Archives du blog

Anderson .Paak termine sa “Beach series” en beauté!!!


ALERTE À LA BOMBE!!!

Voilà le disque que j’attendais le plus en cette fin d’année (à part si The Roots nous lâche leur “End game” un jour…), le dernier opus d’Anderson .Paak, sous la direction de Dr. Dre s’il vous plaît, voici donc Oxnard!!!

Pour ceux qui ne le connaitrait pas encore, Paak, c’est le petit protégé du Docteur le plus célèbre de la musique Californienne et même si ça fait déjà un petit moment qu’il traîne son bonnet et sa voix cassé sur les scènes du monde entier, la véritable explosion de cet artiste ne se fait en réalité qu’avec sa collaboration sur “Compton” en 2015, dans un premier temps, mais surtout avec la sortie de “Malibu”, l’année suivante, le deuxième volet de sa “Beach series” où il met en lumière différentes ville de Californie en bord de mer, le premier étant en “Venice” en 2014. Alors, allons-y si vous le voulez bien…Direction Oxnard, la ville natale d’Anderson.

14 titres au programme avec des invités de prestige, l’un des producteur les plus talentueux du game et un Paak toujours aussi à l’aise entre Soul, Funk et Hip Hop, alors qu’est-ce qui pourrait aller de travers me direz-vous? Et bien pour ma part, pas grand chose, je ne me suis vraiment pas ennuyé pendant une heure, j’ai essayé, mais non, rien à faire, c’est vraiment trop bon!!!

Déjà, à la sortie du single “Tints” avec Kendrick Lamar, je me suis dit là, on tient quelque chose de LOURD!!! Ce titre est trop funky et les 2 pépites de Dre se complètent à merveille dessus, le clip aussi est assez dingue et complètement décalé du morceau, à voir absolument!

Alors, évidemment, c’est le 1er single, donc il a envoyé du bois et on aurait pu se demander si il lui en restait sous le pied, mais ce serait mal connaître l’enfant d’Oxnard. Je dirais qu’il y a encore mieux sur le disque, personnellement, j’ai un énorme coup de coeur pour “Cheers” avec le vétéran dA Tribe Called Quest, monsieur Q-Tip himself!!! C’est comme si, malgré le choc des époques, ces deux-là étaient fait pour bosser ensemble, Tip n’a rien perdu de son flow légendaire et Paak n’a franchement rien a lui envier non plus. Quant à la prod, elle respire la bonne humeur comme pour le premier single, d’ailleurs je dirais que ce disque, si il était sorti l’été, aurait tout casser au niveau des ventes.

Je suis loin d’être au bout des feat de prestiges dont je vous parlais, vous pourrez retrouver le Doggfather aussi!!! Snoop Dogg abandonnant ses trips Gospel ou Reggae pour briller sur ce track, on retrouverait presque le Snoop des 90’s sur “Anywhere”. Pusha T est également là pour accompagner Paak sur un morceau avec un titre sorti tout droit de New Jack City “Brother’s keeper” (Suis-je le gardien de mon frère?)

 

Je vais pas faire toute la chronique sur les feat, mais ils m’ont tellement régalé que je suis obligé d’insister un peu, J.Cole fait parti de l’aventure aussi sur “Trippy”, BJ The Chicago Kid dont je vous avais parlé il y a quelque temps, Dre, lui même fait une apparition (pas la meilleure) et je finirais par les petites merveilles de la Soul moderne que sont Norelle, mais surtout Khadja Bonet qui ouvre le disque sur “The chase” qu’on croirait tout droit sorti de la B.O d’un film de la Blaxploitation, une petite bombe!!! Je pense qu’au même titre qu’une Jorja Smith, on a pas fini d’entendre parler de ces 2 nanas!

Si… j’oubliais presque, l’unique raté du disque selon moi, le dernier morceau où Anderson s’essaye à un style quelque part entre Soul et Reggae avec un accent jamaïcain un peu étrange et inutile à mon avis, mais bref, c’est un morceau sur quatorze, je vais pas en tenir compte…

Au niveau des thèmes traités, tout y passe plus ou moins, des morceaux sexys au plus intimistes, Paak s’attaque même à la politique et au Président en place avec un brin de cynisme. On a même le droit à un petit clin d’oeil à son pote récemment décédé Mac Miller. Niveau production, le disque est bien entendu supervisé par Dr Dre, mais l’artiste, pour une fois sans son groupe les Free Nationals, garde quand même bien la main sur l’ensemble et laisse même une petite place pour le génial 9th wonder, en soit, c’est du solide tout ça!

Alors voilà, faites vous votre avis, j’ai lu plusieurs retours ou les gens étaient presque déçus, ils attendaient un Paak plus original encore, personnellement, je trouve qu’il a gagné en maturité et que si il n’a pas forcément pris de gros risques, il a fait ce qu’il sait faire et à la perfection, au fond, c’est ça qu’on aime non?

Laurent

 

Publicités

Jay Rock the bells!!!


Win Win Win, Fuck everything else, Win Win Win!!! Ma chronique aurait pu s’arrêter là tant j’ai aimé le disque de Jay Rock, une vraie réussite!!! L’album en question, c’est “Redemption”, de nous avoir fait patienter si longtemps peut-être?

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Jay Rock est le premier mc’s de l’écurie TDE (Top Dawg Entertainment), celle-là même qui abrite un certain Kendrick Lamar, mais aussi Schoolboy Q ou encore SZA, dont je vous ai parlé l’an dernier. “Redemption” est donc le 3ème album studio de Jay, après “Follow me home” en 2011 et “90059” il y a 3 ans, le voilà de nouveau sur le devant de la scène. Cet album est selon ses dires, celui qui devait lui faire passer un cap et pour moi, c’est le cas! Premièrement, parce que c’est clairement le premier de ses disques qui bénéficie d’une si grande exposition et parce que l’expérience et les années ont perfectionné son flow si brut et que même si il est toujours le rappeur hadcore qui a porté TDE avec Kendrick à ses débuts, on le sent plus posé sur les beats et la variété de ceux-ci montre que Rock s’autorise à essayer de nouvelles choses et seul un mc sûr de lui et de son talent peut se permettre ce genre de chose quand il est attendu au tournant comme ça.

Pour revenir sur le disque en question, il comporte treize titres et vraiment pas de temps faibles, c’est assez rare pour le mentionner sur un disque au format classique, preuve en est avec la série de sorties de Kanye West sur GOOD music, qui a choisi de réduire à sept titres ou même Black thought qui,lui, n’en a mis que cinq.

Redemption” nous parle du parcours difficile de Jay Rock, originaire du Watts, l’un des quartiers les plus difficiles de Los Angeles, de la persévérance dont il a dû faire preuve pour arriver là où il est aujourd’hui, des morceaux comme “Osom” avec J.Cole le résume bien. Les singles mis en avant pour lancer le disque ont aussi été choisis à la perfection, les clips également, “Win” dont je chantais le refrain en début de chronique est selon moi, l’un des bangers de l’été, “King’s dead” en featuring avec Kendrick et Future est génial aussi, mais son clip dépasse toutes les attentes, en course pour la vidéo de l’année sans aucun doute et enfin “The bloodiest” n’est pas en reste, même si je le trouve un cran en dessous des deux autres. Je lui préfère deux morceaux en particulier, “ES tales” avec son sample de piécette de Super Mario, qui peut paraître anecdotique, mais qui rend le track vraiment marquant et puis “Knock it off” aussi, l’un des morceaux les plus cools du disque.

On est vraiment gâtés niveau featurings aussi, hormis ceux que j’ai déjà cité plus haut, on retrouve aussi Jeremih, la sublime SZA et un morceau freestyle en duo avec Kendrick Lamar pour “Wow freestyle”.

Alors je conclurais comme j’ai commencé en disant que “Redemption” est un WIN WIN WIN!!!

Laurent