Archives du blog

Reprises exquises par José James


Oui, bon d’accord, je voulais trouver une rime. N’empêche, même si ce titre d’article n’est pas exceptionnel, il traduit cependant bien l’ambiance et le niveau de cet album de José James. Je ne suis pas une addicte des albums de reprises, mais là, j’avoue, José, il m’a eue…
José James est un chanteur de formation jazz et soul. Mais il se balade aussi dans des sons plus hip-hop, mais aussi rock ou encore électro. Cet artiste a une voix magnifique, envoûtante, un timbre suave… J’avais beaucoup apprécié son album No beginning no end. Oui je craque un peu…
Dans ce dernier opus, il rend hommage à un artiste qui l’a beaucoup influencé : Bill Withers, grande figure de la scène soul des années 1970-80. Premier titre : Ain’t no sunshine. Et là, tout de suite la magie fait effet : c’est jazz, c’est groove, c’est subtil.
Tout le long des chansons, le son de la basse vous mène, et la voix de José James vous emmène.
Un album vraiment remarquable. Le « crooner des temps modernes » comme il a pu être nommé, réussit ce pari difficile de la reprise et de la réappropriation. En y apportant toute sa sensualité, ce groove, ce talent vocal et musical. Un album que j’ai pu écouter en boucle, enchaînement des morceaux, des ambiances, présence de nombreux « guests » qui donne à chaque titre sa singularité aussi. Vraiment, il est trop fort ce José…

Bonne écoute !

Carine

Publicités

Nos Samples Rendez-Vous #31 : Daddy Lord C et Bill Withers.



Ah la la mais qu’est-ce que j’ai pu l’écouter ce morceau, le “Freaky flow” de Daddy Lord C, je l’ai fait tourner en boucle à l’époque, c’était la folie. Déjà, j’aimais beaucoup ce que faisait La Cliqua en général, mais là, ce solo de Daddy Lord C, dans un univers assez différent de ce que proposait le groupe, un petit storytelling amoureux tout simplement génial!
Le flow en question de notre MC est juste trop puissant, rapide et ses rimes percutent dans cette histoire de coup de coeur avec cette jeune femme qui lui donne “le freaky flow”.
Pour nous raconter ce “storytelling”, Daddy Lord C utilise une boucle d’un grand classique de la soul, par l’un de ces plus grands chanteurs, Bill Withers et le fameux “Just the two of us”.
Cette balade sortie en 1981 est issue de la collaboration entre Withers et un certain Grover Washington Jr l’illustre Jazzman New Yorkais, la chanson est un véritable hit et obtient 2 grammy awards, l’un pour la meilleure chanson R’n’B et l’autre, pour le meilleur album “Jazz Fusion” pour Grover Washington Jr. Cette balade sent la bonne humeur a plein nez et Daddy Lord C est loin d’être le seul à avoir repérer ce sample génial, Keri Hilson, Regina Belle et Urban Zakapa, star de la pop Sud Coréenne a repris ce morceau, mais la version la plus connue et qui a le mieux marchée, c’est celle de Will Smith, en 1997, dédiée à son fils, je vous la mets d’ailleurs en bonus, c’est cadeau!

Laurent

Les Soulections #16: Bill Withers


Voilà un artiste qui a marqué l’histoire de la musique noire Américaine et qui pourtant, aurait pu faire encore beaucoup plus si il n’avait pas été embourbé dans des problèmes contractuelles avec ses différentes maisons de disques.

Quel gâchis quand on pense à des titres tels que “Grandma’s hand” ou “Ain’t no sunshine”, Bill Withers est un grand de la Soul, y’a aucun doutes la dessus, mais comme je le disais, a deux reprises, d’abord avec Sussex Records, puis avec Columbia, il est empêché de produire des disques pendant plusieurs années, malgré ça, au cours de sa carrière musicale qui durera une bonne quinzaine d’années, il aura l’occasion de sortir neuf albums, de se produire durant le fameux “Rumble in the jungle”, vous savez le combat le plus mythique de l’histoire de la boxe, Mohammed Ali contre George Foreman.

Au passage, Withers est également devenu l’un des artistes les plus samplés de la musique Soul, j’aurais presque pu faire ma rubrique “Nos samples rendez-vous” qu’avec sa discographie, des Jackson 5 à DMX sur “Ain’t no sunshine”, de Daddy Lord C à Will Smith sur “Just the two of us” et j’en passe… Encore aujourd’hui dans mes recherches de samples je continue de trouver des pépites qui proviennent des disques du grand Bill.

Pendant qu’il était bloqué par ses contrats, il nous a quand même offert quelques formidables collaborations, notamment avec Grover Washington Jr ou bien avec les Crusaders.

Alors, voilà, avec moi, tous en coeur, ne remercions pas les maisons de disques, qui nous ont privés de plus de bonheur musical…

 

Laurent

Legends, Soul corps et âmes…


Encore un compilation de Soul music, me suis-je dit, en voyant ce coffret de 4 cd dédié à 4 grandes figures du genre : Aretha Franklin, Otis Redding, Billy Paul, Bill Withers.

Aussi étais-je curieux d’écouter cet hommage groupé.

Le résultat, outre la kyrielle de tubes ici égrénés, ce qui procure toujours du plaisir pour l’auditeur, permet de découvrir  des pépites : ainsi les versions de « Let it be », « Eleanor Rigby » des Beatles (voir video ci-dessous) par the Queen of Soul,  l’hymne stonien « Satisfaction » ici vocalisé par Otis Redding, avec cuivres en fond sonore, sans parler de la version originale de « Mrs Robinson », par Billy Paul, plus tard popularisé par le duo new-yorkais Simon & Garfunkel, ou les envolées vocales gorgées de feeling de Bill Withers.

Au final, une belle remontée dans le temps musical, un survol d’une époque où les voix servaient merveilleusement la musique, qu’elle soit soul ou plus pop.

A écouter sans modération aucune.

Guillaume.