Archives du blog

GOGO PENGUIN, EPISODE V.



Le trio irlandais de jazz Gogo Penguin, a sorti en 2020 son cinquième opus au titre éponyme « Gogo Penguin ». J’avais découvert ce groupe en 2018, lors de son passage à la salle Jacques Brel de Fontenay-sous-Bois, lorsque le trio était venu y présenter « A hundrum star« , sorti cette année-là. Le concert avait été magique. Intense. Le public présent ce soir-là réservant d’ailleurs une ovation au trio irlandais en fin de concert.

Alors quid de « Gogo Penguin », cinquième avatar musical du trio britannique ?

Hé bien, franchement, je dois avouer que ce cru 2020 est dans la droite lignée de « Hundrum Star » et ses prédécesseurs. Il brille par cette unité et cette signature sonore qui rend désormais le trio irlandais reconnaissable, fait d’intensité, d’espace et de mélodies savamment travaillées, triturées. Les trois compères, Chris Illingworth (piano), Rob Turner (batterie), Nick Blacka (contrebasse) s’entendent à merveille. La musique est parfois spatiale, en tous cas très épurée, encore une fois dans le droit fil de leurs productions précédentes, mais sans jamais se laisser aller à une quelconque facilité commerciale ni de production. Tout est soigné, au cordeau. Le son léché donne à leur univers musical une ampleur unique. Les titres qui défilent ne faiblissent pas, 

« Atomised » qui ouvre l’album nous indique tout de suite que le trio n’est pas là pour faire n’importe quoi. Le piano de Illingworth est d’entrée des plus hypnothiques, soutenu magistralement par ses compères Rob Turner et Nick Blacka. Ca tourne magistralement. La musicalité du groupe est toujours là. C’est puissant, précis, mélodique, entêtant.. Une mélodie qui vous emmène vers des contrées lointaines. Immédiatement. Le suivant « Signal in the noise » démarre de manière métronomique, un base rythmique vant soutenir sans faille la cadence infernale imposée par le piano. La machine Gogo Penguin, ultra rodée, s’entend à merveille et cela se ressent. Et le reste est à l’avenant. Une farandole de notes, de rythmes maitrisés, avec des embardées sonores parfois inattendues comme dans « Kora » aux accents électro teintés d’ambiance asiatique.

Par la suite, des morceaux comme « Totem », « To the Nth », « Don’t go » restent dans le droit fil de ce que sait faire avec brio ce trio irlandais. Avec parfois un petit sentiment de répétition…mais léger.
Egoïstement, j’attends le jour où ils intégreront un nouvel élément instrumental (guitare, saxophone) à leur groupe, pour élargir le champ des possibles.

J’ajoute que ce jazz  très maîtrisé n’aurait sans doute pas déplu à un grand musicien récemment disparu,  Chick Corea, ou à un autre grand nom du jazz, Esbjorn Svensson, disparu tragiquement en 2008. Pureté,  minimalisme, mélodies sont au rendez-vous de ce « Gogo Penguin »,  qui est un album à écouter, découvrir.

Hé bien, dansez maintenant…. !


A l’heure où les frimas s’installent durablement, où le gris précède l’arrivée des premiers flocons, quoi de mieux que de la musique irlandaise pour se réchauffer le corps et faire voyager l’esprit?. C’est chose possible avec Ian Mac Camy, joueur de fiddle (petit violon irlandais), et ses Celtic Reelers.

Dès les premières notes de l’album « Sleep sound in the morning« , paru en 1999, c’est un embarquement immédiat vers les landes irlandaises, vers les ambiances enfumées et joyeuses des pubs d’Irlande, où l’on s’imagnie danser, chanter, en rhythme, au son des jigs et rags que nous assènent joyeusement Ian Mac Camy et ses accolytes.

Morceaux enjoués comme plus calmes, les protagonistes s’en donnent à coeur joie.

A la veille des fêtes qui s’annoncent, pour égayer vos soirées, garder un esprit positif, festif, joyeux, rien de tel que ce joli voyage musical.

Guillaume.

Pop familiale irlandaise


Une belle image de l’Irlande avec le groupe de frère et soeurs : The Corrs, qui interprètent de la musique traditionnelle pop rock avec l’intrusion du violon et du tin whistle (flûte). Régalez-vous avec l’album : Best of (2006) qui contient les deux chansons les plus connues : Runaway et Forgiven, not forgotten. Un retour dans les années à venir du groupe ? .

A découvrir en attendant : Dream of you, nouvel album solo de Sharon Corrs, chanteuse et violoniste.

M.A.

%d blogueurs aiment cette page :