Archives du 17 décembre 2019

Irene Dresel, la techno en douceur.


Samedi 14 décembre, après avoir assister à la conférence avec Eric Tandy puis au concert d’Estelle Meyer à la médiathèque Louis Aragon (un superbe moment, entre douceur et chaleur humaine), les plus courageux-geuses ont rejoint la foule qui sera venue écouter Irène Dresel à l’Espace Gérard Philipe. Cette jeune femme, au look de Judith Henry (actrice française qui a un peu disparu des radars), proposera au public présent une techno très aérée, un brin sophistiquée.

Elle aussi passée (et diplômée ) par les Beaux-Arts, Irène Dresel n’hésite pas à concocter une recette musicale qui attire le spectateur autant qu’elle peut parfois le repousser. Si l’écoute s’avère parfois un exercice de style, aller « rencontrer » l’artiste sur scène relève toujours du meilleur moyen de juger.

Depuis ses débuts, Irène Dresel a eu l’occasion de fouler les planches de différents festival comme le Printemps de Bourges, Fnac Live, Nuits Secrètes. Autant d’occasion de conquérir, d’élargir son audience, de présenter sa musique, captivante autant que spatiale. Elle a également joué dans de grands salles tels des Zénith, à l’occasion de première partie d’artistes comme Rone.

Irène Dresel, qu’elle soit seule en scène, ou peut-être en duo avec le percussionniste Sizo de Givry, nous offrira son univers technoïde, fait de beat répétitifs, un rien allégoriques, qui parfois vous emmène dans des songes.

Cette musicienne-productrice, retirée du monde parisien pour le calme apaisant de la campagne, a néanmoins produit ces dernières années pas moins de 2 EP (« Rita » en 2017 ; « Icône » en 2018 ), et un album, paru au printemps 2019, « Hyper Cristal », qu’elle nous présentera à l’occasion de ce festival. Mélange de basse très présente et de nappes synthétiques quasi hypnotiques, le style de Irène Dresel est là. Désireux de nous attraper, de nous emmener, de nous transporter, le temps d’un disque, d’un concert.

Guillaume.

%d blogueurs aiment cette page :