Archives du blog

Orville Gibson, le Père d’une guitare devenue mythique.


 

Gibson. Ce nom sonne comme un « classique », au même titre que Marshall, Telecaster, Stradivarius. Les amateurs de rock, jazz, ou chanson française savent bien qu’il s’agit du nom d’un instrument très particulier, la guitare, et de l’une de ses marques représentatives les plus fameuses. Mais qui était donc ce fameux Gibson ? (pour les plus jeunes, sachez qu’il n’a rien à voir avec Mel « Mad Max »- « BraveHeart » Gibson, acteur australien).

Orville H.Gibson, né en 1856 aux Etats-Unis, a crée l’entreprise Gibson en 1902. Avant d’assumer la charge à temps plein au sein de son entreprise de lutherie spécialisée dans la fabrication de guitares, le jeune Orville Gibson s’essaya très tôt à confectionner des guitares et des mandolines, tout en ayant des petits métiers à côté. En 1898, il avait déposé un brevet pour modifier les mandolines, à savoir aplanir le fond de caisse, bomber la table d’harmonie et un allongement significatif du manche. Seulement 2 ans après avoir ouvert sa propre usine de fabrication de guitares, Orville H. Gibson doit céder ses droits sur son brevet à des hommes d’affaires américains. L’aventure s’arrêtera là pour lui.

Dès 1906, les guitares qui sont alors sorties des ateliers Gibson, ne sont plus des modèles créés, fabriquées, par leur inventeur. L’histoire, à priori banale, d’un génial inventeur qui se fait ensuite déposséder de sa création et des droits de regard sur celle-ci, est alors déjà monnaie courante. Depuis cette époque, aujourd’hui lointaine, le nom de Gisbon est devenu mythique chez les plus grands noms de la guitare du 20ème siècle et d’aujourd’hui. Les mondes du blues, bien sûr, du jazz, et du rock, regorgent de musiciens célèbres ayant exercé leur talent ou se produisant encore sur les scènes du monde entier. Pour exemple, voici quelques noms :

Parmi les bluesmen et jazzmen vous trouverez Robert Johnson (artiste auquel le dessinateur Mezzo a consacré une superbe bande dessinée (« Love in Vain », aux éditions Glénat, en compagnie de son complice Jean-Michel Dupont, qu’ils étaient venus présentés en 2016, et auquel le guitariste fontenaysien Michel Seban avait également rendu hommage lors d’un kiosque), Albert King, Freddie King, Eric Clapton, T-Bone Walker, Larry Carlton, Charlie Christian, Wes Montgomery entre autres. Dans l’univers du rock, on peut citer Jeff Beck (Yardbirds, Jeff Beck Group), Chuck Berry, Ritchie Blackmore (Deep Purple, Rainbow), Angus Young (ACDC), The Edge (U2), Peter Frampton (Humbe Pie), Ace Frehley (Kiss), Billy Gibbons (ZZ Top), Gary Moore (Thin Lizzy), David Gilmour (Pink Floyd), Jimi Hendrix (Jimi Hendrix Experience), Jimmy Page (Led Zeppelin), Joe Perry (Aerosmith), Keith Richards (Rolling Stones). Chez les guitaristes français je citerai surtout Louis Bertignac (Téléphone, Les Insus) et Paul Personne. Toutes ces personnalités ont donc eu le privilège d’avoir en main un des modèles de guitare Gibson. Certains d’entre eux possèdent des exemplaires « signées » de leu nom. Le plus célèbre étant Les Paul  devenue au fil des années un objet de convoitise et d’adoration pour tout guitariste qui se respecte. Un modèle à part. Unique.

Je vous laisse avec une belle brochette d’as de la 6-cordes en mode Gibson Majeur. Savourez!!!!

Guillaume.

 

 

 

Publicités

Buddy Guy, apôtre du Blues en Rhythme(s)…


BuddyGuy_pochetteSon nom ne vous dira peut-être rien… Pourtant, Buddy Guy, bluesman né en Louisiane l’année du Front Poplulaire en France, s’il n’ a commençé la guitare qu’à 16 ans, quittant  la Louisiane ségrégationniste pour Chicago et le nord plus tolérant, est rapidement devenu, fin des  années 50,  un musicien qui compte,  inspiré par ses ainés BB King, Muddy Waters, John Lee Hooker. Une carrière riche, longue, qui lui vaut aujourd’hui, à 77 printemps, d’être considéré comme l’un des derniers gardiens du temple  Blues. Une vériatble légende vivante. Ce musicien certes connu pour son  style énergique, peut tout jouer, du blues acoustique traditionnel au blues teinté de rock.

Son dernier album, sobrement intitulé « Rhythm & Blues » nous offre doublement  la démonstration que les années n’ont pas prise sur cet artiste, que le talent est intact, l’envie toujours chevillée au corps et au manche à 6 cordes!

Pour cette fête de la musique, il s’est offert une liste d’invités prestigieux : Kid Rock et Beth Hart, l’accompagnent respectivement sur « Messin with the kid » et « What you gonna do about me » . Steven Tyler, Joe Perry, les bostoniens d’Aerosmith, faisant quant à eux une apparition de choix sur « Evil twin« .  « Never gonna change » et « My mama loved me« , sont des témoignages personnels émouvants… L’ensemble de ce double album est une manière pour Buddy Guy, de rendre hommage à cette musique qui est sa vie : Le Rhythm’n’Blues.

« Rhythm & Blues » est vous l’aurez compris, un vrai coup de coeur, que je vous propose de découvrir et savourer sans modération!

Guillaume.