The Blues is Cryin’…


BBKing_imageA 89 ans, Riley B.King, alias BB King, aussi surnommé le « King of the Blues » a tiré définitivement sa révérence. Né en 1925 dans le Mississippi, il fut d’abord esclave dans les champs de coton puis conducteur de tracteur (une fierté qu’il racontera des années plus tard), celui qui incarna le Blues plus que tout autre musicien, fut un ambassadeur de la cause afro-américaine aux Etats-Unis,  influençant plusieurs générations de musiciens (Eric Clapton, John Mayall, Jeff Beck, Jimmy Page, Keith Richards, Buddy Guy, Robert Cray, Rolling Stones, U2…) laisse derrière lui un héritage musical immense, une trace très importante dans l’histoire de la musique noire américaine.

Durant sa carrière, qu’il a démarré à 15 ans, remarqué lors de ses passages dans l’émission de radio animée par l’harmoniciste Sonny Boy Williamson, BB King débuta très vite sur scène, sur laquelle il joua jusque 300 concerts par an pendant des années.

Devenu une référence du genre, aux côtés de Freddie & Albert King (aucun lien de parenté), de John Lee Hooker, de Buddy Guy, BB King a su développé un style, un son, reconnaissables dès la première écoute, mais il ne jouait jamais les accords des morceaux interprétés!. Il fut redécouvert  par un nouveau public, dans les années 80, lorsque les Rolling Stones, Eric Clapton ou encore U2 le firent venir sur scène lors de leurs tournées.

Personnellement, j’ai découvert BB King sur 33 tours (oui je sais, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre), avant d’avoir le plaisir de le voir en scène, en 1985, à l’Olympia, venu faire un duo avec le guitariste irlandais Gary Moore, qui après des années passées à jouer du hard rock, était revenu à ses premières amours musicales : Le Blues. Lorsque BB King apparu sur scène, Gary Moore est redevenu un enfant réalisant un rêve. Il côtoyait enfin son idole. Le moment fut absolument délicieux. Le duo, magique, inoubliable!

J’ai eu la chance de revoir BB King quelques années plus tard, dans le cadre du Festival Banlieues Bleues. Soirée magnifique, avec une légende qui ce soir-là était en très grande forme. Il maniait sa fameuse guitare qu’il nomma dès le début »Lucille » avec une dextérité, une aisance déconcertante. Bien sûr, outre sa virtuosité à la guitare, BB King avait une voix, chaude, profonde, parfois plaintive, une voix qui racontait le Blues, son histoire, l’histoire du peuple noir aux Etats-Unis.

Auteur de titres comme « The Thrill is gone », « 3’o clock blues », ou du célèbre « Every day I have the blues », BB King nous laisse un bel héritage, au moment où il rejoint les Hooker, Freeddie et Allbert King, Albert Collins, mais aussi Johnny Winter, au Panthéon du Blues.

Guillaume.

 

Advertisements

Publié le 28 mai 2015, dans Chroniques, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s