Archives du blog

En Mai, Cesaria Evora et Brass Band seront à l’honneur !


En ce mois de mai, le dicton nous invite à faire ce qu’il nous plaît!!!! Hé bien, puisque c’est comme ça, la médiathèque vous invite à venir savourer et partager 2 moments musicaux, qui bien que différents, offriront à vos oreilles curieuses de jolis promenades sonores et humaines. Alors de qui et de quoi s’agit-il?

Tout d’abord, le samedi 13 mai à 15H30, le duo composé de Sanda Musica (flûte traversière-chant) et Alma di Mundo (guitare acoustique-chant), viendra nous présenter un hommage à la chanteuse capverdienne Cesaria Evora, autrement nommée « la chanteuse aux pieds nus » (c’est ainsi qu’elle se produisait sur scène). Tout en sensibilité et en complicité, ce duo, qui s’est rencontré à l’automne 2016, fonctionne très bien. Si le Cap-Vert sera bien sûr au centre du répertoire, un petit détour par l’Afrique pas si lointaine vous sera proposé. De quoi passer un joli moment!

Le samedi 27 mai, toujours à 15H30, la médiathèque aura le plaisir d’accueillir le contrebassiste Hubert Dupont, qui pour une fois devrait délaisser son instrument favori, pour diriger son M’Brass Band. Mis en place depuis 2014, il était d’ailleurs venu le présenter lors de la fête de la musique cette année-là, en jouant sur le perron de la médiathèque (voir ci-dessous). Revenu en janvier 2016, avec un Brass Band qui avait évolué, il nous fait le plaisir d’à nouveau se produire chez nous. Composé de cuivres, de percussions notamment, il vous proposera une musique festive, joyeuse.

Du Cap-Vert au Brass Band, en passant par l’Afrique, le mois de mai s’annonce donc riche en couleurs musicales…. n’hésitez pas à venir nombreux / nombreuses, pour ce qui sera une bonne mise en bouche, avant la fête de la musique, le mercredi 21 juin,  pour laquelle la médiathèque vous prépare une programmation éclectique et de qualité (j’y reviendrais plus tard…).

Guillaume.

Publicités

Alma di Mundo


Parmi les artistes-musiciens fontenaysiens, je tenais à vous présenter Alma di Mundo, alias Jean-Jacques Dos Santos, chanteur-guitariste, dont le chant et le son du Cap-Vert coule dans les veines et entre les doigts. Vous avez peut-être déjà croiser sa silhouette longue, casquette ou chapeau vissé sur le crâne, guitare sur son dos, dans les rues de Fontenay-sous-Bois.

Jean-Jacques Dos Santos, homme discret, outre la musique, fait parfois des apparitions au cinéma, furtives, courtes. Mais sa vraie passion, sa véritable vibration, le moteur qui l’anime, est essentiellement la musique, les musiques, d’où qu’elles viennent, avec bien sûr un penchant naturel pour la culture de son Cap-Vert, la musique brésilienne, mais aussi des Caraïbes, le reggae, ainsi que le blues issu du Sud des Etats-Unis. Bref c’est un voyageur des sons, des cultures.

Récemment, il a publié un album « Saudade and Blues« . Entouré pour l’occasion du bassiste-contrebassiste Rémi Auclair, des guitaristes Hubert Preto et Thierry Deroche, de l’harmoniciste Luc Arrignon, des choristes Cheila Simone et Johanna Dos Santos, du percussionniste Paul Flint, JJ Dos Santos-Alma di Mundo, nous offre à découvrir 5 de ses compositions personnelles, toutes teintées de nostalgie aux accents brésiliens, capverdiens, et de blues venu du sud des états-unis. 5 ballades, dont la reprise adaptée de la célèbre chanson « Saudade » qui rendit célèbre Césaria Evora, et fit découvrir au monde la place du Cap-Vert et sa culture.

Le chant tout en retenue, épaulé par ses deux choristes, soutenu par une belle brochette de comparses musiciens, nous permet de découvrir ce musicien, pour qui le pont entre la culture française et caribéenne,  capverdienne chère à son cœur, est le fondement de sa démarche. Outre ses activités artistiques ici, il mène également des actions au Cap-Vert. L’un de ses prochains projets (en préparation) concerne d’ailleurs directement cette île et sa Diva au pieds nus (car c’est ainsi qu’elle se produisait sur scène) Césaria Evora, décédée en 2011.

« Saudade and Blues« , album teinté de couleurs musicales différentes mais qui se rejoignent, se complètent, est une belle porte d’entrée dans l’univers de Jean-Jacques Dos Santos.

Guillaume.