Bowie, caméléon musical


DavidBowie2_image A l’heure où une exposition est consacrée à David Bowie, dans les murs de la Nouvelle Philharmonie, à La Villette (jusqu’à fin Mars 2015), il est bienvenu de s’arrêter sur cet artiste versatile, personnalité excentrique, complexe, cultivant avec un art savant le mystère.

Depuis 40 ans, il a construit une œuvre  discographique bien remplie, séduisant un public toujours plus nombreux depuis plus de 40 ans. Outre la musique, Bowie aime à explorer la peinture, la photographie, le cinéma.

Arrivé sur la scène musicale en 1967  avec « David Bowie« , il éclatera vraiment avec les deux albums suivants « Space Oddity » (1969), « Ziggy Stardust« (1972). Il se fit connaître aussi par ses spectacles très originaux, théâtraux, accompagnant un  univers Glam-rock très à la mode au début des 70’s. A cette période, il collabore également avec Iggy Pop, Lou Reed, en produisant leurs albums. .

Après des succès discographiques avec les albums « Heroes » en 1977, « Scary Monsters » en 198o, « Let’s Dance » en 1983-souvenez-vous de « China Girl ») à travers des titres comme « Ashes to Ashes », Let’s dance », ou en duo avec Mick Jagger pour une reprise de « Dancin’ in the street », il fait la rencontre du musicien-producteur Brian Eno, porté sur les musiques électroniques et les sons d’ordinateurs. Début des années 90, David Bowie change de cap, intègre le groupe Tin Machine, avec qui il enregistrera « Black Tie White Noise » (1989), qui ne laissa pas un souvenir impérissable. Retiré de la scène depuis la dernière tournée mondiale de 2003-2004, Bowie reste une icône, un modèle, une figure emblématique du rock britannique.

Côté cinéma, s’il a commencé dès 1967 à tourner des films, le public retient surtout ses 2 beaux rôles dans des films aux univers très différents (« Les Prédateurs » et « Furyo » en 1983). Plus tard viendront « Absolute Beginners » en 1986, « Basquiat » en 1996- il y joue le rôle d’Andy Warhol-.

Ce touche à tout de génie, artiste inclassable à la voix si particulière, devenu plus que discret, reste une référence musicale pour la génération rock d’aujourd’hui.

Guillaume.

 

Advertisements

Publié le 14 mars 2015, dans Chroniques, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s