Archives du blog

Un, deux et trois


pochette_moderatNous voici arrivés au 3ème opus de la trilogie, Moderat, résultat d’un long travail de collaboration de Sacha Ring alias Apparat et du duo Gernot Bronsert et Sebastian Szary alias Modeselektor, initié en 2003. (Le premier en 2009, II en 2013, et voici donc le tout dernier III en 2016).

Peut-on encore appeler cela un projet, Moderat est devenu un groupe avec ses caractéristiques, son identité et son évolution. Pour réaliser ce triptyque musical, ils ont pris leur temps, pour aboutir à un tout homogène, ce troisième chapitre est une vraie conclusion, voire une véritable orientation.

Les pochettes, une femme, puis un hommme et enfin pour terminer l’enfant, sont l’oeuvre de Siriusmo, ami du trio, dont le style est toujours très proche de l’auteur de bande-dessinée Charles Burns.

Le groupe allemand, electro, nous livre là un album plus sombre, plus pop, nous rappelant l’univers de James Blake, où la voix d’Apparat est beaucoup plus présente. Une voix éthérée, lascive et mélodieuse, qui nous chuchote à l’oreille. Un album relevant d’une introspection, véhiculant beaucoup d’émotions. 9 morceaux aboutis, travaillés, sophistiqués et en même temps très fluides.

Des +++ à Running, Intruder, et le tubesque Reminder.

Michèle

Le copieux diner de Famille de Snarky Puppy, suite et fin !


FamilyDinner2Le gang musical de Brooklyn, Snarky Puppy, est de retour avec le volume 2 du « Family Dinner« .

Si le premier volet laissait une belle place au jazz fusion, il n’en est rien pour le second.

En effet, ici, le collectif originaire de Brooklyn, fait la part belle aux musiques du monde, à travers des duos avec des invités tels que Susana Baca (Pérou), Salik Keita (Mali), Michelle Willis (Angleterre), David Crosby (Etats-Unis). La qualité des convives de ce second volet du dîner  de famille laissent à penser que le menu proposé sera copieux, coloré, épicé. Et c’est le cas! Si le repas ne contient que 8 plats, chacun d’entre eux, mitonné aux petits oignons, par les invités, donne à l’auditeur le plaisir d’une voyage riche en saveurs, en originalité!

Ainsi après une mise en bouche par la voix de Susana Baca, la farandole sonore nous offre le funk bluesy de Chris Turner, la musique chatoyante, dansante, signée de Salif Keita. Changement radical avec « Sing to the moon », qui offre un duo made in England avec les chanteuses Laura Mvula et Michelle Willis. Du jazz doux, sensuel, bien servi. Jacob Collier, jeune prodige anglais de 21 ans et le duo électro-pop Knower, offrent deux plages pleines d’énergie, de funk syncopé, avec ici et là quelques synthés qui s’incrustent.

Le dessert de ce repas familial nous est servi par le moustachu David Crosby, vieux routier du rock et membre légendaire de CSNY (Crosby, Stills, Nash and Young), groupe folk-rock-country des années 70. Une ballade folk, une voix trainante. Idéal pour terminer ce diner en famille.

Le dîner fut copieux, les mets de qualité !

N’hésitez plus, passez à table !!!!

Guillaume.

 

 

 

 

Nos samples rendez-vous #2


KendrickLamarSi dans la 1ère édition, je faisais un flashback dans ma jeunesse au collège et mes insomnies pour enregistrer mes clips préférés sur VHS (Coup de vieux instantané !!!), cette fois, je retourne dans le présent, la « Youtube era », avec un de mes artistes favoris actuellement : K.Dot, le seul et l’unique KENDRICK LAMAR !!!

Le nouveau king de la West coast, petit protégé de Dr.Dre a été bercé aux sons de son mentor, des Snoop Dogg et autres Ice Cube, tous des fervents utilisateurs de samples dans leurs morceaux (à part Dre qui a pris l’habitude de rejouer les boucles qui lui plaisaient, le petit malin !) Pourquoi alors ne pas reprendre une formule qui marche pour le nouveau prodige du rap US ?

Je vais donc vous parler d’un des morceaux qui l’a fait exploser au grand public, sur son 1er album « Good Kid Maad City », le fameux « Bitch don’t kill my vibe » où K.dot parle de cette mauvaise énergie qui l’entoure due à son succès fulgurant, il est soudainement aimé de tous, lui, le petit gars lambda de Compton, qui essaie juste de s’en sortir, il sent bien, que tout ce nouvel entourage est intéressé et lui causera plus de soucis qu’autre chose.

Pour ce morceau, au départ prévu avec Lady gaga, le natif de Compton s’est servi d’une boucle d’un groupe de pop/électro Danois, les Boom Clap Bachelors et leur chanson : Tiden Flyver. Vous allez voir, c’est troublant comme la même boucle peut sonner si différente selon l’artiste qui l’utilise. En tout cas, je vous invite à découvrir l’univers de ce groupe méconnu dans l’hexagone, mais bien sympa.

Comme quoi, le hip hop sait encore piocher le talent là où il est, même bien caché, surtout quand c’est Dr. Dre qui est aux manettes. A savoir, qu’un excellent remix avec Jay-Z est sorti quelque temps après, sur la réédition de l’album.

Laurent

C’est un peu court… pour l’instant


pocchette_alana-yorkeJ’aime la synth-pop, cette musique intime, dépouillée. Oui mais bon parfois c’est un peu trop !!!! Alana Yorke avec son album Dream Magic nous invite à entrer dans un univers plus ou moins mystique et hypnotique. Enfin est-ce que 7 morceaux, pas très longs, forment véritablement un album ? Enfin en même temps ça suffit peut-être… comme ça on n’a pas le temps de s’ennuyer…

Les morceaux sont simples et efficaces, des arrangements minimalistes, des mélodies captivantes, et la voix d’Alana très belle et très originale. Deux morceaux sur les sept sont un peu plus commerciaux. Tout cela forme un tout assez bien construit. Les critiques la compare à Kate Bush ou à Enya, alors là non pas d’accord, je ne retrouve aucune originalité, pas vraiment de personnalité et j’ai le sentiment qu’elle ne s’investit pas dans ces 7 morceaux. Cet album me donne l’impression d’être un avant-goût de quelque chose, l’esquisse avant le chef-d’oeuvre.

C’est une artiste à surveiller mais là pour l’instant elle ne m’a pas convaincue.

Michèle

 

CARIBOU


Canadien, installé à Londres, Daniel Snaith alias Caribou depuis 2005 (2 autres albums parus sous le nom de Manitoba en 2001 et 2003) est un personnage aux multiples facettes, musicien, chanteur, DJ, producteur de musique électronique. Je le découvre en écoutant Our love sorti à l’automne dernier.

Fourmillant d’idées, de détails, de textures et de nappes sonores, c’est un album « électro sensible » presque pop, et l’on se sent comme invité à s’installer dans les ambiances différentes de ses chansons. Des morceaux énergiques pour envahir les dancefloors, des morceaux hypnotiques à écouter au casque à la maison…

Plus j’écoute cet album plus je l’aime… J’adore l’aérien Silver, comme une multitude de bulles qui éclatent !

Pour faire plus ample connaissance, Caribou offre une playlist de 1000 morceaux à ses fans : The longest mixtape, beaucoup de belles découvertes à faire dans cette liste géante…

Enitram

Une sirène qui nous hypnotise


pochette_Emma-LouiseJe vous propose ici une voix douce, aérienne, voire cristalline. Emma Louise, avec son premier album studio Vs head vs heart, nous invite à une electro pop calme, paisible voire discrète. Cette jeune australienne a tout d’une professionnelle, les textes et les mélodies de cet album forment un tout cohérent et bien travaillé.

Bien qu’il y ait de très bons morceaux dans cet album, je dois vous avouer que j’ai trouvé l’album un peu long et monotone. Quand j’ai quitté Emma Louise, je me suis précipité sur un bon vieux Bruce Springsteen, qui m’a redonné un peu d’énergie. Je pense plus sérieusement que nous avons affaire là à une sirène australienne à la voix hypnotique.

Mais Emma Louise vous la connaissez surtout grâce à son Jungle , qui a servi pour la pub d’un parfum d’Yves Saint Laurent :

Michèle

Du nouveau venu d’Islande


couverture_AsgeirVoici Ásgeir, un jeune artiste de 22 ans, très connu dans son pays, l’Islande, depuis son 1er album Dýrð í Dauðaþögn. C’est un album très personnel, avec des compositions d’Ásgeir et des textes de son père, Einar Georg Einarsson, poète islandais reconnu. Il a eu un succès gigantesque dans son pays. In the silence est la version anglaise de ce premier CD pour la vente à l’international.

In the silence oscille entre folk, pop et electro. La guitare y est prépondérante, mais on peut également noter la présence de cuivres et de saxophone dans de nombreux titres. De plus, la voix d’Ásgeir, aiguë et légère, sublime ces mélodies. Si cet album est plutôt intimiste, plusieurs chansons electro, trip-hop apportent du dynamisme.

C’est donc une belle découverte pour ma part. Je vous encourage à écouter sur Internet la version originale (en islandais) de l’album qui est très agréable et plus authentique.

Alice

Pour le plaisir d’entendre de l’islandais, voici « Leyndarmál » la version originale de « King and cross ».

Une électro-pop intelligente


pochette_BretonDébut février, je trouvais dans les rayons le 2ème album de Breton : War room stories. Je n’ai fait ni une ni deux, rentrée à la maison je l’ai écouté avec impatience. Le premier morceau Envy m’a désorientée : une pop de qualité (un tube à coups sûr), mais où je ne reconnaissais pas ce groupe londonnien si caractéristique. Dès le second morceau S4, je les retrouve. Cet album est très varié, on passe sans arrêt d’une ambiance à une autre tout en restant dans un ensemble cohérent.

Breton me fait penser à Alt-J : mélange d’une pop électro innovante

Par rapport à leur premier album, ce cd me semble un peu trop gentil, on a envie que ça explose un bon coup, dommage ! Il n’empêche, ce rock accessible est véritablement de qualité.

Un +++ à Brothers qui va en crescendo et à Got well soon.

Michèle

Un petit peu d’énergie !


pochette_capital-citiesEn novembre 2013 sortait l’album In a tidal wave of mystery, 1er album du duo américain Capital Cities (Ryan Merchant et Sebu Simonian).

Le single Safe and Sound, qui débute leur album occupe tous les charts depuis environ deux ans. J’étais curieuse de découvrir l’album, allait-il être de cette qualité ?, alors je reconnais je suis un peu déçue, bien que l’album brille par sa gaieté, son énergie et ses sons électroniques efficaces, l’album m’a semblé un peu long. Ils chantent en anglais des paroles inintéressantes, mais honnêtement cela n’a pas d’importance puisque qu’on ne les écoute pas vraiment. C’est ce rythme, cette énergie communicative, ce mélange de funk, dance, electro-pop, qui interpellent et qui nous envoûtent presque.

Allez,  album à conseiller d’abord pour ce single (dites-moi que vous ne l’aimez pas !!!) et puis pour redonner la pêche.

Michèle

Flourish//Perish


pochette_BraidsVoici le 2ème album du groupe montréalais Braids. C’est un disque électro pop, plus minimaliste et contemplatif que le premier. Il n’est pas sans rappeler le travail de Björk, que ce soit par l’importance du fonds sonore et des samples électroniques que par la voix de Raphaëlle Standell-Preston.

Flourish//Perish est un album à l’ambiance calme et mélancolique, parfait pour se détendre et réfléchir. Si l’ensemble de l’album est très homogène, je regrette l’absence de chanson plus pêchue. En effet, les titres, pris séparément, sont  tous très agréables mais l’ensemble manque de relief. Cependant, la voix de Raphaëlle Standell-Preston, à la fois puissante et aérienne, sublime ce CD.

Un gros coup de cœur pour Fruend, 2ème titre de cet album, qui laisse une impression étrange et nostalgique avec ses voix fantomatiques.

Alice

Heureux les innocents


pochette_mobyNotre Moby international nous a concocté un 11ème album Innocents  très agréable à écouter. Le plus célèbre musicien, ermite urbain, est sorti de son appartement et  nous propose un cd de collaborations très variées : Inyang Bassey, Cold Specks, Mark Lanegan, Skylar Grey, Wayne Coyne

Alors oui, cet album a tout pour plaire au plus grand monde, il ne dérange pas, avec peu de surprise. Mais on y retrouve le Moby de Play, un Moby de qualité, qui nous transporte dans sa pop électro, dans son atmosphère feutrée, reposée.

Le disque s’écoule sans jamais lasser. Je peux le passer en boucle sans problème, mais vous me direz c’est  là où le bât blesse, il n’a peut-être pas besoin d’être écouté avec une attention particulière.

Des +++ à The perfect life, The Last Day, The Lonely Night.

Michèle