Archives d’Auteur: Guillaume

Lavilliers, grand cru 2017… !


Sa dernière livraison discographique était un album tout en acoustique, et remonte déjà à 2014!. La tournée triomphale qui a suivi montre bien que le chanteur, quelle que soit la formule qu’il propose, séduit toujours son public et c’est tant mieux!

Bernard Lavilliers nous revient donc en 2017, avec un album plus corrosif malgré son titre qui pourrait laisser à penser le contraire « 5 minutes au Paradis« . Plus dur dans les écrits, puisqu’il traite de la guerre, des attentats de novembre 2015 (« Vendredi 13 »), des villes désertes (« Charleroi ») mais évoque aussi Paris (« Paris la grise »), de ses envies de voyages (« Montparnasse-Buenos Aires »), de sa haine des grands patrons qui se font du fric en désertifiant des régions, ici le nord de la France (« Fer et défaire », « Bon pour la casse »). Lui l’ancien métallo des forges de Saint-Etienne, il déteste ces requins de la finance.

Le propos est ciselé, cinglant, la colère froide et l’amertume bien présente devant ce monde qui se désagrège. Côté musical, l’auditeur est servi puisque Lavilliers et ses comparses musiciens nous offrent des orchestrations parfois tranchantes comme des lames de rasoir, ou plus légère au parfum de nostalgie. Cordes, accordéon, piano, guitares électriques forment un ensemble bien homogène et donne à cet album une palette d’ambiances variées. La voix de Lavilliers, bien qu’un peu fatiguée, est toujours aussi précise. L’album se termine par un joli duo en compagnie de la chanteuse-pianiste Jeanne Cherhal, sur le titre « L’espoir »….d’un monde meilleur demain?

Au final, « 5 minutes au Paradis » est un bel album qui s’écoute très facilement.. Ca fait 3 jours que je l’écoute en boucle… et je m’en lasse pas!!

A vous de vous faire votre opinion.

Guillaume.

Publicités

Robert Plant a toujours le Feu sacré!



« Carry Fire » est le onzième chapitre musical de l’œuvre en solo de l’ex chanteur de Led Zeppelin.  S’il ne renie pas son passé de membre de l’un des plus célèbres groupes de rock des années 70’s, il a depuis longtemps entamé un chemin qui le mène a explorer des territoires musicaux, des ambiances, des sons, des instruments, venus d’un peu partout dans le monde, même s’il avoue une préférence pour les racines africaines, les sonorités indiennes (à travers la présence du Oud) et du Maroc.

Car désormais, Robert Plant, qui ressemble de plus en plus à un shaman avec sa chevelure longue et légèrement blanchie, ne veut que se tourner vers ces musiques venues d’ailleurs, vers ce métissage culturel, sonore, rythmique qui fait la richesse de notre Monde. Il mélange également les sonorités électroniques avec le violoncelle ou la guitare dobro. Bref une véritable recette musicale servie avec différents ingrédients, qui rendent le plat très savoureux à écouter.

Ici entouré d’un groupe de musiciens qui l’accompagne depuis longtemps, les Sensational Space Shifters,¨Plant nous régale de sa voix toujours juste et d’une expressivité incroyable! Il n’est qu’à écouter «  »Carving up the world again », « a way with words » ou encore « Bones of Saints » pour s’en convaincre.

« Carry Fire » est un très bel album, à savourer sans modération. A 69 ans, Robert Plant a toujours le Feu Sacré, et ça c’est une excellente nouvelle!

Guillaume.

HAPPY NEW YEAR! BONNE ANNEE! FELIZ ANO NUEVO! BUON ANNO! FROHES NEUES JAHR!


 

APRES UNE ANNEE 2017 RICHE EN EVENEMENTS, DECOUVERTES ET EXPLORATIONS MUSICALES,

L’EQUIPE DU BLOG DE LA MEDIATHEQUE VOUS SOUHAITE UN JOYEUX REVEILLON

DU JOUR DE L’AN ET VOUS PRESENTE SES MEILLEURS VOEUX POUR L’ANNEE 2018!

NOUS VOUS DONNONS RENDEZ-VOUS EN 2018 POUR DE NOUVELLES AVENTURES…. MUSICALES!

A BIENTOT.

L’EQUIPE DU BLOG.

 

 

 

HAPPY CHRISTMAS !!!


Voilà venue le temps des réjouissances de fin d’année, autour du sapin de Noël d’abord, puis pour fêter la nouvelle année.

A cette occasion, l’équipe des rédacteurs souhaite vous remercier pour vos visites sur notre blog. A sa création en septembre 2011, il a d’abord connu un bon démarrage, avec 2161 vues en 4 mois!. 2012 a conforté cet élan de curiosité et d’intérêt pour notre travail sur ce blog avec 4420 vues. Après une rechute en 2013 (seulement 2850 vues), c’est reparti de plus belle en 2014, mais surtout ces trois dernières années, la progression a été importante avec 3192 vues en 2015, 4658 en 2016, et surtout un bon spectaculaire en cette année 2017 puisque nous allons atteindre quasiment les 7000 vues cette année (6617 exactement!!!), soit une progression de 2069 vues par rapport à 2016!!!! Soit 26996 Vues depuis 2011!

Satisfaction supplémentaire pour nous, notre travail est vu dans le monde entier (130 pays recensés!) de l’Europe (France, Suisse, Belgique, Norvège, Allemagne, Russie, Italie…) aux Amériques (Etats-Unis, Argentine) en passant par l’Asie (Inde, Thaïlande, Madagascar, Macao…) l’Afrique (Sénégal, Togo, Côte d’Ivoire…), et même le Moyen-Orient (Lybie, Arabie Saoudite, Syrie….) ou le Maghreb (Maroc, Tunisie, Algérie).

Aussi pour vous remercier de votre fidélité, l’équipe vous offre ses morceaux coups de cœur, histoire que vous passiez un joyeux réveillon de Noël avec vos proches :

Encore bonnes fêtes à toutes et tous où que vous soyez en France, ou dans le monde ! Et continuez de nous suivre, votre intérêt nous importe!

L’équipe du blog : Carine Laurent, Laurent Aubry, Michèle James, Elsa Denoux, Guillaume Salvaing, Martine Tassara.

Alltta


 

 

 

Alltta. Encore un duo, composé d’un artiste français, 20syl  et de Mr J. Medeiros.

Le premier, (de son vrai nom Sylvain Richard), beatmaker, producteur pour Diam’s, Fabe ou encore Disiz, membre et beatmaker du collectif C2C ainsi que compositeur pour Hocus Pocus, autre combo dont il est membre. Plus récemment il a collaboré ces dernières années avec des artistes tels que Gregory Porter (album Liquid Spirit, 2014), Ibrahim Maalouf (Red and Black Light, 2015). Il a également remixé des musiques de Kendrick Lamar -Hé oui Laurent!:-)- (Sing that Shit, 2014), Yaël Naïm (sur le titre Walk Walk, en 2016)….  Bref un vrai touche à tout! De ce fait il a une discographie en solo ou participative déjà éloquante lorsqu’il rencontre en 2016  le rappeur californien Mr J. Medeiros (pas de liens familiaux avec Elie, Glenn-qu’est-ce que tu fais pour les vacances, n’est pas Carine et Laurent :-), ou encore Lio et Elena…. 🙂 ). Producteur, compositeur, de son vrai nom Jason C. Medeiros, il a fondé le groupe the Procusives, et il est le leader du groupe Rap-punk Knives. Il a lui aussi de nombreuses collaborations artistiques à son actif : Randy Jackson, Talib Kweli, le rappeur Shad ou encore C2C et et Hocus Pocus.

Les deux artistes se rencontrent en 2016 et forment alors  le duo Alltta (A little lower than the angels). Ils créent alors un monde sonore à la croisée du rap (en utilsant le BoompBap issu de la East Coast-technique dont se servent par Kendrick Lamar, Wu Tan Clan, KRS-One ou Joey Badass- en opposition au Trap style), et de l’électro un rien planante.

Leur nouvel album est très intéressant musicalement, car les 2 compères ont du talent, de l’inventivité et le résultat est à la hauteur. Nul doute que leur passage le 21 décembre Salle Jaques Brel, en clôture de l’édition 2017 des Aventuriers devrait nous valoir un joli moment musical et festif.

http://www.festival-les-aventuriers.com/programmation/alltta-20syl-mr-j-Medeiros

Guillaume.

 

 

Thomas de Pourquery, mélangeur d’univers.


Thomas de Pourquery, chanteur-saxophoniste qui vient d’être consacré artiste de l’année aux Victoires du Jazz 2017, est un musicien atypique, au parcours sinueux mais rempli de belles rencontres artistiques. Aujourd’hui âgé de 40 ans, De Pourquery a grandi en banlieue parisienne, à Bondy.

Elèves de Stefanao di Battista, il découvre le saxophone, à l’âge de 14 ans, avant d’intégrer le Conservatoire National de Paris. En 2000, à 23 ans ans seulement il intègre l‘ONJ (Orchestre National de Jazz) alors dirigé par Laurent Cugny. L’occasion pour lui de cotoyé et rencontrer des pointures telles que Bill Hart, Paco Sery, ou encore Sunny Murray.

En 2002, auréolé d’un premier de soliste au concours de La Défense, il fonde le groupe DPZ avec son compère Daniel Zimmermann. Curieux de rencontres et d’univers sonores, il fera partie également du collectif punk Rigolus et l’ensemble MegaOctet d’Andy Emler.

En 2009, l’album « He’s looking at you, kid » est un succès public et critique. Du coup, la ville de Coutances, connue pour son festival « Jazz sous les Pommiers », l’engage pour 3 ans en résidence.

En 2010, il organise un festival carritatif, « The Brain Festival », dont les fonds serviront à soutenir les recherches sur les maladies neuro-dégénératives.

Si le musicien est donc avide de rencontres musicales et humaines pouvant déboucher sur des collaborations totalement inattendues, à l’exemple de celles avec Jeanne Added (édition Aventuriers 2015), Oxmo Puccino, Fred Pallem, ou encore François Atlas and the Mountains (édition Aventuriers 2012), ou le groupe de rock britannique Metronomy, ou pour les plus anciens avec Mick Jones, leader de la formation de rock FM Foreigner, il n’en oublie pas d’être un citoyen actif et concerné, au sujet ici de maladies encore mal connues touchant au fonctionnement du cerveau.

Le 18 décembre prochain, il viendra au cinéma Kosmos de Fontenay, dans le cadre du Festival des Aventuriers 2017, assister à la projection du film « Stop Making Sense » du réalisateur américain Jonathan Demme, qu’il a lui-même choisi. S’en suivra une rencontre sous forme d’échange avec ce musicien.

Ne ratez pas ce moment!

Vous pouvez retrouvez le dernier album de Thomas de Pourquery « Sons of love », sorti en février 2017, à la médiathèque de Fontenay.

 

 

 

Guillaume.

 

Chill Bump, Duo d’aventuriers


Chill Bump. Ce nom ne dira pas grand chose au grand public mais les afficionados de Rap et Beatmaking connaissent déjà surement ce duo franco-anglais, qui surfe donc depuis son origine entre le rap, la trap music (tu connais ce courant musical Laurent? :-), les influences électroniques, et le son venu de Houston et Atlanta.

Mais qui sont les 2 compères? d’un côté Miscellaneous, beat maker de sa Gracieuse Majesté, de l’autre, le pianiste français Bankal. Ces 2 Musiciens, tenant à leur indépendance,  ont quitté Paris pour s’installer à Tours et y monter un studio d’enregistrement, et de posséder ainsi la totale maitrise sur leurs compositions, leur univers sonore, qu’ils reproduisent en tournée.

Ce duo talentueux a été repéré par des groupes aussi varié que C2C ou Wax Tailor pour assurer leurs premières parties lors de tournées.  De quoi vous poser la qualité de Chill Bump et imaginer que leur prestation à venir lors de la prochaine édition du Festival des Aventuriers de Fontenay à l’Espace Gérard Philipe, le 14 décembre, vaudra le déplacement.

https://www.chill-bump.com/about/

Guillaume.

 

Les Aventuriers, sur la 13ème marche!


Encore un peu de patience (une petite semaine), et les Aventuriers 2017 vont nous rendre visite… Non je ne parle pas d’extra-terrestres, mais de musiciens, musiciennes, chanteurs-chanteuses, groupes, qui comme chaque année, juste avant les réjouissances familiales, le sapin, la dinde, les cadeaux, vont venir se produire à l’Espace Gérard Philipe et à la salle Jacques Brel, sans oublier le cinéma Kosmos (soirée carte blanche à Thomas de Pourquery). L’occasion donc de découvrir des groupes ou artistes de la scène rap, électro-pop française ou européenne, à l’occasion du Festival des Aventuriers. Cette année, le chapitre 13 de ce banquet musical se déroulera du 13 au 21 décembre. Le menu proposé cette année est encore une fois copieux, varié, intéressant!

Fait marquant de cette édition, le retour, en ouverture (le 13 décembre à 20h, Espace Gérard Philipe), du groupe Transglobal Underground, avec en prime la présence de la talentueuse Natacha Atlas !! Ce soir-là vous pourrez également venir écouter, découvrir (pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore) Kasbah mené par l’emblématique Nadoo, musicien fontenaysien.

A l’affiche également, les rappeurs de Chill Bump, dont l’album « Going Nowhere » est sorti fin octobre, Vin’s da Cuero, le duo de Pumpkin, le groupe Cannibale (ex Bow Low), qui proposera à nos oreilles un rock aux saveurs psychédéliques, voire tropicales, à l’image de leur dernier album « No mercy for love ». Les parisiens de Frustration nous amènerons leur énergie punk, Marietta (Guillaume Marietta, ex membre de The Feeling of Love) viendra avec sa pop psychédélique. Le saxophoniste Thomas de Pourquery, qui devient une figure du jazz parisien et français, se produira au cinéma Kosmos le 18 décembre (belle idée!).

Le 19 décembre, les groupes Juniore, Requin Chagrin se produiront à l’Espace Gérard Philipe.

Enfin, pour clore ce 13 ème chapitre de l’histoire des Aventuriers, le 21 décembre à la salle jacques Brel, Kodama, trio musical vainqueur du tremplin « Jeunes Aventuriers » qui s’est déroulé  le 9 novembre 2017 à 20H à l’Espace Gérard Philipe, jouera en première partie de Darius et Alltta (20Syl et Mr.J.Medeiros).

https://lesjeunesaventuriers.wordpress.com/scene-ouverte/

Bref une fois encore, un plateau riche varié, et je n’en doute pas plein de belles surprises! De quoi passer de belles soirées musicales pour bien préparer les fêtes de fin d’année!

Pour plus d’infos sur les groupes et la programmation du festival vous pouvez bien sûr consulter le site des Aventuriers : http://www.festival-les-aventuriers.com/programmation

Guillaume.

 

 

 

Alice Cooper, Still alive…


Vincent Damon Furnier, ce nom ne va surement rien vous dire…. Alice Cooper sans doute davantage!  originaire de Detroit dans le Michigan, le presque septuagénaire (il aura 70 printemps en février 2018) est toujours bien vaillant, arpentant régulièrement les scènes du monde entier, et ce depuis plus de 5 décennies déjà.

Initiateur des show ayant des allures de grands-messes gore (il n’hésite pas à inclure des guillotines, des haches, et quelques animaux spectaculaires tels des Boas constrictors qu’il s’enroule autour du cou…!!! ), Alice Cooper marque aussi par sa voix un brin nasillarde mais puissante, et sa façon d’occuper la scène influencera des confrères tels Ozzy Osbourne, chanteur paronaiaque de Black Sabbath, qui lui piquera d’ailleurs quelques idées de mise en scène spectaculaires, ou bien encore le groupe américain de hard-rock, glam-rock, Kiss, qui reprendra l’idée de personnages maquillés! Un hommage en somme!

Alice Cooper se fera connaitra au grand public en 1971, à l’occasion de la sortie du 3ème album « Love it to death« , avec le single « I’m Eighteen« . En 1973, le titre « School’s out », puis l’album « Bilion Dollar babies« , finiront d’installer définitivement Alice Cooper comme un chanteur qui compte dans le paysage musical rock de l’époque.

En 1974, séparé de son groupe, Il entame une carrière solo, en conservant son pseudonyme, et publie « Welcome to my nightmare« , album qui fera un carton auprès du public. Les années passent, les courants musicaux tels le glam-rock, le hard-rock, le heavy métal, se succèdent mais Alice Cooper reste toujours d’actualité, produisant des albums régulièrement et je dois l’avouer de qualité inégale.

Personnellement, je n’avais plus écouté Alice Cooper jusqu’à la parution récente de « Paranormal », son dernier album paru en 2017, composé de 2 cd. Le premier cd est composé de titres neufs, dont la facture est assez bonne, avec des accents 70’s, une voix qu’il sait travailler à souhait, et des accents musicaux folks, rock, voire hard. un savoureux mélange des genres : A écouter : « Dead Flies », « Fireball », « Fallen in Love » ou encore « Holy Water ». Sur le second album, enregistrés en live en mai 2016, j’ai redécouvert des titres qui ont fait sa gloire tels que « No more Mr. Nice Guy », « Billion Dollar Babies », « Feed my Frankenstein » ou « School’s out ».

En somme, du bon Alice Cooper. A (ré) écouter avec bonheur. Car Alice Cooper est une figure incontournable de l’histoire du rock de ces 50 dernières années.

Guillaume.

 

 

De « Runaway » à « Vanina »….


Dans les années 60, nombre de chanteurs français ou européens avaient l’habitude d’adapter en français des standards ou des tubes venus surtout des Etats-Unis pour se faire connaître du grand public.

Parmi eux, citons Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dick Rivers, Les Chats Sauvages, Danyel Gérard, Richard Anthony, Frank Alamo, Claude Nougaro, et j’en oublie certainement d’autres. Cela fera l’objet d’autres articles par la suite.

Du côté du pays des tulipes, autrement dit la Hollande, un chanteur  du nom de Woutter Otto Levenbach, alias Dave, s’est fait connaitre dans les années 60 et 70 grâce à des reprises de chansons américaines. En effet vous avez forcément déjà entendu, chanté ou fredonné « Sugar Baby Love » des Rubettes devenue « Trop Beau », ou encore « Runaway » (1961) de Charles Weeder Westover alias Del Shannon, qui sera transformée par Dave en « Vanina« , un véritable tube, qui aujourd’hui encore fait le bonheur des radios, et donc de son interprète, car qui dit succès dit royalties (droits d’auteur en langue de  Molière) dit retombées financières non négligeables!

Mais qui était donc Del Shannon? Né au Michigan en 1934, période à laquelle les Etats-Unis d’Amérique se sont remis de la crise de 1929, il achète très rapidement une guitare et un ukulélé et se met à écouter la musique country. Après le service militaire, en 1954, il  travaille dans une fabrique de meubles comme conducteur de camions avant d’intégrer un groupe qui deviendra The Little Big Show Band. En 1960, Del Shannon et son compère Max Crook, inventeur du Musitron (l’un des premiers synthétiseurs de l’époque) sont  signés par le label Bigtop. Ils partent à New-York pour enregistrer la chanson « Little Runaway », qui deviendra « Runaway », et qui connaitra dès sa sortie un succès foudroyant!

En 1963, Del Shannon interprète une chanson , « From me to you », composée par 4 garçons venus de Liverpool et qui sèment la folie de leur fans partout où ils se prooduisent : Les Beatles. L’année suivante il rend hommage à l’une des figures phares de la country music, Hank Williams, dans l’album  » Del Shannon chante Hank Williams ». Par la suite, il produira la chanson « Under my thumb » reprise des Rolling Stones, puis « Sea of love », qui sortira en 1980, après une période noire marquée par ses soucis d’alcools. Devenu dépressif, il finira par se suicider chez lui en février 1980.

Reste donc quelques chansons, plus ou moins connues, a (re) découvrir.

Guillaume.

 

Cage the Elephant, de l’énergie sans filet!


Cage The Elephant est un groupe de rock américain formé en 2006 et qui s’est transporté à Londres dès 2008. Composé de Matthew Shultz (chant), Brad Shultz et Nick Bockrath (guitares), Matthan Minster (claviers), Daniel  Tichenor (basse), Jared Champion (batterie), le groupe américain vient de publier « Unpeeled », leur 6ème album depuis le premier paru en 2008, réalisé durant la tournée américaine de l’été 2017, en mode acoustique.

Je ne connaissais pas ce groupe jusqu’au jour récent où je les ai découvert récemment en première partie du dernier des 3 concerts donnés par les Rolling Stones à Nanterre, dans la nouvelle Arena de 40.000 places. Autant dire que pour ce sextet, ce privilège relevait pour eux d’une opportunité unique, extraordinaire! Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont accompli leur tâche sans faillir.

Mais revenons à leur album, « Unpeeled », sorti cette année. Il contient… 21 titres!! Rien que ça, marque l’audace des garçons de Cage The Elephant. D’entrée, l’atmosphère qui vous saisit est celle des 70’s, époque d’une pop électrique très élaborée, avec des effets, matinée parfois de sonorités issues de l’Inde ou d’ailleurs, comme l’ont fait les Beatles, Led Zeppelin, ou encore les Doors. Le groupe compose des mélodies qui vous rentrent facilement en tête, et le chanteur possède un joli timbre de voix, très expressif. Sur scène le bougre est un véritable zébulon, une boule d’énergie, une mix entre Mick Jagger, David Bowie, Syd Vicious et Iggy Pop. Les morceaux s’enchainent, en légèreté, nous proposant une pop bien ficelée, agréable à l’écoute. L’énergie qui se dégage des morceaux est, sur scène, rendue encore davantage présente.

Alors, cet « Unpeeled » ici en mode acoustique, est une petite pépite à découvrir. N’hésitez surtout pas!

Guillaume.

Mister Bennett en 5 chapitres !


Oui je sais, vous vous dites : « Quoi encore un article sur Tony Bennett! »… Je vous comprend. Si la fois précédente c’était pour chroniquer le concert triomphal du crooner à L’Olympia fin juin, cette fois-ci c’est à l’occasion de la réédition en coffret, sorti en 2015 chez Columbia/ Sony, de 5 albums du crooner américain. Histoire de faire un petit tour dans l’œuvre de ce chanteur.

5 albums différents répartis en 2 périodes, puis mis à part « I Left my heart inSan Francisco » paru en 1962, les 4 autres albums ici regroupés concernent la période 1992-1995, période au cours de laquelle le crooner va revenir sur le devant de la scène, conquérir un nouveau public, avec quatre albums renfermant des univers musicaux très différents :

Ca commence par un hommage à son alter ego Frank Sinatra avec « Perfectly Frank » paru en 1992. La pochette en noir et blanc, est une photo de Frank Sinatra jeune se produisant sur la scène d’un cabaret, entouré d’un petit orchestre. Des titres comme « I fall in love too easily », « Night and day », « You go to my head », The lady is a tramp », « Day in, day out », « Call me irresponsible », autant de standards immortalisés par « The voice », ici chantés par Tony Bennett et sa voix si particulière. Un régal!

Ensuite, dans la foulée, il enregistre en 1993 « Steppin out », qui se veut un album en hommage à Fred Astaire, l’un des plus grands danseurs de claquettes américains, qui, avec Gene Kelly, ainsi que la talentueuse Ginger Rogers, a écrit les plus belles pages du cinéma hollywoodien dans le domaine de la comédie musicale. Accompagné d’un trio piano-contrebasse-batterie, Bennett se ballade avec une joie non cachée dans cet univers swinguant, virevoltant. 18 titres qui sont un bonheur à écouter, savourer, découvrir.

En 1994, il profite de la vague initiée par la chaine musicale américaine MTV et sa série de concerts acoustiques (Unplugged) pour se plier à l’exercice, comme d’autres artistes avant lui, tels Eric Clapton ou Nirvana. Toujours entouré d’un trio piano-contrebasse-batterie, aussi précis qu’une montre suisse, ce soir-là, Tony Bennett donne toute sa mesure et régale le public d’une superbe performance vocale. A savourer!

Enfin, le dernier album ici présenté dans le coffret est « Here’s to the ladies » (pas besoin de traduire, n’est-ce pas mesdames!). A l’origine, « Here’s to the ladies » devait être un album de Franck Sinatra. Pour des raisons de business, ça ne s’est pas produit! Bref bien des années plus tard,  Tony Bennett a donc décidé de s’y coller. Au menu, de superbes interprétations de titres comme « I’m in love again », « Somewhere over the rainbow », ou encore « I got rhythm ».

Ce coffret permet un voyage dans le temps, dans l’histoire du jazz, du swing à la variété en passant par le jazz cool, guidé par la voix magique de Tony Bennett!
A ne pas rater!

Guillaume.

Aragon naissait il y a 120 ans déjà!


 

 

 

 

Né en 1897 à Paris et décédé également à Paris, la nuit de Noël 1982, cette année, Louis Aragon aurait eu 120 ans !

Et puisque c’est un chiffre marquant, que par ailleurs personne ou presque dans les médias spécialisés (radio-télé-presse écrite) ne célèbre cette figure importante du 20ème siècle dans les domaines de la littérature, de la poésie, de l’édition, de la résistance,  y compris de la politique (communiste, jusqu’à sa mort, et fidèles aux idéaux du stalinisme, personne n’est parfait!), je me suis dit que j’aillais m’y coller, ô de façon brève, modestement, et sans entrer dans tous les domaines, puisque seul celui de la poésie, de son écriture, qui sera mise en musique plus tard m’intéresse ici.

Je passerai donc sur sa jeunesse, ses engagements politiques auprès du parti communiste français, époque Maurice Thorez,  son travail dans les revues « La Commune » (1933-1939), « Ce soir » (1937-1953), puis les « Lettres Françaises« , hebdomadaire littéraire dont il est directeur) ou la maison d’éditions qu’il a fondé en 1953, « Les Editeurs Français Réunis« , qui publie des auteurs attachés au « réalisme socialiste » fidèles au modèle soviétique stalinien. Je ne parlerai pas de son engagement dans la résistance (médecin-auxiliaire sur la ligne de front, après l’invasion de la Pologne par les armées d’Hitler), moins encore de sa carrière de romancier.

Aragon, écrivain, était aussi journaliste, éditeur, mais également membre du courant littéraire des « surréalistes », aux côtés de Paul Eluard, André Breton ou Philippe Soupault. Bon et le poète alors?

Il ne cesse d’écrire, de livrer des textes, depuis le « Feu de Joie » en 1919, en passant par « les yeux d’Elsa » en 1942, ou « la Rose et le réséda » en 1943. Il poursuivra ses publications jusqu’en 1969. Si Georges Brassens a, dès 1953, mis un poème d’Aragon en musique (« Il n’y a pas d’amour heureux »), c’est le grand Léo Ferré qui va lui consacrer un album entier « Les chansons d’Aragon », en 1961.

Par la suite, Jean Ferrat, Yves Montand, Alain Barrière, Marc Ogeret, mais aussi Nicole Rieu, Francesca Solleville, Isabelle Aubret, Catherine Sauvage, mais aussi Philippe Léotard, Bernard Lavilliers, ont mis en musique et chantés la poésie de Louis Aragon.

Aujourd’hui, Louis Aragon reste un nom gravé dans les mémoires collectives. Il est aussi un symbole à plus d’un titre, de par son histoire, son parcours, ses écrits et cette histoire d’amour au long cours avec Elsa Triolet. Aragon évoque un pan de l’histoire parisienne et française de la culture, de la littérature, de l’adhésion à une idéologie politique. De même, des lieux culturels, salle de spectacle, ou … des médiathèques par exemple :-), portent son nom.

C’était aussi un merveilleux poète, parolier sans le savoir… il eu le temps d’apprécier l’adaptation de ses textes en chansons, qui sont rentrées depuis dans le répertoire, dans la mémoire des gens.

Je vous suggère un petit florilège, ci -dessous. Bonne écoute.

Guillaume.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guillaume.

Trust, 40 ans au compteur!


1977 : Alors que la vague punk sévit chez nos voisins grands- bretons mais aussi sur nos terres gauloises, un groupe de rock formé à Nanterre, du nom de Trust,  va vite émerger, avec à sa tête deux figures emblématiques : le guitariste Norbert Krief dit Nono, et le chanteur Bernie Bonvoisin, à la voix puissante. Yves « Vivi » Brusco les rejoindra à la basse, tandis que les baguettes seront aux de Jean-Emile Hanela dit Jeannot. Lui succèderont Nicko Mack Brain, qui partira rejoindre Iron Maiden  en 1983 pour en devenir le batteur indéboulonnable, et Clive Burr,  qui fera le  chemin inverse.

En 1978, Pendant que les Rolling Stones enregistrent leur album « Some girls » dans un studio, Trust, juste à côté,y parfait son premier 45 tours (je parle là d’un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaitre 🙂 ), avec les titres Paris by Night/ Prends pas ton flingue, adaptation d’un titre des Australiens d’ACDC, Love at first feel. A cette occasion, une amitié va se nouer entre les deux groupes, et permettra à Trust de tourner et faire connaitre son album, car dans le même temps, la maison de disque qui gère aussi Téléphone, privilégiera ces derniers. Le répertoire de Trust est un mélange de provocation (La Haine, L’Elite), avec des passages plus poétiques inspirés de Molière entre autres. Le tout sur fond de musique hard. Ce côté engagé, voire enragé de Trust, à travers les paroles écrites le plus souvent par Bernie Bonvoisin, vaudra au groupe une censure de la part des médias (radios, télés). Des titres comme  » Police-milice », « bosser Huit heures », « Préfabriqués », « L’élite », en sont la preuve. En 1980, « Répression » le second album de Trust, assoit définitivement la popularité du groupe, et des morceaux tels que « Antisocial », « le Mitard ». Sur « Marche aou crève », 3 album du groupe, figure des titres toujours joués tels que « Certitude… solitude »… « Les templiers », « Marche ou crève »,  » Ton dernier acte » en hommage à Bon Scott, chanteur d’ACDC décédé brutalement en 1980.

1985-2009 : le groupe, fatigué par des tensions internes, se sépare. Chacun sa route, chacun son chemin… comme le chantera si justement plus tard Tonton David! Nono part rejoindre Johnny Hallyday le temps d’une tournée, Bernie produisant des albums solos. Puis vient le temps des réconciliations suivies d’albums, de concerts ça et là, mais très vite les engueulades et ruptures reviennent! Cela va même permettre à Bernie Bonvoisin de se tourner vers le cinéma : « Les démons de Jésus », « Les Grandes Bouches », »Blanche ».

2007 : le 4 décembre Trust fête ses 30 ans d’existence à L’Olympia, là même où ils avaient débuté!

2016-2017 : Reformé avec un nouveau groupe hormis les 2 leaders, Trust  a effectué une grosse tournée qui devrait déboucher sur un album pour fêter dignement les 40 ans d’existence du groupe!

 

 

 

 

 

J’attends avec curiosité la sortie de l’album annoncé.. avant peut-être de les revoir sur une scène parisienne. Une affaire à suivre, qui devrait marquer l’année 2018!

Guillaume.