Archives du blog

Mike Porcaro, bassiste élégant.


MPorcaroLive_image15 Mars 2015. Mike Porcaro, bassiste historique du groupe de rock américain Toto, s’en est allé, la faute à une maladie rare.

La première fois que j’ai eu l’occasion de rencontrer ce musicien aussi discret qu’essentiel au sein de Toto, c’était à Paris, en 1998, dans les salons de l’Hotel Hyatt, ou Mike Porcaro venait faire la promo de l’album « XX » célébrant les 20 ans de carrière du groupe. Affable, souriant, courtois, j’avais eu le privilège de converser durant 45 minutes avec lui, évoquant son rôle de bassiste, le groupe Toto, la vie en tournée, mais aussi sa vision du monde, à l’époque. Une rencontre qui me fit découvrir la personnalité  attachante de Mike Porcaro. La seconde fois, quelques années plus tard, toujours à Paris,  entouré des autres membres de Toto Steve Lukather et David Paich, il était venu rencontrer la presse, la veille d’un passage à Paris. Deux moments rares et privilégiés.

Mais avant ces deux rencontres, j’avais bien sûr découvert le musicien au sein du groupe Toto, dans les années 80. J’ai tout de suite aimé ce son pop-rock et les compositions superbes telles que « Africa », « Rosanna », « 99 », « Pamela », « Stop loving you » ou encore « Hold the Line » qui rendirent le groupe célèbre.

Mike Porcaro, outre son rôle au sein de Toto, était aussi producteur de musique et se retrouvait parfois à travailler avec des pointures comme Carlos Santana sur l’album « Surnatural » de ce dernier, en 2011. Il y jouait sur le titre « Primavera ».

Il a cessé de tourner en 2010 lorsque la maladie à pris le dessus. En 2012, les musiciens de Toto organisèrent alors une tournée européenne en son honneur, avec le concours de Nathan East à la basse.

Précurseur de l’utilisation de la basse à 5 cordes, devenu une référence pour les bassistes, il laisse l’image d’un musicien discret, efficace, au rôle très important au sein de Toto.

Guillaume.

 

 

 

Stanley Clarke, la Basse dans tous ses états.


Stanley Clarke est un musicien qu’on ne présente plus. A 63 ans, celui qui a révolutionné le jazz rock dans les années 70 avec Herbie Hancock, Chick Corea, a toujours évolué entre 2 univers : Le jazz acoustique et le jazz électrique. Pour l’avoir vu cet été à Marciac en duo acoustique avec Chick Corea au piano, l’homme est en pleine forme, le musicien toujours aussi éblouissant. Sa version à la contrebasse de « la cancion de Sofia », morceau composé en l’honneur de sa femme, fut un moment de pur bonheur musical. Outre la subtilité de son jeu, Clarke passa en revue toutes les techniques de jeu sur son instrument. Magique!

Sur la pochette de « Up« , Stanley Clarke est debout, son instrument en main. Il annonce la couleur. « Up », démarre sur le tonique « Pop Virgil », histoire de convaincre l’auditeur que le bassiste américain a encore des choses à dire, à écrire, à jouer. La suite, avec le très beau « Last train to Sanity », mélange de jazz rock, de musique classique, illustre à merveille cet ecléctisme dont Stanley Clarke a toujours fait preuve. « Up » qui donne son nom au disque, est un pur morceau de jazz-rock. « Brazilian love affair », nous plonge dès l’entame dans l’univers musical brésilien, avant de revenir à un jazz rock de bonne facture comme les aimaient son ami George Duke, décédé l’an dernier. Le triptique « Bass Folk Song » tantôt acoustique, tantôt électrique, est un régal, tant Stanley Clarke y étale sans esbrouffes son talent, son sens musical. En clôture de ce magnifique disque, la fameuse « Cancion de Sofia », enregistrée avec son compère pianiste Chick Corea.

Merci de ce beau moment, Mr. Clarke!

Guillaume.

%d blogueurs aiment cette page :