Archives du blog

Un véritable cocktail Mono Tof !!!


Ah! Enfin!!! Je suis super content de voir le projet de cet artiste réalisé, ça fait un petit moment que je suis son évolution sur les réseaux sociaux, je l’avais découvert sur le disque de Demi Portion, “2 chez moi” que j’avais chroniqué il y a deux ans et j’ai tout de suite adhéré au style du gars.

Après l’avoir découvert musicalement, j’ai appris à apprécier le personnage à travers son exposition sur le web, toujours disponible et véhiculant un message positif à travers sa musique et l’image qu’il donne du rap Français.

Stéréotypé” est donc son premier album studio, il a pris son temps pour le sortir, a fait ses armes comme il se doit et il a bien fait car ce premier opus est une réussite. Dans son concept d’abord, chaque morceau est titré d’après un personnage réel ou fictif, sauf “Indépendant” et “Stéréotypé”. Tous les autres tracks vous évoqueront sans doute quelque chose, de “Zidane” et son fameux coup de tête, à “Andy Dufresne” et sa cuillère dans les évadés, en passant par “Bart Simpson” et son “Petit gang, petit gang”, pas facile de faire le lien entre tous ces personnages, mais ça marche bien car le disque est bien construit et on se retrouve assez facilement dans l’univers de Mono.

Le style est brut, le flow de l’artiste s’adapte aussi bien aux instrus “trap-ish” qu’aux classiques du Boom Bap, il le dit lui-même d’ailleurs, il ne s’enferme dans aucun registre et navigue parfaitement partout là où il traîne son mic.

Le disque s’écoute sans broncher, on remue le casque tout au long des 45 minutes passées ensemble, je n’ai abandonné qu’un track, c’est “Boubou” auquel je n’ai pas réussi à adhérer, je pense que je kiffais tellement l’intro du morceau que j’aurais aimé l’entendre tout le long du morceau, mais bon… sur treize plages, je pense que ce n’est pas bien méchant.

Pour le reste, c’est vraiment frais, sincère et mes préférences iront naturellement à “Scottie Pippen” (je suis un fan de basket, donc ça va de soi) où je trouve Mono au top de sa forme, il débite le refrain avec une verve étonnante. Et j’ai également beaucoup aimé “Néo” et “Zidane” qui ont des instrus au top, d’ailleurs, Mono, si tu me lis, j’aimerais bien savoir qui fait tes prods, parce qu’il faut aussi le féliciter!

Voilà, je vous invite vivement à découvrir ce jeune artiste, qui comme son acolyte Demi Portion et mon pote Bibo, il donne des belles couleurs au rap du sud.

Laurent

Du Gospel aux Mantras…Voyage en harmonies…


Longtemps surnommée la « Tigresse », la « Queen of Soul », la désormais retraitée des scènes du monde entier Tina Turner, nous donne de ses vocales nouvelles à travers un album inattendu. « Love within… beyond« , sur lequel elle apparaît aux côtés de 3 autres chanteuses Dechen Shak-Dagsay, chanteuse tibétaine,  Regula Curti, soprano, Sawani Shende-Sathaye, chanteuse Hindi est une ode à la paix, au bien-être intérieur, à l’harmonie. Etonnant penserez-vous, de la part de Tina Turner

Oui, si l’on considère que, retirée du monde musical depuis quelques années, elle n’a pas besoin d’enregistrer d’albums. Sa carrière, sa  discographie, son succès mondial sur plus de 5 décénnies, ont fait d’elle une légende vivante de la musique noire américaine.

Non, si l’on sait ou découvre (c’est mon cas), que Tina Turner est une bouddhiste convaincue,  très imprégnée de la culture hindou, de la musique hindi, des rites de cette philosophie. Elle s’implique au sein de la Beyond Foundation. Ainsi est donc né « Love Within … Beyond« .  Force est de reconnaitre que le résultat est surprenant !  Chants tibétains, mantras, gospel, chant classique, tout se mélange et se succède, laissant l’auditeur voyager au gré des ambiances, des musiques traditionnelles (ici modernisées)…4 voix de femmes, 4 cultures,  4 artistes ici réunies pour une ode à l’Humain.

Beau résultat que cette rencontre, ce mélange de cultures.

Merci Tina, Merci mesdames!

Guillaume.

Bouillon de culture(s) réussi pour Nitin Sawhney!


NitinSawhney_pochetteNitin Sawhney.Avant d’écouter l’album « One Zero« , paru en 2013, je ne connaissais pas cet artiste. Résidant londonien d’origine Indienne, compositeur, producteur, Nitin Sawhney, nous offre avec son dernier album, une balade intercontinentale, musicale, où se côtoient, se mélangent, se croisent les sonorités Indiennes, espagnoles, folk américaines.

Côté instruments, accompagnant le chant de Nicki Wells, Tina Grace et Rahel, l’auditeur découvre là aussi un savant mélange entre le tabla, le dholak (instrument à percussion), la flute bansouri, mêlés au piano, à la guitare ou au violoncelle.De « Accept yourself » aux accents de folk américaine, qui ouvre le disque au terminal « I ask you » surlequel Joss Stone vient poser sa voix, cet album est un écrin, une perle, qui selon les humeurs, les moments de la journée, s’écoute, encore et encore.  « Sunset »,  mélange de chant anglais et Indi, soutenu par une rythmique lègère mais précise, un duo guitare-tabla, un violoncelle subtil, est un morceau que je me suis pas lasser d’écouter. Tout le reste de l’album (17 titres, chose rare qui doit être soulignée), est à la mesure des 2 premiers. Surprenants. Plaisants. L’Espagne pointe (aussi) sa corne, comme disait si joliment Nougaro avec « Herencia Latina », « Noches en Vela ». Du flamenco que n’aurait pas rénié le regretté Paco de Lucia.

Et Nitin Sawhney dans tout ça vous demandez-vous?…. intervenant tantôt à la guitare, tantôt au piano, il ne pose sa voix que sur le morceau « Conférence », titre qui aurait pu tout aussi bien convenir à ce disque, tant la réunion des univers musicaux, des instruments aux origines diverses est un régal. Dommage qu’on ne l’entende pas davantage en chant solo. La prochaine fois peut-être…

Ce disque est pour moi une belle découverte, un beau moment musical, qui prouve une fois de plus que le mélange enrichit la Culture. Ne passez pas à côté, ce grand disque vous attend!

Guillaume.

Nadoo, artiste à découvrir….et à suivre!


1555382_581372108607458_1755346046_nSamedi 15 février, la médiathèque, son espace musique, accueillaient Nadir Moussaoui, alias Nadoo, artiste aux horizons multiples qui mélange joyeusement les cultures et les sonorités.

Guitare en main (qu’il manie très bien) et au chant, Nadoo ,75 minutes durant, embarqua le public  succesivement en Algérie, Amérique du Sud, Jamaïque, aux Etats-Unis, en Inde… Un tour du monde musical de qualité, tout en humour et décontraction. Ce voyage musical et culturel proposé sembla ravir la cinquantaine de personnes (adultes & enfants) présente. D’apparence timide, Nadoo, une fois derrière son micro, la guitare en main se révèle, se montrant très à l’aise, n’hésitant pas à intéragir avec le public, invitant même celui-ci à venir jouer des percussions à ses côtés. Ce que finirent par faire quelques adultes et enfants, pour accompagner Nadoo.

Un très joli moment de partage culturel, musical.

Pour celles et ceux qui souhaitent suivre les aventures musicales de Nadoo, il vous est possible de le retrouver sur son site.

Guillaume.

%d blogueurs aiment cette page :