Archives du blog

Du Gospel aux Mantras…Voyage en harmonies…


Longtemps surnommée la « Tigresse », la « Queen of Soul », la désormais retraitée des scènes du monde entier Tina Turner, nous donne de ses vocales nouvelles à travers un album inattendu. « Love within… beyond« , sur lequel elle apparaît aux côtés de 3 autres chanteuses Dechen Shak-Dagsay, chanteuse tibétaine,  Regula Curti, soprano, Sawani Shende-Sathaye, chanteuse Hindi est une ode à la paix, au bien-être intérieur, à l’harmonie. Etonnant penserez-vous, de la part de Tina Turner

Oui, si l’on considère que, retirée du monde musical depuis quelques années, elle n’a pas besoin d’enregistrer d’albums. Sa carrière, sa  discographie, son succès mondial sur plus de 5 décénnies, ont fait d’elle une légende vivante de la musique noire américaine.

Non, si l’on sait ou découvre (c’est mon cas), que Tina Turner est une bouddhiste convaincue,  très imprégnée de la culture hindou, de la musique hindi, des rites de cette philosophie. Elle s’implique au sein de la Beyond Foundation. Ainsi est donc né « Love Within … Beyond« .  Force est de reconnaitre que le résultat est surprenant !  Chants tibétains, mantras, gospel, chant classique, tout se mélange et se succède, laissant l’auditeur voyager au gré des ambiances, des musiques traditionnelles (ici modernisées)…4 voix de femmes, 4 cultures,  4 artistes ici réunies pour une ode à l’Humain.

Beau résultat que cette rencontre, ce mélange de cultures.

Merci Tina, Merci mesdames!

Guillaume.

Publicités

Bouillon de culture(s) réussi pour Nitin Sawhney!


NitinSawhney_pochetteNitin Sawhney.Avant d’écouter l’album « One Zero« , paru en 2013, je ne connaissais pas cet artiste. Résidant londonien d’origine Indienne, compositeur, producteur, Nitin Sawhney, nous offre avec son dernier album, une balade intercontinentale, musicale, où se côtoient, se mélangent, se croisent les sonorités Indiennes, espagnoles, folk américaines.

Côté instruments, accompagnant le chant de Nicki Wells, Tina Grace et Rahel, l’auditeur découvre là aussi un savant mélange entre le tabla, le dholak (instrument à percussion), la flute bansouri, mêlés au piano, à la guitare ou au violoncelle.De « Accept yourself » aux accents de folk américaine, qui ouvre le disque au terminal « I ask you » surlequel Joss Stone vient poser sa voix, cet album est un écrin, une perle, qui selon les humeurs, les moments de la journée, s’écoute, encore et encore.  « Sunset »,  mélange de chant anglais et Indi, soutenu par une rythmique lègère mais précise, un duo guitare-tabla, un violoncelle subtil, est un morceau que je me suis pas lasser d’écouter. Tout le reste de l’album (17 titres, chose rare qui doit être soulignée), est à la mesure des 2 premiers. Surprenants. Plaisants. L’Espagne pointe (aussi) sa corne, comme disait si joliment Nougaro avec « Herencia Latina », « Noches en Vela ». Du flamenco que n’aurait pas rénié le regretté Paco de Lucia.

Et Nitin Sawhney dans tout ça vous demandez-vous?…. intervenant tantôt à la guitare, tantôt au piano, il ne pose sa voix que sur le morceau « Conférence », titre qui aurait pu tout aussi bien convenir à ce disque, tant la réunion des univers musicaux, des instruments aux origines diverses est un régal. Dommage qu’on ne l’entende pas davantage en chant solo. La prochaine fois peut-être…

Ce disque est pour moi une belle découverte, un beau moment musical, qui prouve une fois de plus que le mélange enrichit la Culture. Ne passez pas à côté, ce grand disque vous attend!

Guillaume.

Nadoo, artiste à découvrir….et à suivre!


1555382_581372108607458_1755346046_nSamedi 15 février, la médiathèque, son espace musique, accueillaient Nadir Moussaoui, alias Nadoo, artiste aux horizons multiples qui mélange joyeusement les cultures et les sonorités.

Guitare en main (qu’il manie très bien) et au chant, Nadoo ,75 minutes durant, embarqua le public  succesivement en Algérie, Amérique du Sud, Jamaïque, aux Etats-Unis, en Inde… Un tour du monde musical de qualité, tout en humour et décontraction. Ce voyage musical et culturel proposé sembla ravir la cinquantaine de personnes (adultes & enfants) présente. D’apparence timide, Nadoo, une fois derrière son micro, la guitare en main se révèle, se montrant très à l’aise, n’hésitant pas à intéragir avec le public, invitant même celui-ci à venir jouer des percussions à ses côtés. Ce que finirent par faire quelques adultes et enfants, pour accompagner Nadoo.

Un très joli moment de partage culturel, musical.

Pour celles et ceux qui souhaitent suivre les aventures musicales de Nadoo, il vous est possible de le retrouver sur son site.

Guillaume.