Archives du blog

Les Soulections #13 : D’Angelo


Seulement trois albums studio entre 1995 et aujourd’hui, alors comment se fait-il que D’Angelo soit un artiste si marquant de l’univers Soul depuis le début des années 90? Certes la quantité ne fait pas tout mais bon…

Pour ma part, je dirais que sa voix un peu comparable à celle de Marvin Gaye (oui j’ose) y est pour beaucoup et son aide pour ouvrir les portes à la Nu-Soul aussi, avec Erykah Badu, c’est l’un de ceux que l’on peut appeler précurseur dans cette générations d’artistes.

Mais revenons un peu dans le passé, car dans le genre surdoué, Michael Archer (C’est son vrai nom) est quand même un cas officiel! Surpris par son grand frère à l’âge de trois ans en train de jouer du piano à merveille, le gamin va vite s’engager sur la voie de la musique et saute de concours en open mic en ayant plus que souvent la faveur des auditeurs.

Un jour de 1993, après avoir envoyé une démo au label EMI, on lui propose une audition où il scotche les producteurs avec un récital de piano/voix de près de trois heures. EMI le signe instantanément et lui demande de composer pour d’autres artistes pour commencer, notamment sur la B.O de “Jason’s lyrics” (Sang noir en Français) pour le fameux Black Men United et leur titre “You will know”, pour rappel Black Men United, c’était un super collectif d’artistes R’nB composé entre autre de Boyz II Men, Joe, Brian McKnight, Raphael Saadiq et Lenny Kravitz à la guitare (rien que ça).

Point de départ, d’une drôle de carrière, faite de succès mais aussi d’immenses trous d’air… Quoi qu’il en soit, en 1995, soit un an après le succès de “U will know”, D’Angelo sort son premier disque solo, “Brown sugar”, qui au départ, n’obtient pas le succès escompté par le label, ça marche, oui, mais EMI en attendait plus, ce n’est que quelques semaines plus tard que les ventes grimpent, peut être que le public n’était pas encore prêt pour ce son un peu moins “mainstream” que celui auquel il était habitué, faut dire qu’en 1995 on sort à peine de la New Jack, alors un retour vers un son plus proche de celui de la soul des 70’s que du R’nB des 80’s, ça a du choquer un peu au départ! Mais voilà, avec les talents vocaux et musicaux du gamin de 21 ans et porté par des titres tels que “Brown Sugar”, “Lady” ou “Cruisin”, ce disque se devait de devenir un classique et c’est le cas.

A la suite de ça, D’Angelo part en tournée pendant plus de deux ans pour promouvoir l’album et vu le niveau qu’il propose en live, ça marche très fort et le public en redemande… seulement, selon les dires de l’artiste, il se retrouve dans une longue période de “feuille blanche” et n’arrive plus à écrire, donc, les années passent et le deuxième album ne pointe toujours pas le bout de son nez.

Pour ne pas se faire oublier, il sort plusieurs covers de titres légendaires tels que “Your precious love” avec Erykah Badu ou la reprise du titre de Prince “She’s always in my hair” et continue à tourner en live avec ses proches jusqu’à devenir le co-créateur des fameux Soulquarians en compagnie de Questlove des Roots, Common, J.Dilla et autres…

La période de disette se conclut en 2000 avec la sortie de son deuxième disque, “Voodoo”, LE disque qui va le consacrer comme un artiste incontournable et notamment à cause d’un morceau ou plutôt un clip, celui du troisième single de l’album “Untitled”. Dans cette vidéo, D’Angelo commence sur un close up sur son visage et au fur et à mesure, la caméra recule lentement et on découvre un D’Angelo nu, huilé et hyper musclé, mesdames, attention les yeux, ça pique!!! Le clip est censuré sur MTV et pourtant rien de dévoilé en dessous de la ceinture, mais c’est clairement très suggestif!

D’Angelo devient instantanément un icône sexy et ces concerts deviennent un déchaînement de groupies, au delà de ça, le disque est vraiment génial et devient un classique du genre.

Malheureusement, ce succès est un peu trop intense pour l’artiste et il sombre dans une grosse dépression, alcool, drogues, prises de poids sa relation avec Angie Stone prend fin et en réalité entre 2002 et 2013, hormis quelques collaborations, le peu de fois où on entend parler de Dee, c’est plutôt pour des faits divers qu’autre chose…

Il essaie bien de sortir un disque, quasi fini, mais l’affaire ne se conclut pas et c’est repoussé jusqu’en 2014 avec un tout nouveau projet du nom de “Black Messiah”, en étant complètement honnête, c’est clairement le disque que j’aime le moins, un peu trop rock pour moi, mais l’ensemble reste quand même de qualité.

Alors voilà, en attendant une suite à tout ça, D’Angelo reste un des génies qui nous a permit de découvrir la Nu-Soul et rien que pour ça, une petite playlist est de rigueur…

 

Laurent

Publicités

Les Soulections #3 : Angie Stone


Changeons un peu d’époque et revenons un peu à des artistes actuels avec une des divas de la Neo Soul, Miss Angie Stone. La diva de Colombia, souvent comparée à Chaka Khan, tant pour son physique que ses morceaux souvent sexy est l’une des pionnières de la Nu-Soul actuelle au même titre quErykah Badu ou celui qui fut son compagnon et père de son fils, D’angelo.

Dans un style proche de la “Philly Soul”, Stone a enchaîné les albums depuis la fin des années 1990 avec un succès constant, mais avant ça, elle avait fait plusieurs tentatives en groupe un peu moins fructueuses, de qualité, certes mais moins reconnues publiquement.

Elle a commencé comme beaucoup, par le Gospel, puis, comme elle est fan de basket, elle s’inscrit dans un programme de sport-études où, avec deux de ses amies, elles fondent un trio hip hop funk du nom de “The Sequence” et sortent deux tubes qui fonctionnent plutôt bien. Après deux albums, le groupe se sépare et Angie continue son petit bonhomme de chemin, notamment avec le groupe Mantronix et également en tant que choriste sur un des albums de Lenny Kravitz.

La suite, c’est le groupe Devox, qui lui offre pour la première fois, le lead vocal. C’est aussi à cette période qu’elle rencontre D’Angelo, pour qui, elle fait des choeurs (et un enfant), cette visibilité lui permet de sortir un premier album solo, “Black diamond”, qui explosera les charts et lancera sa carrière définitivement.

Son deuxième album, “The mahogany soul” la consacrera définitivement comme l’une des reines de ce mouvement et Stone va continuer à nous régaler les oreilles, elle compte à ce jour sept albums et une multitude de collaborations avec des artistes tels que Dave Hollister, Anthony Hamilton, Prince et j’en passe…

Il ne vous reste plus qu’a (re)découvrir l’univers de cette formidable artiste.

Laurent