette époque lointaine …..

Françoise

Advertisements

Publié le 2 février 2015, dans Chroniques, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s