Archives du blog

Le Duo Art Vincent Peirani / Emile Parisien : Vivre la Belle époque


belle-epoque-585Je vous invite pour cette chronique à découvrir l’album de deux jazzmen : Vincent Peirani et Emile Parisien : Belle Epoque. L’un à l’accordéon, l’autre au saxophone soprano.

Cet album est constitué de reprises de différents jazzmen (Sydney Bechet, Duke Ellington…) ainsi que de compositions des deux musiciens.

Je n’ai jamais vu Emile Parisien sur scène, mais j’ai vu récemment Vincent Peirani en concert avec le Trio FOX, et cet homme, du haut de ces deux mètres (ou quelque chose s’en approchant), arrivant avec ses pieds nus, est totalement envoûté et envoûtant. Et le voyant ainsi je comprends mieux la poésie et la liberté de sa musique.

Leur duo est totalement bouleversant. Les mélodies sont d’une extrême sensibilité. C’est beau, tout simplement beau. Le morceau de Sydney Bechet « Egyptian Fantasy » est un véritable hommage aux racines du jazz, dans un esprit totalement contemporain et presque extatique. Les notes de cet album s’enchainent et virevoltent. Deux instruments, deux musiciens qui s’accordent dans leurs envolées, dans ces enchainements de notes en cascade. Mais aussi dans une harmonie pleine de finesse et de sensibilité.

Un moment de pur bonheur.

Carine

 

 

Rencontre au sommet


I-Moyenne-150286-cd-richard-galliano-au-bresil_netIl était temps pour cette rencontre au sommet entre deux monstres de l’accordéon : Richard Galliano qui a su transformer notre regard sur cet instrument de musique et nous en faire découvrir les mille e tune  facettes et José Domingos de Morais di Dominguinhos décédé le 23 juillet 2013. Il a fallu 30 ans pourque ces 2 musiciens puissent enfin jouer ensemble.  Cette collaboration a eu lieu grace au film « paraiba meu amor » qui nous conte ce que représente la musique et la danse forro dans la culture musicale du nord du Brésil.

Françoise

Galliano et Vivaldi


Uni_Galliano_VivaldiLes 4 saisons de Vivaldi revisitées par Galliano.

Un projet qui de son propre aveu lui tenait à coeur depuis très longtemps. Cette oeuvre de Vivaldi a été jouée, rejouée parfois même galvaudée. Mais c’est ici pourtant une belle réussite que l’union de l’accordéon et de la musique baroque, une parfaite harmonie, un vrai plaisir pour mes oreilles. Galliano nous livre une interprétation épurée, énergique, magique.

En bref j’aime et  j’espère que vous découvrirez ce disque avec le même bonheur que moi.

Françoise

Bach au piano à bretelles


Voici le coup de coeur d’un adhérent
Si tout paraît opposer le classicisme au populaire, c’est souvent en musique que l’art du métissage s’affiche à la réussite. Prenez d’un côté Jean-Sébastien Bach, capable de remplir Bercy (s’il était encore vivant) tellement ses compositions restent actuelles et l’instrument des bals à papa : l’accordéon. Reste que pour réaliser une recette de qualité, il faut un chef ou plutôt un chef d’œuvres instrumentales. Et là ! Il n’y en a qu’un capable de monter en mayonnaise l’Aria ou de proposer un soufflé de Toccata, c’est Richard Galliano. Avec son album BACH, le musicien remplace aisément l’orgue de Notre-Dame par un piano à bretelles d’une légèreté agréable et se permet même de déverser avec un mélodica une fugue époustouflante. Bach et Galliano c’est le mariage rêvé pour glisser le CD dans son autoradio de voiture lors d’un gigantesque bouchon où toutes les voitures en surchauffe deviendront d’un coup d’oreilles de minuscules tas de ferraille qui se perdront dans la limpidité des notes et d’une nouvelle destination ou encore, bien calé dans un bon fauteuil, la chaîne à fond, les yeux fermés pour inonder votre esprit et tous vos voisins plantés devant « Plus belle la vie ! » Ici, pas besoin de croire que la musique classique et le roi du tango argentin ne sont réservés qu’aux intellectuels. Cet album est une invitation… et une invitation, cela ne se refuse pas.

Patrick Bourgeois.

Si vous aussi vous désirez nous faire part d’un coup de coeur, n’hésitez à nous faire parvenir votre article nous le publierons.

Françoise

Une communion d’artistes !


Explorations et improvisations, pour ce tandem revigorant qui nous entraîne dans une valse musicale échevelée. Sans cesse renouvelée tout au long de l’album. Jazz, ska, hip-hop, musette, les frontières éclatent, tout est permis ! Des textes intelligents et poétiques, un accordéon qui tient l’orchestre à lui tout seul.

Bref, une énergie se dégage de leur musique et ils nous emportent dans leur danse frénétique.

Enitram