Archives d’Auteur: Carine

Le duo Enhco/Serafimova, ou Mozart en marimba…


COVER-FINAL-WEB-CARRE-BDC’est avec étonnement que j’ai écouté les premières notes de l’album de Thomas Enhco et Vassilena Serafimova  qui s’intitule « Funambules ».

Un duo piano et marimba totalement déroutant. Tous deux interprètent ensemble plusieurs morceaux classiques (Mozart, Fauré, Sain-Saëns…), du jazz, un peu de contemporain, mais aussi quelques compositions.

L’association totalement inattendue entre le piano et ce xylophone africain apporte une originalité incroyable à la musique.

Un mariage des sonorités improbable et qui fonctionne à merveille. La rondeur du son du marimba casse finalement les codes des morceaux auxquels nos oreilles sont habituées, et ce quel que soit le genre musical.

A l’image de la pochette de leur album, ce duo nous transporte dans un univers parallèle, lunaire, flottant entre deux mondes.

De quoi vous décrocher de la réalité. Une belle découverte.

Pour en savoir plus sur Vassilena Serafimova

Pour en savoir plus sur  Thomas Enhco

J’veux du soleil… La playlist


visuel playlist soleil-page001En ce mois de mars, arrive enfin la fin de l’hiver et la perspective de douceur, et qui sait de quelques rayons de soleil… Alors pour faire le plein de vitamine D, de positivité, et pour faire venir l’astre des beaux jours, voici notre playlist du mois de mars « J’veux du soleil ! ».

Bonne écoute !

Carine

 

Tété revient, l’air de rien…


les-chroniques-de-pierrot-lunaireMe voici, casque sur les oreilles, écoutant les mélodies du dernier album de Tété, « Les Chroniques de Pierrot Lunaire ». Retour aux sources du musicien et chanteur. Et je repars quinze ans en arrière, à l’époque de son premier album « L’Air de rien ». Je me laisse bercée par la douceur de sa musique, une sensibilité acoustique vraiment touchante. J’ai suivi son actualité musicale au fil des ans, mais je ne retrouvais pas cette émouvante et profonde limpidité de ce premier album.

J’apprécie beaucoup ce dernier opus. Un petit coup de cœur pour le blues du Soleil de Minuit et Persona non grata, évoquant la difficulté de l’artiste face à la page banche.

Comment interpréter le titre de cet album : devoir affronter la dualité du monde, faire face à certaines et difficiles réalités, alors que l’on voudrait se réfugier, dans les rêves et la douceur de la lune, la contemplation et la beauté. On rêve tous d’un monde parfait !

Un très agréable moment musical…

Carine