Archives du blog

Alice Cooper, Still alive…


Vincent Damon Furnier, ce nom ne va surement rien vous dire…. Alice Cooper sans doute davantage!  originaire de Detroit dans le Michigan, le presque septuagénaire (il aura 70 printemps en février 2018) est toujours bien vaillant, arpentant régulièrement les scènes du monde entier, et ce depuis plus de 5 décennies déjà.

Initiateur des show ayant des allures de grands-messes gore (il n’hésite pas à inclure des guillotines, des haches, et quelques animaux spectaculaires tels des Boas constrictors qu’il s’enroule autour du cou…!!! ), Alice Cooper marque aussi par sa voix un brin nasillarde mais puissante, et sa façon d’occuper la scène influencera des confrères tels Ozzy Osbourne, chanteur paronaiaque de Black Sabbath, qui lui piquera d’ailleurs quelques idées de mise en scène spectaculaires, ou bien encore le groupe américain de hard-rock, glam-rock, Kiss, qui reprendra l’idée de personnages maquillés! Un hommage en somme!

Alice Cooper se fera connaitra au grand public en 1971, à l’occasion de la sortie du 3ème album « Love it to death« , avec le single « I’m Eighteen« . En 1973, le titre « School’s out », puis l’album « Bilion Dollar babies« , finiront d’installer définitivement Alice Cooper comme un chanteur qui compte dans le paysage musical rock de l’époque.

En 1974, séparé de son groupe, Il entame une carrière solo, en conservant son pseudonyme, et publie « Welcome to my nightmare« , album qui fera un carton auprès du public. Les années passent, les courants musicaux tels le glam-rock, le hard-rock, le heavy métal, se succèdent mais Alice Cooper reste toujours d’actualité, produisant des albums régulièrement et je dois l’avouer de qualité inégale.

Personnellement, je n’avais plus écouté Alice Cooper jusqu’à la parution récente de « Paranormal », son dernier album paru en 2017, composé de 2 cd. Le premier cd est composé de titres neufs, dont la facture est assez bonne, avec des accents 70’s, une voix qu’il sait travailler à souhait, et des accents musicaux folks, rock, voire hard. un savoureux mélange des genres : A écouter : « Dead Flies », « Fireball », « Fallen in Love » ou encore « Holy Water ». Sur le second album, enregistrés en live en mai 2016, j’ai redécouvert des titres qui ont fait sa gloire tels que « No more Mr. Nice Guy », « Billion Dollar Babies », « Feed my Frankenstein » ou « School’s out ».

En somme, du bon Alice Cooper. A (ré) écouter avec bonheur. Car Alice Cooper est une figure incontournable de l’histoire du rock de ces 50 dernières années.

Guillaume.

 

 

Publicités

Des grosses motos et du gros son.


songs_of_anarchyOn continue dans le thème séries et musiques, par contre, pour une fois je change complètement d’univers musical, au programme : Hard rock et ballades country, qui l’eut cru ?

Charming, ville fictive de Californie est le fief d’un gang de bikers du nom de « Sons of Anarchy », ils règnent sans partage sur tous les petits trafics de la région sur leurs grosses Harley Davidson, seulement au soin de cette joyeuse bande de barbus, le leadership est synonyme de conflit entre Jax Teller (Charlie Hunnam), fils héritier du fondateur du charter et Clay Morrow, (l’excellent Ron Perlman du « Nom de la rose »), co-fondateur et beau-père de ce dernier. Les deux protagonistes sont tenus d’une main de fer par Gemma, interprétée par Katey Sagal, l’inoubliable Peggy Bundy de « Mariés deux enfants ». S’en suivront tout un tas d’intrigues à motos illustrées par de la grosse guitare…

La bande originale qui accompagne la série de Kurt Sutter (mari de l’actrice principale) aura attendu quatre saisons avant de voir le jour, ce n’était pourtant pas faute de matériel car chaque épisode est musicalement plutôt bien abouti, que serait une bonne balade en Harley sans un bon vieux hard rock en fond ? Je vous le demande ! Le réalisateur a pourtant préféré patienter et nous offrir une belle compil’ des quatre premières saisons, un choix sympathique financièrement et qualitativement.

Quiconque ayant vu la série se souviendra forcément du générique d’intro signé par Curtis Stigers et plusieurs fois nominé pour le meilleur thème télévisuel. Perso, il a failli me convaincre de me mettre à la moto, c’est dire… Pour le reste, cette B.O nous offre quelques belles reprises parfois interprétées par Katey Sagal elle-même, comme « Son of a preacher man » ou encore « John the revelator » de Blind Willie Johnson magnifiquement repris par Curtis Stiger and the Forrest rangers.

Croyez-moi sur parole si je vous dis que je suis pas le mieux placé pour vous parler de ce type de musique, mais si je me risque à en faire une chronique c’est que la série et sa bande originale en valent la peine, « The crow flies straight… »

Laurent

Friday night lights


FNLVoilà une grosse surprise pour moi, niveau série ! Je suis totalement passé à côté de Friday night lights à sa sortie en 2007, pour une raison très simple, je l’imaginais comme une série pour ados et honnêtement, je ne pense pas être le seul ! Je n’ai rien à reprocher à ces séries tels que Dawson, Beverly Hills (oui je sais, je suis vieux) ou encore Teen wolf etc… Elles fonctionnent très bien pour la tranche d’âge visée, mais ne me touche simplement pas.

Bref, en réalité FNL ne fait pas du tout parti de cette catégorie ! Il s’agit, c’est vrai d’une équipe de Football Américain au lycée, donc  les gros muscles et les cheerleaders sont bien là, mais la comparaison avec les autres s’arrêtent là. La série traite en réalité de la vie d’une petite ville fictive du Texas qui vibre pour son équipe. C’est en fait plus une série de société, qu’une série sur le sport. Beaucoup de sujets sont abordés (et je viens juste de finir la 1ère saison) tels que le handicap, la pauvreté, l’alcoolisme ou encore la pression que peuvent subir ces jeunes, représentants de toute une ville.

Au casting, l’excellent Kyle Chandler, vu notamment dans Bloodline, mais aussi Taylor Kitsch (True detective) ou encore Connie Britton (American horror story). C’est Peter Berg (Hancock, Du sang et des larmes) qui est à la réalisation, il avait déjà dirigé le film dont la série est tirée.

Musicalement, comme c’est quand même de ça dont on parle, c’est très varié mais très intéressant ! C’est la pop/rock US qui est le plus utilisé pour l’ambiance du show, la majeure partie des instrumentaux ont été joués par le groupe  Explosion in the sky. On a également du rap avec Outkast, de la country (Black Betty) et même du Stevie Wonder. C’est l’occasion de redécouvrir quelques tubes des années 90 et 2000.

Je vous conseille vivement d’entrer sur le stade des Dillon Panthers et d’embrasser la devise de Coach Taylor (Kyle Chandler) : Clear eyes, full eyes, can’t loose !!! L’intégrale de la série est disponible à la médiathèque.

Laurent

Le Flamand Rose revu (mais pas corrigé)


DarksideoftheMule_pochetteDès la pochette de l’album, le ton est donné ! Le titre est sans équivoque Dark  side of the Mule invite à la nostalgie d’un Flamand Rose resplendissant, inventif, puissant !

Mais là, pas de David Gilmour aux manettes, de Nick Mason aux baguettes… non ! Mais alors, qui ose ainsi reprendre la musique du Flamand Rose ? Juste un groupe américain tendance blues-rock, Gov’t Mule (né en 1994 de la volonté de Warren Haynes et Allen Woody (Allman Brothers Band), fans du Floyd) qui se lance ici le challenge de revisiter à sa sauce les titres mythiques du Floyd.  Dès l’introductif « One of these days », je suis rassuré quant à la qualité de l’entreprise. Pas de trahison de l’esprit d’origine, pas non plus de reprise sans âme, non un travail bien mené tout comme les suivants « Pigs on wing part.2 « , « Shine on your crazy diamond », « Money », et le final « Wish you were here ».

Le quintette américain s’en tire de belle manière, la touche blues-rock n’étant ici pas un frein mais une couleur ajoutée à celle des titres repris, revisités.

Guillaume.