Les Soulections #7 : Leela James


Il est parfois des coups du destin, qui sur le moment peuvent paraître dramatique et qui ne sont, en réalité qu’une étape, dans le chemin de quelqu’un, c’est probablement ce que la jeune Leela James a dû se dire quand elle s’est blessée au genou alors qu’une belle carrière d’athlète lui était promise… Heureusement pour elle (et pour nous) la jeune Californienne avait d’autres atouts dans sa manche, elle possède une voix hors du commun et malgré qu’elle ait chanté déjà plus jeune dans les églises, ce n’était pas son premier objectif.

La carrière musicale de Leela James débute en 2005 avec “A change is gonna come”, un album construit comme un hommage à la Soul des années 60/70, le titre est d’ailleurs le même que l’un des morceaux les plus connus de Sam Cooke. L’album est produit par des gros noms de l’industrie tels que Wyclef des Fugees, Raphael Saadiq ou encore Kanye West, c’est un succès instantané pour James.

La Warner pense tenir une pépite, mais c’est sans compter sur l’esprit libre de l’artiste qui décide de signer chez un petit label nommé Shanashie et d’avoir encore plus de liberté artistique, elle sort pour eux “Let’s do it again”, un disque composé uniquement de covers, pas original, me direz-vous? Oui, sauf que Leela a une telle capacité à imposer son style et à s’approprier les morceaux qu’on en oublierait presque qu’elle n’en est pas l’auteur, sa reprise du “It’s a man, man, man’s world” de James Brown est juste incroyable, mais ma préférée est sans aucun doute “Clean up woman”, au moins aussi bien que l’original!!!

Pour “My soul”, Leela James change de nouveau de label et signe chez le légendaire Stax, le principal concurrent de la Motown pendant la période dorée de la musique Soul. C’est un album assez court, pas forcément son meilleur, même si ça reste un disque très correct, c’est pour moi le moins marquant, à l’exception de “Mr incredible – Mrs Unforgettable” avec Raheem Devaughn et “Tell me you love me” qui font partis de mes morceaux favoris de Leela.

Ensuite, elle nous propose un album hommage à la grande Etta James, qui contrairement à ce qu’on peut lire, n’est pas sa grand mère, Leela est tout simplement une grande fan d’Etta et souhaitait rendre un hommage à son immense carrière, aussi risqué que cela puisse être de s’attaquer au répertoire d’une telle légende, Leela s’en est plutôt bien sorti.

En 2014, sort son 5ème album “Fall for you” avec le track que je préfère de Leela, “Say that” en duo avec l’un de mes autres artistes préférés, Anthony Hamilton, j’ai d’ailleurs souvent tendance à comparer ces deux monstres de la Neo-Soul car non seulement ils ont deux des voix les plus puissantes du circuit, mais ils ont aussi cette capacité à produire des disques que l’on peut écouter sans sauter une piste, c’est aussi deux des chanteurs qui sont, selon moi, le plus dans l’esprit de la soul des années 70 et ça, je ne peux que valider!!!

Enfin, cette année et sorti “Did it for love”, que nous avons mis en avant à la médiathèque et qui est une nouvelle fois une réussite, alors n’hésitez plus, courez emprunter ce disque et en attendant, je vous propose une petite sélection de mes morceaux favoris.

Laurent

Publicités

Publié le 4 décembre 2017, dans Les Soulections, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s