JMJ, créativité à bout de souffle !


JMJ_imagePour son retour discographique, Jean-Michel Jarre nous livre « Electronica : 1 The Time Machine« . Et comme toujours il a voulu faire les choses en grand : 16 titres(!), et autant d’invités à cette aventure… Homme de pari(s), Jarre veut nous en mettre plein les oreilles… Mais quantité rime rarement avec qualité durable.

Lui qui fut un novateur musical au tournant des années 70-80, nous livre ici un album qui, s’il s’ouvre sur le dansant (non je n’ai pas dit musique de Club… mais NON!) « Time Machine », revisite en près de 4 minutes tout ce qui a rendu JMJ populaire dans le monde entier, nous gâche le plaisir dès le second morceau…. qui annonce une suite de collaborations variées avec des figures aussi diverses que le duo électro français Air,  le groupe allemand Tangerine Dream, les américains Moby et Laurie Anderson, le pianiste classique chinois Lang Lang, et même le vétéran anglais guitariste des Who, Pete Townsend !! Quel assemblage hétéroclite!

La volonté de Jean-Michel Jarre, dans ce projet, était d’assembler différentes générations d’artistes ayant été des inspirations pour lui, ayant marqué l’histoire de la musique électronique, hier comme aujourd’hui. En y ajoutant des musiciens possédant la même vision que lui de la musique. Vaste programme, belle idée au demeurant !! mais pour moi, la magie n’opère pas, le voyage musical s’avère décevant, la musique offerte à nos oreilles s’avérant être un conglomérat sans saveurs, sans émotions, avec un son « froid », les compositions s’enchainant sans jamais procurer l’envie de s’arrêter, de réécouter. Electro dansante, ambiance asiatique, musique de relaxation, tout y passe!!! JMJ n’a plus de potion magique dans sa besace! et ça s’entend!!!!

A se demander ce que ces invités sont venus faire dans cette galère musicale, aux côté d’un musicien en perte de créativité. Ce disque me donne le sentiment que JMJ n’a plus rien à proposer d’innovant, de frais. Entre la nostalgie affichée aux côtés des précurseurs du genre, et le besoin de continuer à exister en s’associant aux côtés des grands noms du moment, le constat est là : JMJ est passé de mode.

Cet album plaira sans doute aux nostalgiques, adorateur du Jarre première et seconde époques (1980-1990’s).. Pour les autres, il est totalement dispensable.

Guillaume.

 

 

Publicités

Publié le 20 février 2016, dans Chroniques, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Bonjour Guillaume,

    J’ai écouté ce cd et le fait est que je suis, comme toi « resté sur ma faim » !!! Très décevant.
    Comme tu l’écris si bien, album froid, sans étincelle alors qu’il a avec lui, des « pointures » de la musique électronique.
    SNIF !! SNIF !!
    Je pense qu’il s’est fait un p’tit plaisir (égoïste ??) de jouer avec ces (ses ??) monstres sacrés.
    Maintenant, lorsqu’un « vieux de la vieille » sort un album, je tremble !!!!!
    Exemple : le futur cd de Mr Michel POLNAREFF.

    Cordialement,
    EIREM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s