Archives d’Auteur: Guillaume

Treïma, duo en devenir…


Samedi 25 février dernier, le duo Treïma, composé de Leïla Serouge (qui a grandi à Fontenay) au chant, et de Mickaël à la guitare, est venu offrir, durant 45 minutes, à l’espace musique de la médiathèque, une jolie prestation toute en maitrise et simplicité, à travers un répertoire composé uniquement de standards du jazz, de la pop, du reggae, ou de la soul music.

Formé voilà un an et demi, ce duo très complémentaire a offert au public présent (petits et grands) les versions revisitées de chansons telles « Route 66 » de Nat King Cole, « Sitting on the dock of the bay » d’Otis Redding, « Talkin about a revolution » de Tracy Chapman, « The preacher Man » d’Aretha Franklin, « Suddenly I see » de KT Tunstall, « Royals » de Lorde, « Come » de Jain, « Beat it » de Michael Jackson, »These boots are made for Walkin » de Nancy Sinatra, « Redemption song » de Bob Marley. Le phrasé sans hésitation de Leïla Serouge, soutenu, secondé, accompagné par Mickaël à la guitare acoustique, donnèrent une couleur nouvelle à ces standards, et c’est très bien ainsi. Le petit bémol à mes yeux, c’est que le répertoire ne contient pas de reprise de standards… français! Jouant parfois dans les bars et restaurants, il est leur plus aisé de proposer une prestation strictement en anglais.

Treïma a d’autres projets pour les semaines et mois à venir, comme une formule à 5 (guitare-voix-basse-batterie-claviers). Le répertoire est en préparation. Excellente nouvelle!

Alors si vous apercevez un annonce de concert de ce jeune duo prometteur, allez-y les yeux fermés, vous passerez un joli moment!

Vous pouvez aussi les suivre sur leur page dédiée : https://www.facebook.com/treima.musique/

Guillaume.

 

 

https://www.facebook.com/treima.musique/

 

Tony Iommi, Prince du Sabbath Noir.


tonyiommiFrank Anthony Iommi dit Tony Iommi, guitariste anglais né à Birmingham en Angleterre, au caractère ombrageux (comme son collègue de Deep Purple, Richie Blackmore) et légendaire du groupe de hard-rock/heavy metal Black Sabbath, est un guitariste discret, voire secret, mais l’une des figures les plus marquantes du Hard-rock depuis les années 70’s.

Au sein du quatuor Black Sabbath, fondé en 1969, il a posé les bases du Heavy-Métal dans les années 70, aux côtés du chanteur Ozzy Osbourne, du batteur Bill Ward, et du bassiste Geezer Butler. 4 gaillards réunis pour servir la cause de ce qui serait le Heavy Metal, style musical qui fera des petits.

Guitariste qui faillit ne jamais l’être, la faute à une presse hydraulique qui lui sectionna 2 doigts à la main droite à l’âge de 17 ans seulement! Il trouva l’ingénieuse ressource de se fabriquer une prothèse en plastique, ce qui lui permit de jouer et donna à son jeu un style particulier, un son unique. Tony Iommi a influencé quelques-uns des plus grands guitaristes qui se sont révélés dans les années 80, 90… parmi eux, James Hetfield, chanteur-leader du groupe Metallica, Brian May, orfèvre de la 6-cordes au sein du groupe Queen, Gene Simmons, bassiste-chanteur de Kiss, ou encore Edouard « Eddie » Van Halen, le flying Dutchman de la guitare du groupe … Van Halen. Et j’en oublie forcément….

Sur scène, Tony Iommi apparaît immuablement vêtu d’une veste noire à frange renforçant son côté sombre, ténébreux, sans oublier une croix celte portée en pendentif, le moustachu guitariste laissait Ozzy Osbourne délirer, mener le show, embarquer les foules, pendant que lui se contentait de laisser parler sa Gibson SG… noire bien sûr! Outre Osbourne, Tony Iommi a côtoyé d’autres grands vocalistes tels que Ronnie James Dio (album « Heaven and Hell », 1980), Glenn Hughes (sur l’album « Black Sabbath featuring Tony Iommi : The Seventh Star », voire même Ian Gillan (sur « Born Again », album sorti en 1983), le mythique chanteur de Deep Purple.

En groupe, avec Black Sabbath puis Heaven & Hell, ou en solo, Tony Iommi laisse a posé sa griffe sonore sur une trentaine d’albums. De quoi découvrir ce guitariste hors-pair, unique!

Mes albums préférés : « Black Sabbath » et « Paranoid » (1970) ; « Never say die » (1978) ; « Mob Rules » (1981).

Guillaume.

 

 

 

Quand le Classique et le Hard-rock font bon ménage!


amphibiaQui n’a pas déjà entendu le morceau « Le Printemps« , concerto pour violon n°1 Op.8 en mi majeur composé par Antonio Vivaldi, violoniste et compositeur né à Venise en 1678 ? Peu de gens en vérité, entre les  mélomanes adeptes du célèbre compositeur italien, et la plupart des gens dans un passé récent, grâce aux plateformes de renseignement téléphonique, où, lors des mises en attente, ce sempiternel morceau est servi à nos oreilles pour nous faire patienter avant d’obtenir enfin le droit de parler à l’interlocuteur-trice recherché(e). Ce « Printemps » fait bien sûr partie des « 4 saisons » (avec « L’Eté », « L’Automne », « L’Hiver », ensemble de concertos pour violon, composé par Vivaldi.

Ainsi Uli Jon Roth, ex-guitariste de Scorpions (voir les premiers albums des gars de Hanovre, notamment Tokyo Tapes 78) fut le précurseur du genre métal-classique dans les années 70’s et 80’s (voir son album intitulé « Metarmorphosis of Vivaldi IV Seasons »). Régulièrement, les guitaristes de rock, spécialement de hard-rock, s’attaquent à des morceaux du répertoire classique. Au début des années 80’s est apparu Yngwie Malmsteen, jeune virtuose suédois, influencé très tôt par la découverte de Paganini, Bach et…. Vivaldi.  Son style virtuose, rapide, précis, a révolutionné en partie la façon de jouer des ses confrères, leur montrant qu’il était aussi possible de s’attaquer à des œuvres de compositeurs classiques.  Dans l’extrait ci-dessous, le génial suédois nous donne un aperçu de son talent!

malmsteen

En France, dans les années 80, si les groupes de Hard-rock talentueux se font une jolie place au plan hexagonal, les guitaristes de talent ne sont pas nombreux à cette époque là : Nono (Trust), est à lui seul le représentant d’un genre, et d’une virtuosité. Aussi lorsqu’en 1996, je découvris l’album « Amphibia » du guitariste Patrick Rondat, sur lequel figure une collaboration avec le fils de Maurice Jarre, Jean-Michel (vous savez l’homme des albums « Oxygène », « Champs Magnétiques » et j’en passe), je fus surpris de voir figurer un morceau intitulé « Vivaldi Tribute ».

Quid de Patrick Rondat et Jean-Michel Jarre?.. si l’album « Amphibia », que je continue régulièrement d’écouter tant il est brillant, inventif, le morceau de Vivaldi joué superbement par Patrick Rondat vaut vraiment le détour! le son est assez « énorme », la virtuosité du guitariste rend parfaitement hommage au Maître italien. Sur la vidéo qui suit, le mariage entre la talent de Rondat, et les nappes électroniques orchestrées par Jean-Michel Jarre, donne un résultat étonnant, une couleur nouvelle à ce « Printemps ».

Vivaldi, comme nombreux de ses confrères compositeurs, a légué une œuvre importante au patrimoine, qui a traversé les siècles pour arriver jusqu’à nos oreilles et continuera sans doute de le faire pour les générations à venir. Tant mieux!

Ces deux instrumentistes prouvent s’il était besoin, que la musique traverse le temps, les modes, et se réinvente en des alliages parfois inattendus. Pour notre plus grand bonheur!

Savourez!

Guillaume.

 

 

Naissam Jalal, musicienne en résistance…


almotwalaalmazala… contre l’obscurantisme religieux, la violence faite aux peuples, à son peuple, aux femmes, aux enfants! Celles et ceux qui fréquentent régulièrement le Comptoir ont pu découvrir et aprécier cette musicienne de talent, aux côtés du contrebassiste Hubert Dupont. Née en France il y a 32 ans, de parents syriens, Naissam Jalal est évidemment touchée par la situation dans le pays de ses ancêtres. Mais loin  des discours qui débouchent sur rien, elle utilise la musique et son instrument (flûte traversière) pour dénoncer et combattre les maux, la barbarie qui règnent dans son pays. L’album « Almot Wala Almazala » (La Mort plutôt que l’Humiliation), qu’elle a composé entièrement et enregistré en 2011, entourée du quintet bien-nommé « Rhythms of Resistance », est pour elle comme un hommage à son peuple massacré et à celles et ceux qui n’avaient plus qu’une solution, la fuite pour échapper à la mort.

Tout au long des 45 minutes de musique qu’elle nous offre, Naissam Jalal propose des mélopées et des mélodies très élaborées, une ballade entre souffrance et espoir, entre colère et tristesse, épaulée par un quintet de très haute qualité musicale. Le mélange subtil entre la culture moyen-orientale et le jazz est un vrai régal!

Parfois la flûte de Naissam Jalal se fait plus plaintive, plus stridente, lançant comme un appel à l’aide, notamment sur le morceau « Alep », lieu martyr symbole de la guerre en Syrie. 2’38 très d’une ambiance très prenante, que je place au même niveau que le morceau « Beirut » composé voilà quelques années, suite à un voyage au Liban et précisément à Beyrouth, par le trompettiste Ibrahim Maalouf.

Sans jamais tomber dans la cascade de notes, laissant quand il est nécessaire le silence s’immiscer dans les morceaux, s’installer, Naissam Jalal nous offre ici un joli carnet de voyage en musique, comme pour nous dire : « Voyez, au delà du peuple qu’on assassine, la Culture, l’Histoire, la Mémoire, que l’on souhaite réduire au silence ».

Ne passez pas à côté de ce cri de l’intérieur, de cet ode à la Liberté, de cet hymne à la Paix, à la Vie!

Guillaume.

Dans la chaleur du Blues du Mississippi…


mississippiheat_pochetteAprès avoir eu un line-up nombreux et évolutif depuis sa création (1992), Mississippi Heat est aujourd’hui un quintet emmené vocalement notamment  par Inetta Visor. « Cab Driving Man » (« Chauffeur de Taxi »), est le 12ème album de ce combo qui n’a qu’une seule devise :  Le blues, rien que le blues, surtout le blues. Celui issu du berceau que constituent Chicago, La Nouvelle-Orléans, et le Mississippi.

Le moins que je puisse dire, c’est que d’entrée de jeu, le quintet donne le ton, la couleur blues est belle et bien là… !

Donc Mississippi Heat nous sert de « Cab Driving Man« , nous promène sur les rives du Mississippi, entre la Nouvelle-Orléans, Chicago, aux sons du boogie, du blues, de ces morceaux aux sons gras qui enchantent nos oreilles, ici au moins les miennes. Une ballade en 16 titres, qui fleure bon l’ambiance de Bourbon Street à Chicago, des bars-club où de nombreux groupes locaux s’évertuent à faire vivre l’histoire de cette musique, de ce patrimoine culturel, historique, que représente aujourd’hui le Blues. Chaque piste est jubilatoire à écouter, découvrir. Des arrangements riches, variés, avec toujours ce swing au milieu du jeu, qui donnent à ce disque une fraîcheur, une saveur particulière. Du blues qui ne donne pas le cafard!

Autour des voix de Inetta Visor, Giles Corey, Michael Dotson, racontant les misères du quotidien, les musiciens (tous excellents) vous emmènent sur les rives de ces contrées qui a vu naître, dans la douleur d’un esclavage mis en place dans les plantations du Sud et dans les champs de cotons, cette musique (Le blues) qui allait devenir la base de tout ce qu’on écoute aujourd’hui : Le gospel, le blues urbain, le blues-rock, la soul music, le rhythm and blues, la funk music, le rock, le rap, le R’n’B. Le Blues a fait des petits… qui sont devenus grands et qui ont accouchés de nombreux artistes de talents depuis ces 90 dernières années!

Oui « Cab Driving Man » est un disque revigorant, bourré de rythmiques entrainantes, de blues bien gras, dans la veine de ce que faisaient les Pères du Genre. Un régal! Alors, que ce soit pour les longues soirée d’hiver au coin du feu de cheminée, pour faire la route, ou tout simplement pour profiter d’un moment, ce disque est tout indiqué!
Laissez-vous guider sur les rives du Blues, le voyage n’en sera que plus agréable.

Guillaume.

Dom La Nena suit son chemin…


cantando_pochetteSouvenez-vous, c’était il y a déjà 4 ans! Dans le cadre de l’édition 2013 du Festival des Aventuriers de Fontenay-sous-Bois, une chanteuse-violoncelliste nommée Dom la Nena (de son vrai nom Dominique Pinto), s’était produite sur scène, devant un public aussi curieux que nombreux (Skip and  Die allait prendre la suite). D’une voix douce, posée, assise avec son violoncelle, elle nous avait offert une parenthèse enchantée, au milieu de la programmation plutôt rock-électro de ce festival.

4 ans après, ayant enchainé les tournées, les rencontres musicales, elle nous revient avec un nouvel opus « Cantando », un 4-titres sur lequel elle rend hommage à 4 figures de la chanson : à Lupicinio Rodrigues, musicien-compositeur brésilien, à Violetta Parra, chanteuse, poète, peintre chilienne, au franco-belge Jacques Brel, et au groupe de folk américain Beirut et son leader Zac Condon. La musicienne-chanteuse brésilienne est très prolifique depuis son premier album « Ela » en 2013, puisque déjà pas moins de 6 disques sont à son actif en cette fin 2016!

« Cantando » est donc un petit cadeau, un écrin de musique simplement jouée sur laquelle la Nena vient poser sa jolie voix, tout en douceur, tantôt en anglais (« Scenic World »), en portugais (langue du brésil) sur « Felicidade », en espagnol sur « Gracias a la Vida » (déjà publié sur son précédent album « Soyo », et en français sur « Les Vieux ». Un sens de l’interprétation très juste, toujours avec le soucis de mettre le texte en avant, tout en accompagnant cela de son violoncelle.

Petit objet sans prétention, mais de qualité! La musique est un langage universel. Dom La Nena le prouve de manière élégante.

J’ai un vœu pour 2017 : Que Dom La Nena nous revienne avec un album complet, et des musiques toujours aussi bien ciselées.

 

Guillaume.

 

1976-2016 : 40 ans après, le Punk est toujours vivant!


punk_imagePour beaucoup, le mouvement musical punk est né en angleterre, au milieu des années 70’s (1976 pour être exact), à une période où l’économie était (déjà) très en difficulté. Comme dirait le regretté Coluche (punk à sa manière, selon moi) : « c’est une « erreur graaaave »!

En effet, c’est aux Etats-Unis, à la fin des 60’s, que ce courant musical a vu le jour. Cette dénomination est née de l’imagination d’un critique de rock américain, pour identifier ce nouveau courant musical, désignant en fait les garage bands (groupes qui jouaient dans les garages), et le son très particulier  des guitares électriques. Les groupes comme Sonics, 13th Floor Elevator, The Stooges (cher à Iggy Pop) étaient à l’époque les plus représentatifs.

En Angleterre, le mouvement s’est installé au milieu des années 70’s, jusqu’au début des années 80, alors que la société va très mal. Comme un besoin de révolte, de contestation, les groupes punks se montrent virulents, tels les Sex Pistols avec le fameux « Anarchy in the U.K. ». D’autres, comme les Clash de Joe Strummer, Stiff Little Fingers, The Ramones (dont il ne reste aucun membre vivant aujourd’hui), ou les Buzzcocks, sont apparus à cette occasion. Beaucoup de ces groupes feront d’ailleurs carrière.

En France, le mouvement punk, s’il apparaît dès 1974, inspiré de Lou Reed, des Stooges, des New York Dolls. Le label Skydog, qui produira Bijou, sera à l’origine du festival Punk de Mont-de-Marsan, en 1976-1977. Suite au passage des Sex Pistols au Châlet du Lac, en 1976, la scène française émerge vraiment, dès 1977. Asphalte Jungle, Starshooter (dont fit partie le chanteur Kent), Stinky Toys, puis la Souris Déglinguée dès 1979, et par la suite Les Béruriers Noirs, Lucrate Milk, OTH, Oberkampf, Les Sheriff, constitueront la scène punk française. Dans les années 90-2000, une version hardcore du punk va naître, avec comme fer de lance les Tagada Jones, Les Sales Majestés, groupes fortement influencés par la scène punk californienne de l’époque. Ces dernières années, Les Wampas et Ludwig Von 88 ont été les têtes d’affiches de ce courant musical sur les scènes françaises et internationales.

En 2016, la musique punk, son caractère révolté, contestataire, continue d’exister. C’est une très bonne nouvelle!

Guillaume.

Coups de cœur 2016 !


43280-o3rhudMon année musicale aura été celle de la sensibilité, de l’émotion pure, celle qui vous prend aux tripes, qui vous fait battre le cœur très fort, vous donne des frissons, des larmes aux yeux… J’ai découvert des voix splendides, des musiciens fascinants  comme Or Solomon dont j’ai pu apprécier le talent en concert au Comptoir à la Halle Roublot de Fontenay-sous-bois.

Telle est cette magie de la musique, car elle peut tout autant vous faire danser, hurler, mais aussi vous faire vibrer de l’intérieur. Elle est trop forte la musique…

Carine.

 

Je n’ai pas dérogé à la règle en 2016, mes habitudes musicales sont restées très orientées hip hop / soul et cette année a été un très bon cru à ce niveau la, difficile pour moi de ne choisir que cinq morceaux pour illustrer cette belle année.

Le revirement funk de Childish Gambino était indispensable et la relève hip hop avec Joey Badass et Hassan Monkey également, mais la véritable révélation 2016 pour moi, c’est Chance The Rapper, qui, à mon avis sera le prochain phénomène dès qu’il se décidera à sortir son album. Hip hop is not dead…

Laurent.

 

Comme Carine et Laurent, je vous propose ma sélection, mon dernier regard personnel sur l’année musicale 2016. Entre coups de cœur et découvertes, les artistes ou groupes que j’ai aimé, apprécié.

Ils ont pour nom Kacem Wapalek, rappeur à la plume ciselée, Electro Deluxe et sa funk-soul cuivrée, vus lors de l’édition 2016 des Aventuriers, Richard Bona et son jazz-world aux accents cubains, Ibrahim Maalouf et sa trompette aussi à l’aise en mode oriental que plus intimiste, la chanteuse de R’n’B Emeli Sandé, et pour clore la liste, Leyla Mc Calla, chanteuse folk américaine.

Guillaume.

 

L’année de mon côté a été contemplative avec le piano de Quentin Sirjacq, enjôlante avec les refrains de Benjamin Biolay, et surtout … très festive !

2016 nous montre que l’on peut danser sur tout : la folie groovy de « Shoes », la mélancolie planante de « Halcyon bird » ou un hymne à l’énergie comme « Final song ».

Elsa.

 

Nathaniel Rateliff & The Night Sweats, une belle découverte!


C’est à l’hiver 2015, dans le sous-sol d’une salle parisienne pleine à craquer et enthousiaste, que j’ai découvert Nathaniel Rateliff & The Night Sweats. Ce soir-là, je découvris donc ce groupe de 7 musiciens, qui pendant près de 1H30, ont réchauffé et enchanté le public par une musique puissante, bien en place, un sens du swing emmené par les cuivres, et des accents blues, soul, dans la voix de Nathaniel Rateliff (chapeau vissé sur le crâne et barbe à la Dr John). Un vrai bonheur, un joli moment musical, et une belle découverte!

Mais qui est Nathaniel Rateliff ? Après ses premiers pas dans le Missouri natal, après avoir très tôt emprunté la voie de la musique, d’abord via la batterie à 7 ans, il délaisse les baguettes pour le manche à 6 cordes. S’en est suivi ses premières chansons, ses premières scènes, puis un premier album en 2007, « Desire and Dissolving Men ». Dans sa besace musicale, le colosse du Missouri trimballe des échantillons de soul music (la section cuivre des Nights Sweats est vraiment chouette!), de blues-rock, de folk bien senti et même de gospel.

Sa nouvelle galette « A little something more from.. Nathaniel Rateliff and the The Night Sweats » en est la parfaite illustration. 8 titres, et cette variété musicale qui s’exprime, avec talent! Les ambiances nous replongent dans cette période bénie des 60-70’s, où la soul music américaine, le blues, le folk faisaient le bonheur du plus grand nombre. « Parlor », qui ouvre le disque, est un blues-folk très dansant, qui met tout de suite dans l’ambiance. La suite ne déçoit pas l’auditeur. Dès « I did it » (un vrai tube en puissance), « Out on the week end », une vraie road-song comme seuls les américains savent en écrire, la variété des styles est là sans jamais perdre en qualité, intensité. « Wasting time » (qui sonne avec des accents Stoniens), morceau enregistré au Stax Museum of American Soul Music, ou le suivant « What I need », sont deux perles pleines de soul, gorgées de swing. « Just to talk to you », est un pur blues, guitare-voix, à l’ancienne, comme un hommage au pionniers du genre. L’album se referme sur « Late night party », qui est en fait la version initiale de « Out on the Week end ».

Au final, un bel album, de pépites à savourer, du talent à découvrir!

Guillaume.

 

 

 

 

Beck is Back !


jeffbeck

Marciac 2015. Une soirée aux sons de la guitare était programmée, réunissant Jeff Beck, guitar-hero anglais sorti des 60’s époque Yardbirds, en remplacement de… Eric Clapton (!), et le génial poly-instrumentiste (guitare-orgue Hammond, batterie, basse…) Lucky Peterson, vétéran du blues. Hélas!!  Jeff Beck ne vint pas, le corps malade lui indiquant le repos. Il fut remplacé par le virtuose américain Joe Satriani, dont le rock-fusion désempara quelque peu l’auditoire.

Un an plus tard, guéri de ses maux, revigoré, le génial et ténébreux guitariste nous revient avec « Loud Hailer » (Le haut-parleur, sur la pochette, comme pour hurler au monde son retour), un album de rock brut, gras, au gros son. Accompagné de 4 joyeux drilles dont deux jeunes femmes (une spécialité pour le Beck), il harponne l’auditoire d’entrée sur « The Revolution will be revisited ».. Slogan, ou prémonitoire ?… En tous cas, l’homme nous montre qu’il est en forme, n’ayant rien perdu de sa fougue, de son jeu. Et c’est TANT MIEUX ! Usant sans abus de la distorsion, y mêlant quelques boucles électro, Jeff Beck nous emmène sur des territoires sonores parfois très sombres, torturés.

Jusqu’à « Scared for the children » morceau lent emmené au chant par la voix éraillée de Rosie Bones (pas sans rappeler celle de Cindy Lauper), oui jusqu’à ce morceau, le bougon guitariste a mis la poignée à fond. Vient ensuite « Scared for the children », ballade aux accents de Flamand Rose, que n’aurait pas renié David Gilmour. Avec « Right now », les affaires reprennent, un son gras au menu, comme un hommage aux légendaires groupes du sud des Etats-Unis tels Lynyrd Skynyrd, ZZTop, Blackfoot, Allman Brothers Band et consorts. « Shame », une ballade qui figurerait sans problème au répertoire de Dire Straits, Tom Petty, Eric Clapton, voire Neil Young, Tony Joe White. « Oil », est un blues-funk de bonne tenue, qui donne envie de danser. Le dernier titre « Shrine » (tombeau) est une évocation un rien désabusée de l’espèce humaine, de son devenir, de son aptitude à croire en un lendemain meilleur. Le reflet de la pensée de Jeff Beck ?

Quoi qu’il en soit, le Beck est de retour de fort belle manière, et c’est toujours un bonheur d’écouter ce musicien.

Guillaume.

Longue vie à la musique en 2017 !


L’année 2016 a refermé ses portes. L’occasion d’un petit bilan, à titre tout à fait personnel sur cette cuvée riches en joies et tristesses liées à des disparitions d’artistes majeurs de la pop music de ces 40 dernières années : Côté tristesse, c’est d’abord David Jones Bowie, en janvier qui nous tire sa révérence définitive le jour de son anniversaire, un pied de nez so british, dont on se serait bien passé cette fois-ci!

En avril, choc planétaire avec l’envol vers les paradis pourpres de Prince Rogers Nelson, génie retrouvé sans vie dans son Paisley Park, gigantesque complexe où le kid de Minneapolis créait sans cesses ses musiques, du funk au jazz! Après un été d’accalmie, la Grande Faucheuse a repris son sale boulot et nous a enlevé, en peu de temps, Léonard Cohen, chantre canadien de la chanson à texte, une voix grave unique, une allure dandy assumée, un être tourné vers l’autre (il fut moine, et se tourna vers le Bouddhisme), quelques jours après que Bob Dylan ait reçu son Nobel de Littérature. Et là tout récemment, successivement, Rick Parfitt, ancien guitariste du groupe britannique Status Quo, enfin le chanteur anglais George Michael, ont rejoints le Grand Paradise Orchestra. Sans oublier non plus le départ vers Les Grandes Prairies de : Sharon Jones, Billy Paul, Leon Russell, Bobby Vee (The Shadows), Hubert Mounier (Affaire Louis Trio), Papa Wemba, le « roi » de la rumba congolaise, Maurice White (Earth Wind and Fire), Glenn Frey (The Eagles), ou George Martin (producteur mythique des Beatles). Bref, l’année fut très rude pour le monde de la musique.

Côté bonheurs,  c’est au plan local, à la médiathèque, que je les ai trouvés : D’abord avec les kiosques « Blues en hommage à Robert Johnson », en mars dernier, à la sauce Nadoo, ou Michel Seban (revenu le samedi 10 décembre nous présenter son répertoire personnel, lors d’un kiosque en clôture de cette riche année), la venue en juin dernier d’un quatuor aux sonorités latines-jazz, les  présentations d’instruments par les professeurs du conservatoire Guy-Dinoird, l’expo BD-Musique, à travers l’œuvre de dessinateurs comme Mezzo ou Geneviève Marot, et j’en oublie sûrement..

Et je n’oublie pas non plus la belle édition n°12 du Festival des Aventuriers, qui a connu de belles affluences, et lors duquel j’ai découvert des artistes comme Demi Portion, Kacem Wapalek, La Fine Equipe notamment, avant le final tout en funk-soul déjantée du groupe Electro Deluxe, qui a surchauffée la salle Jacques Brel, après les mises en jambes assurées par Dani Terreur, trio musical issu du tremplin « jeunes aventuriers 2016 », et Guts Live Band, des rappeurs en mode reggae-funk-soul…

Alors qu’attendre de 2017 ? personnellement, au plan musical, d’être toujours autant surpris par de jeunes talents, de constater que mes idoles de jeunesse tiennent encore le haut du pavé, comme ce fut le cas en octobre à Bercy, avec les Insus?, je veux dire les Ex-Téléphone, de découvrir de nouveaux horizons musicaux, d’être encore et toujours enthousiasmé, étonnée, surpris, grâce à celles et ceux qui ont le bonheur de nous faire partager leur talent, leur passion : la Musique.

Enfin, bien sûr, que la médiathèque reste un lieu de musique vivante, ouverte à toutes et tous, et soit encore une fois, une fois de plus, toujours, le théâtre de jolis moments musicaux, culturels, enthousiasmants, fédérateurs, pour petits et grands!

Premier rendez-vous musical de l’année : Samedi 21 Janvier à 15H30, rencontre avec Virginie Tharaud, qui viendra présenter son livre « De chant et d’amour », paru aux Editions Jean-Claude Lattès.

Guillaume.

 

 

Happy New Year !!


2017_imageA celles et ceux qui suivent les aventures du blog depuis sa création en 2011 ou qui l’ont découvert depuis,

A celles et ceux qui viennent régulièrement à la médiathèque, pour y lire, travailler, écouter de la musique, se documenter,

Aux petits comme aux grands,

Toute l’équipe de la médiathèque vous souhaite une très belle année 2017, pleine de belles lectures, de bonnes musiques, de joies culturelles !

The G, Duo Rock très Corsé !!


theg_pochetteLe 4 novembre 2016, L’Espace Gérard Philipe de Fontenay-sous-Bois accueillait une soirée « Jeunes Aventuriers 2016 », en prélude au festival du même nom, qui s’est déroulé du 6 au 16 décembre  ( http://www.festival-les-aventuriers.com/site2016/pages/artistes.html ). L’occasion pour le public de découvrir 3 groupes : Oblique (électro-pop), Dani Terreur (rock français, chanson) et le duo rock THE G. C’est sur ces derniers que mon attention s’est portée ce soir-là. Ce duo, originaire de Calenzana (Corse) est composé de Fiurenzu (batterie-chant, 15 ans) et Luigi (guitare-chant, 13 ans). Pourquoi ce patronyme de « G » : La réponse vous est donnée par Fiurenzu : « C’est comme cela que l’on appelle la tonalité de sol, en anglais, explique Fiurenzu. C’est l’un des accords les plus utilisés dans le rock, et « Sol » c’est aussi notre nom de famille… » (Corse-Matin, 10 Mai 2015).

Je vois d’ici vos mines étonnées…. Oui, à côté de la musique traditionnelle et du chant polyphonique corse, il existerait une scène rock en Corse ? Parfaitement!

Ce duo de jeunes rockeurs le prouve, et de fort belle manière! leur père, lui-même musicien, leur a mis très tôt dans  les oreilles du bon rock 70’s, 80’s et 90’s, avec une mention spéciale pour Shaka Ponk, que le duo adore. Si Fiurenzu commença le piano à l’âge de 4 ans (!), il a très vite abandonné, préférant se mettre aux baguettes et frapper sur des batteries. Luigi, lui, a jeté son dévolu sur la guitare. Sous l’œil vigilant, bienveillant, de leurs parents (maman s’occupe de leur scolarité at home, le père s’occupant de l’aspect musical) les deux frangins montent un répertoire de compositions personnelles plutôt que d’être un énième groupe de reprises. Bien vu!

Après quelques prestations de rue remarquées, quelques prestations scéniques en Corse et ailleurs, le duo sera repéré par Philippe Manœuvre, qui leur consacrera un entretien sur Europe 1 et des articles à deux reprises dans « Rock & Folk« , en novembre 2015 et août en 2016. Suite à leur EP 4 titres, ils seront à la Compil’ de Ouï FM, aux côtés de stars internationales. En ce début novembre 2016, ils atterrissent donc sur la scène des « Jeunes Aventuriers » 2016, forts de leur album « Straight« , autoproduit.. 30 minutes de show tonique, ultra-rythmé (tous les codes scéniques y sont passés, avec une jubilation évidente)! nul doute que bientôt un label va les prendre en charge, tant l’énergie, la complicité, et la maturité que dégage ce duo sur scène est impressionnante! (le public présent le 4 novembre a pu s’en rendre compte).

« Straight« , album de 12 titres originaux,  constitue  belle carte de visite musicale, où le talent en herbe (perfectible) des deux garçons saute à l’oreille. La guitare tantôt mélodique tantôt furieusement rock de Luigi, le tempo martelé avec précision et assurance par Fiurenzu, le duo The G ne peut pas vous laisser de marbre!

Ces deux garçons, grandi au soleil de l’Ile de Beauté, n’ont certainement pas fini de nous épater. Leurs premiers pas sont très prometteurs. A

Guillaume.

 

 

Les Insus ont rebranché le Téléphone


les-insusL’annonce, tant attendue et maintes fois avortée, repoussée, avait été faite en septembre 2015. La reformation, attendue depuis 30 ans, moult fois évoquée, puis avortée, avait ENFIN lieu! Les Ex-Téléphone, Jean-Louis Aubert, Richard Kolinka et Louis Bertignac, repartaient pour un tour, sous le patronyme des Insus?. La tournée, entamée en mars, fait un tabac, le public répondant en masse, après une si longue attente! Moi qui les avait quitté au bar de la Salle Daniel Sorano de Vincennes, après un concert fantastique, en 1986, année de la tournée d’adieu, je les ai retrouvé le 22 octobre dernier, 30 ans plus tard donc, dans un Bercy plein à craquer, avant-dernière date avant le Zénith, d’une tournée de retrouvailles triomphales.

20:50 : La salle s’éteint, Jean-Louis rejoint alors sur scène Richard et Louis, déjà à leur postes. Décor sobre, juste des amplis, ça et là, une batterie perchée pour le cogneur en chef, Richard Kolinka, et un rideau noir, s’ouvrant épisodiquement sur un écran. Sobriété donc, et générosité d’entrée! Le trio, en grande forme, avec Richard « Cœur de Lion » Kolinka, l’homme aux baguettes magiques, et Louis Bertignac, heureux comme un gamin de retrouver ses deux compères, a régalé son auditoire, épaulé par un nouveau venu à la basse, qui s’en tire admirablement. Leur joie d’être réunis et de partager ensemble la scène, leur connivence humaine et musicale retrouvées, leur fraîcheur juvénile, leur bonheur, étaient autant émouvant que beau à voir. Rafraîchissant!
Pendant les 2H du concert (où devrais-je dire de « bœuf entre potes »), ils ont égrainés leurs plus belles chansons, reprenant également celles du début : « Crache ton venin », « Hygiaphone », « Fait divers », « Métro c’est trop », « Le silence »-en version acoustique-, puis « Un autre monde », « 3 balles », « New-York avec toi », La bombe humaine », « Cendrillon », « 2000 nuits », « Argent trop cher », « Ca c’est vraiment toi », et beaucoup d’autres! Sans jamais se relâcher, sans jamais fléchir, le trio a mené tambour battant ce concert.

Un pur, un vrai moment de bonheur, 2 heurs durant, qui a ravi le public multi-générationnel présent ce soir-là, à quelques jours du triste anniversaire de la tuerie du Bataclan le 13 novembre 2015.

Une question me taraude : Un album (outre un live qui ne manquera pas d’être édité, comme trace de ces retrouvailles) serait-il en préparation?

Guillaume.