Archives du blog

Mac Miller, un artiste que j’ai découvert trop tard…



Voilà un énorme gâchis de talent et un gros raté de ma part musicalement parlant, je parle du jeune mc de Pittsburgh, décédé ce 7 Septembre, Mac Miller. Je reconnais être totalement passé à côté de Miller, depuis son début de carrière jusqu’à récemment et son passage au Tiny Desk de NPR music, une vidéo que vous pourrez voir plus bas.
Bien sûr, j’avais entendu des tracks par ci par là, des featurings aussi, mais je sais pas, je ne suis jamais vraiment entré dans son univers sans non plus m’expliquer pourquoi. Quoi qu’il en soit, sa performance dans ce petit coin de paradis musical que sont les Tiny Desk m’a marqué et d’autant plus depuis son décès. En réalité, c’est le dernier morceau du set qui m’a fait craqué, “2009”, j’y ai découvert un artiste bien plus profond que je ne l’imaginais et son attitude durant ce dernier, change totalement du reste du set et de ce que je connaissais de ce jeune homme en général. Une mélancolie soudaine le prend et avec le recul et son décès, on a l’impression qu’il sait, comme si il avait compris que sa route s’arrêterait bientôt, trop tôt…
Quoi qu’il en soit, j’ai décidé de me plonger un peu dans sa discographie et je n’ai pas été déçu, avec cinq albums studios et une dizaine de mixtapes à son actif, Mac a posé son empreinte sur le hip hop depuis la moitié des années 2000 et son début de carrière à 15 ans avec But My Mackin’ Aint Easy en 2007. Au fil des disques et des collaborations, il a su peaufiner son art jusqu’à proposer “Swimming” cet été, d’où est issu le morceau “2009” dont je vous parlais plus haut.
Alors, voilà, je vais pas en faire des tonnes comme si j’étais familier de sa musique depuis des années ce n’est pas le cas, mais je dois reconnaître que j’ai des regrets de ne pas avoir découvert cet artiste plus tôt et vu les témoignages au suite de son décès, de Black Thought à Kendrick Lamar, en passant par J.Cole ou Talib Kweli et bien d’autres encore, on ne peut qu’admettre que ce petit gars de Pittsburgh avait du talent et qu’il nous a quitté trop tôt, alors RIP Mac Miller

Laurent

Publicités

Oddisee suit son cours…


Encore un artiste “séance de rattrapage” dont je vais vous parler aujourd’hui, il s’agit d’Oddisee, le jeune mc originaire de Prince George dans le Maryland avant de s’installer très jeune dans la capitale, Oddisee fait partie de ses rappeurs qui ne viennent pas des villes majeures du hip hop US et comme souvent avec ceux-là, il nous propose une musicalité différente de ce qu’on peut trouver à NY (même si c’est de celle-ci dont il est le plus proche), à L.A ou encore à Atlanta, Oddisee a son propre style ou devrais-je dire ses propres styles, car c’est le genre de gars qui expérimente et varie les plaisirs.

Parfois, je retrouve un peu le flow d’un Talib Kweli au niveau de la rapidité et de la précision des rimes, il aborde aussi le même type de sujet, à savoir le contexte politique américain, la vie de tous les jours, son vécu, les problèmes sociaux… Vous l’aurez compris, c’est un de ces artistes engagés, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Physiquement et dans son comportement scénique, il me rappelle également Gaël Faye, dont je vous ai parlé il y a quelque temps.

Cet été me semblait être un bon moment pour vous faire (peut être) découvrir ce gars un peu en retrait des lumières du hip hop mainstream, qui selon ses propres mots est heureux de pouvoir faire découvrir un autre aspect de cette musique et de pouvoir en vivre sans vendre du rêve et des faux semblants, ce qui est, plus ou moins la norme de nos jours dans ce milieu.

Avec une dizaine d’albums à son actif en comptant les disques collaboratifs et ceux composés uniquement d’instrumentaux, comme quoi, il est aussi très bon en tant que producteur et qu’il n’a pas peur de perdre son public, c’est aussi ça le bon côté d’avoir une fanbase de puristes, il n’est pas obligé d’être en permanence derrière le mic, même si, bien sûr, c’est là, son talent premier.

Dans la discographie déjà bien fournie d’Oddisee, j’ai envie de mettre en avant quelques titres pour vous familiariser avec l’univers de l’artiste:

“You grew up” sur “The iceberg” en 2017

C’est l’un de mes tracks préférés d’Oddisee, il nous parle ici des causes des violences policières et du terrorisme aux US, tout ça raconté sous la forme de l’histoire de deux jeunes qui, confrontés aux conséquences des choix de leur entourage vont se retrouver embarqués dans des chemins qui n’auraient pas forcément été celui qu’ils auraient pris au départ. C’est tout de même plus intéressant d’essayer de comprendre que de juger, non? Le visuel du clip aussi est vraiment chouette.

Contradiction’s maze avec Maimouna Youssef sur The good fight en 2015

Comme son titre l’indique, ce morceau est fait d’affirmations et de contradictions, ce puzzle construit en rimes est une véritable plongée dans l’esprit du rappeur et un tour de force car réussir à dire tout et son contraire, sans paraître complètement dingue et en rimant en plus, moi je dis chapeau!!! La sublime voix de Mumu Fresh sur le refrain ajoute une superbe note jazzy au morceau.

Let it go sur “People Hear What They See” en 2012

Sampler le “Shaft” d’Isaac Hayes, c’est toujours un peu gonflé vu comme le titre est légendaire, c’est le genre d’exercice où il ne faut pas se rater et pour le coup, ici, c’est vraiment réussi! Oddisee explique un peu sa vision de la vie, l’attitude qu’il adopte, à savoir, laisser ses problèmes de côté et continuer d’avancer, ne pas faire cas des obstacles et foncer, il faut dire que ça lui réussit plutôt pas mal! C’est avec ce morceau que je l’avais découvert.

Own appeal sur “Tangible dreams” en 2013

Oddisee est un mc qui voyage, qui voyage beaucoup, il a vécu en Allemagne pendant un temps, est familier de la culture européenne, il dit que sa musique existe de par ses voyages, que peu importe où il va, sa musique le suit, il se fabrique un studio avec un coin de table et ce morceau est là pour illustrer cette passion de découvrir le monde et de s’en imprégner.

Sur ce, je vous laisse en compagnie d’Oddisee pour (re)découvrir un artiste qui en vaut vraiment le détour et qui sera demain soir au New Morning et moi aussi d’ailleurs!!!

Laurent

Beatmakers, des hommes derrière les hits.


Les beatmakers dans le hip hop, ça fait un moment que j’ai envie de mettre en lumière ces hommes de l’ombre, ceux qui créent les instrumentaux des morceaux qui nous hantent pendant des années, ceux sans qui on ne bougerait pas la tête en entendant du rap! Alors, oui, aujourd’hui certains sont des stars, presque au même titre que ceux qui donnent vie à leurs instrumentaux, mais malgré tout, je trouvais important de vous dire un peu qui a fait quoi et bien sûr j’ai dû faire du tri, du gros tri même, que ce soit sur le choix des producteurs ou sur leurs oeuvres, j’en ai donc choisi six, qui ont pour moi bien façonné le hip hop depuis les années 90 à nos jours et choisi une dizaine de morceaux pour chacun.

 

J.DILLA

Je commence par un de ceux qui nous manque cruellement dans le paysage musical actuel, l’un des artisans des fameux Soulquarians et membre des Slum Village, l’incontournable J.Dilla. Maître absolu de la MPC, le natif de Detroit a une carrière aussi grandiose qu’elle fût courte, malheureusement fauché en pleine course par une grave maladie du sang à l’âge de 32 ans. Malgré ça, l’ancien de Slum Village reste l’un des producteurs les plus respecté, voire admiré dans le monde du hip hop, ceux qui ont travaillé avec lui, comme Common, Erykah Badu ou encore Talib Kweli en sont restés marqués à jamais et leurs musique est empreinte de l’esprit de Dilla. Son talent se résume facilement avec une anecdote de Questlove, le batteur de The Roots, grand ami de Jay Dilla: Un jour, pendant l’époque dorée des Soulquarians, Dilla assure qu’il est capable de sampler n’importe quel morceau et défie Quest de lui sortir un morceau. Le batteur qui est quand même une encyclopédie musicale, lui dégote un morceau de Rick James, dont il est persuadé qu’il n’est pas samplable, trop rapide selon Quest. Dilla se marre et ressort 20 minutes après avec un beat qui deviendra le fameux “Dooin it” de Common, Questlove en aurait presque perdu son afro légendaire.

9th WONDER

Sans doute le moins connu de la liste, mais pas à juste titre, en terme de talent et de productions majeures, ce “petit” gars de Caroline du Nord se pose là! Si vous aimez les samples Soul et Jazzy, 9th Wonder est le gars qu’il vous faut!

Il a commencé sa carrière en étant membre et producteur du groupe Little Brother avec Big Pooh et Phonte et s’est fait repérer réellement en remixant un morceau de Nas sur l’album “God’s son”. C’est l’ingénieur du son d’un certain Jay-Z, Young Guru qui est bluffé par le talent de 9th, il le contacte et lui dit que Jay a besoin d’un morceau pour son “Black album”. 9th Wonder se retrouve en studio avec l’une de ses idoles et on lui dit qu’il a grossièrement 20 minutes pour faire l’instru, ça va, pas de pression… En ressort “Threat”, Jigga garde le morceau pour l’album et c’est parti!!! Depuis, 9th a produit pour Talib Kweli, Kendrick Lamar, Erykah Badu et j’en passe… Dernièrement, le producteur de Caroline du Nord s’est concentré sur sa dernière trouvaille, Rapsody, pour qui il a produit entièrement son premier disque “Laila’s wisdom”, mais je vous en ai déjà parlé.

SCOTT STORCH

LE producteur star des années 2000, tout le monde se l’arrachait à l’époque, statistiquement, Scott Storch, c’est quasiment 1 hit sur 2 dans le hip hop et le R’n’B du début de ce millénaire. Au départ, Storch est l’un des membres originaux des Roots, chargé du clavier et si il quitte le groupe en tant que régulier quelques années plus tard, il reste proche de la formation de Philly et produit encore de temps à autre pour eux. C’est le cas sur “You got me”, le titre qui l’a révélé au grand public. Quelques temps plus tard, c’est LA véritable explosion avec “Still D.R.E” pour le “Chronic 2001” de Dr Dre, à partir de là, c’est la montée en flèche pour Scott et pendant une dizaine d’années, on ne verra que lui en haut des charts US. Malheureusement, Storch a du mal à gérer ce succès fulgurant et laisse  progressivement de côté la musique pour privilégier la fête et les substances illicites, il doit se faire hospitaliser à plusieurs reprises et finit même par se déclarer en banqueroute. Tout espoir n’est pas perdu pour Scott Storch, car depuis quelques temps, on l’a vu plusieurs fois au boulot et notamment avec Russ, une jeune étoile montante du hip hop, alors préparez vous à bouger la tête en 2018.

JUST BLAZE

Juuuuuuuuuuust Blaaaaaaaaaaazzzzzzzzze!!! Vous l’avez forcément ce petit gimmick vocal fait par le DJ du New Jersey, c’est sa signature musicale et vu la quantité de production du bonhomme, on l’a entendu un bon nombre de fois. Just Blaze, c’est typiquement les prod qui font bouger, le hip hop qu’on peut passer dans les clubs, dans vos soirées, c’est du sûr, ça va danser. Gros collaborateur de Jay-Z, principalement dans les années 2000 sur son Black Album ou sur les Blueprints, il s’épanouit aussi bien dans le rap que dans le R’n’B. Il a aussi beaucoup bossé avec Fabolous, pour qui il a produit les tubes “Can’t let u go” et “Breathe”. Pour réaliser ses morceaux, Blaze a samplé beaucoup de Soul, mais aussi de la pop, de l’électro, son univers est peut être le plus ouvert des 6 beatmakers dont je vous parle aujourd’hui.

THE ALCHEMIST

Le plus underground de la liste, sans aucun doute, si vous cherchez du rap sombre qui passe dans les ruelles malfamées, il y a de fortes chances pour qu’Alchemist soit derrière celle-ci, c’est Action Bronson qui en parle le mieux et qui définit sa musique comme la bande originale sur laquelle vous vous ferez assassiner (rires)!!! Plus serieusement, Al est un véritable génie et les mc’s le savent bien, chacun de ses beats sont hyper travaillés et très souvent finissent comme l’un des morceaux phares de leurs disques. Les quelques exemples de la playlist sont frappants et personnellement, les tracks qu’il a fait avec Mobb Deep sont tout simplement légendaires, plus récemment, c’est avec Action Bronson qu’on l’a retrouvé le plus souvent, que ce soit derrière la table de mixage ou dans son émission “Fuck that’s delicious” dont je vous avais parlé il y a un moment déjà. Leurs échanges sont souvent hilarants et la personnalité colorée de Bronson qui contraste fort avec celle d’Alchemist valent vraiment le détour.

DJ PREMIER

Comment finir cette chronique autrement qu’avec Primo? La légende du rap New Yorkais, monsieur Boom Bap, l’autre moitié du duo mythique avec Guru, à savoir Gangstarr. Ce gars est probablement la plus grande encyclopédie du hip hop et l’un des beatmakers les plus légendaires de l’histoire, au même titre qu’un Dr Dre (je sais,il manque à ma liste, mais c’était voulu) pour la West Coast, chaque instru de Preem est une mine d’or pour les mc qui en hérite. Hormis l’évidence Gangstarr, on trouve dans la liste des heureux élus Jay-Z, Nas, Busta Rhymes, Joey Badass, Capone & Noreaga, je m’arrête la parce que la liste est sans fin, mais bon avouez qu’il n’y a que du lourd…

Avec son style reconnaissable entre mille, les samples soul, les grosses basses, les kicks qui frappent fort et les fameux refrains scratchés parmi les propres morceaux de l’artiste derrière le mic, Premier, c’est une véritable identité! Alors évidemment, aujourd’hui avec la multiplication des beatmakers, la facilité d’accès aux outils de la MAO, il est un peu moins visible, mais malgré tout, dès qu’un projet sort estampillé DJ Premier, c’est un événement! Et si tous ne veulent pas l’admettre, le hip hop ne serait sans doute pas où il est sans le DJ de Gangstarr.

Laurent

L’été musical de Kanye West.



Il l’avait promis et il l’a fait! Je vais pas perdre du temps sur ses déclarations scandaleuses ni ses prises de positions, ce blog n’a pas vocation à ça, mais je vais parler musique, là où Kanye West aurait dû rester, parce que c’est là qu’il est bon… parfois.
Quoi qu’il en soit, West avait dit qu’il allait produire cinq albums et les sortir au rythme de un par semaine, soit chaque vendredi entre fin Mai et fin Juin, perso, j’en doutais un peu, le type n’est pas hyper carré sur ses dates de sorties habituellement, mais cette fois-ci, il a géré un sans fautes et la prise de risque était maximum avec des artistes de haute volée dans les studios, au programme: Pusha T, Nas, Teyana Taylor, Kid Cudi et Kanye himself!!!
Voici une petite revue d’effectif rapide avec pour tous les disques, un format de sept titres, ce qui est honnêtement l’un des coups de maître de cette série, ça évite clairement les temps morts.

Pusha T avec “Daytona”
J’ai choisi de les prendre par ordre de sortie parce que sans ça, je l’aurais gardé pour la fin, car, clairement, c’est le meilleur opus des cinq! L’album était attendu depuis un long moment par la communauté hip hop et Push a su être à la hauteur de celle-ci, je ne peux rien enlever des ces sept titres. La prod de Kanye est au top avec des instrus comme ils savaient en produire à sa grande époque, plus orienté Soul qu’Electro et clairement, quand il revient à ce qu’il connaît le mieux, il est au sommet. Pusha T quant à lui détruit les beats un à un, que ce soit sur l’ouverture plutôt cool “If you know you know” ou sur le très dark “Santeria”, Push est égal à lui-même, son flow est passe partout et ici, c’est une vraie réussite! A noté le “Hard piano” avec Rick Ross en featuring, excellent aussi, bref, je valide à 200%.

Kanye West avec “Ye”
Voilà donc le disque qui sert plus ou moins de lettre ouverte pour expliquer les récents dérapages de West, d’abord la couv’ qui confirme sa bipolarité (qu’il considère selon ses dires comme un super pouvoir, mouais…), il parle aussi de ses problèmes d’addiction, ses brouilles avec Jay-Z, de sa famille, miss Kardashian comprise bien sûr, bref Kanye s’ouvre à son public après l’avoir tant choqué et perdu nombre de fans. Cela-dit, musicalement, c’est, selon moi le projet le plus abouti de l’enfant de Chicago depuis bien longtemps, pendant ces 25 minutes, il abandonne un peu ses expériences musicales et c’est tant mieux, on retrouve un peu de l’artiste qui faisait sensation avec son “College dropout”. Ici “No mistakes” avec le toujours génial Charlie Wilson et Kid Cudi et “Ghost town” ou Ye se permet des vocalises sont mes coups de coeur du disque.

Kanye et Kid Cudi avec “Kid see ghost”
Là, déjà je suis moins convaincu, même si le duo fonctionne plutôt bien et que j’ai eu une grosse période Kid Cudi avec ces “Man on the moon”, je trouve qu’il manque quelque chose à ce projet et c’est le cas aussi sur le disque dont je parlerais ensuite, je trouve le mix un peu léger, on a l’impression que le disque sort mais qu’il n’est pas finalisé. Alors qui suis-je, me direz-vous pour juger de la qualité de mixage d’un album comme celui-ci? Et bien je me permets de le faire car je trouve qu’un producteur aussi talentueux que Kanye ne devrait pas se la jouer aussi facile, parfois les voix semblent trop fortes, parfois c’est le beat, je sais pas, quelque chose cloche dans mon oreille! Malgré tout, le disque reste correct et nous offre quelque bons moments, notamment avec le morceau “Reborn” où Cudi semble le plus à son aise, mais aussi le featuring avec Yasiin Bey alias Mos Def sur “Kids see Ghosts”.

Nas avec “Nasir”
Pour cette quatrième sortie de la série, la pression était d’un tout autre niveau, puisqu’il s’agit de la légende du Queens, Nasty Nas himself!!! Six ans qu’on attendait un disque d’Esco, alors clairement, il ne fallait pas se rater sur ces sept titres! Et le sentiment est … mitigé!!! Comme pour Kids see Ghosts, je trouve qu’il y a parfois un sentiment de bâclé mais à contrario, ici, on retrouve aussi l’excellence de Nas, “Not for radio” et “Adam and Eve” sont tout simplement géniaux, “Everything” vraiment pas mal aussi, Nas nous expose sa vision du monde actuel et ce qu’il aimerait y changer, un brin utopiste, mais intéressant. Le tour de maître du disque, c’est sans doute “Cops shot the kid” où Kanye a concocté tout une instru autour d’un scratch de Slick Rick (idole de Nas), c’est hyper rythmé, le texte est tendu, on y parle des violences policières et West y va même de son couplet, c’est pas mon morceau favori mais c’est super bien bossé!!! Après, le reste de “Nasir” est très très en dessous, “Bonjour” semble être du remplissage et sur un sept titres, c’est juste pas possible! “White label” et “Simple things” pas vraiment plus passionnants, c’est correct, on va pas se mentir, mais on attend plus d’Esco, surtout sur un format aussi compact! Donc on alterne le très fort et le moyen, après six ans, je me permets d’être quand même un peu déçu.

Teyana Taylor avec “KTSE”
Dernier projet de la série et c’est un projet un peu à part, puisque c’est le seul disque R’N’B parmi les cinq, alors, ce n’est pas un problème parce que West est un producteur aux multiples talents et que les instrus qu’ils proposent ne se limitent pas au rap, loin de là. Teyana Taylor aussi, était attendu, tant son premier disque avait fait sensation et on peut dire qu’elle maîtrise son sujet cette fois encore, l’album est posé, la voix de Teyana envoûtante, des tracks sexys comme “Hurry” ou Kanye fait son apparition comme sur les cinq disques de la série où ceux plus Soul comme “Rose in Harlem” ou “Gonna love me”, la jeune New Yorkaise assure et je dirais qu’elle conclut cet été musical estampillé GOOD MUSIC de belle manière.
Laurent

Rapsody, dernière gardienne du temple?


Je dois dire que ça fait un moment que je voulais vous parler de Rapsody, mais pas évident de trouver son Laila’s wisdom sur notre plateforme de commande alors j’attendais… Et puis récemment, j’ai regardé Rapture sur Netflix, un documentaire en huit parties sur quelques figures du hip hop actuel, dont une sur Rapsody et là, je me suis dit stop, je me dois d’en parler tant cette nana est géniale!

Rapsody a un parcours assez peu commun dans le milieu du rap, loin de New York, L.A ou Atlanta,non elle est originaire de Snow Hill, un petit bled de Caroline du Nord, peut être que c’est ça qui a fait que son amour pour cet art est arrivé sur le tard, à savoir sur les bancs de la fac, avec un petit groupe de potes, ils deviennent les Kooley High et s’éclatent à l’université, mais pour Rap, c’est plus que du fun, elle se prend véritablement d’amour pour l’écriture et le hip hop et décide d’en faire une carrière quand avec son groupe, elle rencontre un certain 9th wonder, qui est bluffé par sa qualité derrière le mic et lui propose de poser un couplet sur son disque à venir, “The dream’s merchant”. A partir de là, ça clique professionnellement entre les 2 et jusqu’à ce jour, c’est un duo gagnant, l’entente entre ces deux-là semblent écrite Rap signe avec 9th sur It’s a wondeful world music group et se fait remarquer par un certain Jay-Z, accessoirement l’une des idoles de la  rappeuse, qui au fil des mixtapes impressionne la légende de Marcy jusqu’au point de proposer un contrat chez Roc Nation, son label.

9th et Rapsody garde quand même un certain contrôle artistique en créant Jamla Records, un label à part entière au sein de Roc Nation et ils continuent d’y parfaire le style de Rapsody. La jeune femme de Caroline du Nord a su être patiente et se laisser guider par l’expérience de 9th Wonder, sorte de Yoda pour elle, d’autres se serait lassé, mais 9th ne veut pas la sortir trop tôt et lui brûler les ailes, alors ils continuent à travailler, de mixtapes en tournées, de featurings en freestyle…jusqu’à l’an dernier.

Après presque une décennie dans le game, elle sort enfin son premier disque studio, “Laila’s wisdom” et croyez moi, si l’attente a été longue, le résultat en vaut la peine, c’est un disque de haute volée, sans faux pas avec des invités de prestige, qui d’autre peut se permettre d’avoir, sur un premier album, Kendrick Lamar, avec qui elle avait collaborée sur son “To pimp a butterfly”, mais aussi Busta Rhymes, Black Thought de The Roots ou encore BJ The Chicago Kid… Je vous mets au défi de m’en trouver un autre comme ça.

Et par dessus tout, la qualité est au rendez-vous, on retrouve le style de Rapsody, très New Yorkais des 90’s, parfois on a presque l’impression de retrouver une version féminine de Jay-Z sur Reasonable doubt (j’exagère pas, je vous promets). 

Alors voilà, pour résumer, perdue au milieu des Nikki Minaj, Cardi B et les autres filles sexys du “rap” actuel, se trouve Rapsody et si je parlais de dernière gardienne du temple, c’est que selon moi, elle est une descendante directe de la lignée des MC Lyte et Queen Latifah, Rapsody respire le hip hop a des kilomètres, je ne me suis donc pas restreint a des morceaux de son album mais je vous propose une playlist élargie avec des tracks de ses anciennes mixtapes, qui sont tout aussi bons que ce qu’elle nous donne sur Laila’s wisdom.

 

Laurent