Archives du blog

Les Soprano, une virée musicale au Bada-Bing!!!



Hormis The Wire, si il y a bien une série dont je me dois de vous parler, que ce soit pour sa bande originale ou simplement pour l’oeuvre dans son ensemble, c’est bien les Soprano. L’histoire de cette famille mafieuse du New Jersey est tout simplement passionnante, les six saisons de la série nous offre le quotidien d’une famille presque comme une autre, au détail près que Tony joué par l’inoubliable James Gandolfini, le père, est le boss d’une des familles de la pègre les plus importantes de l’Etat de New York. Si il est impitoyable comme capo, il est également empreint au doutes et à des crises de panique, ce qui est un peu le point de départ du show. A vrai dire, il en est au point où il consulte une psy, ce qui est absolument proscrit dans le milieu, il est donc obligé de faire ça en secret, ce qui donnera lieu à des situations rocambolesques. Voilà, plus ou moins le point de départ de la série, je ne vais pas vous en dire plus pour ne pas spoiler quoi que ce soit, on a affaire à un véritable bijou et en dévoiler quelconque détail serait un sacrilège, ce sont pour moi, avec le chef d’oeuvre de David Simon, mes 2 séries préférées.
Avant de vous parler musique, je vais quand même vous faire un petit point casting, parce qu’on est quand même sur du cinq étoiles. Vous pourrez retrouver dans le rôle de Carmela, la femme du patron, l’excellente Edie Falco, vue ensuite dans Nurse Jackie, Steven Van Zandt dans le rôle du consigliere, l’ex guitariste de Springsteen sera aussi consultant musical, sans oublier Michael Imperioli, génial en neveu de Tony. Plus que ce casting principal, qui parle surtout aux aficionados de séries, ce sont les guests qui sont impressionnants, de Steve Buscemi (Fargo), Frank et Nancy Sinatra, Frankie Valli, Sir Ben Kingsley, Michael B. Jordan (Black panther), Lady Gaga et j’en passe… Comme quoi, avoir un rôle dans les Soprano était un honneur, même pour les plus grands.
Bon, ça y est, on y vient à la playlist de la série! C’est sans doute la bande son la plus éclectique que j’ai pu entendre à ce jour. Il faut savoir que David Chase, le réalisateur a eu son mot à dire sur chaque morceau de la série, certains épisodes ont même été écrits en partant d’une chanson. Vous aurez de tout, vraiment tout dans cette B.O, j’ai même du mal à comprendre comment ils ont pu trouver une cohérence dans tout ça. Evidemment, vous retrouverez pas mal de crooners Italo-Américains, Frank Sinatra en tête de liste, notamment dans les scènes flashbacks où on voit la jeunesse de Tony et l’époque de ses parents. Du Doo-Wop aussi, de la Soul avec Otis Redding, les O’Jays ou les Temptations, de la musique Italienne avec Andrea Bocelli et son “Con te partiro” légendaire. C’est pas tout, j’ai dit que vous auriez de tout non? Du hip hop et du R’nB avec Ja Rule ou les TLC par exemple, du Rock aussi avec la sublime voix d’Annie Lennox, Metallica ou encore les Eagles. Evidemment, j’en passe et des meilleurs, il s’agit d’une sélection de 135 morceaux que je vous ai concocté, mais il en est un qui est absolument inoubliable, c’est le générique de la série, le fameux “Woke up this morning” des Alabama 3, impossible de ne pas se souvenir de ce générique conclu par l’arrivée de Tony devant chez lui. D’ailleurs, je vous en reparlerais probablement dans une édition de nos samples rendez-vous, en attendant… Bienvenue au Bada-Bing!

Laurent

Publicités

Hommage (réussi) au Pourpre Profond.


DeepPurple_pochette Souvenez-vous! Les années 70’s… 2 groupes anglais,   Led   Zeppelin et… Deep Purple sont les chefs de files de ce qui deviendra le… hard-rock ! Le Pourpre Profond, qui va connaître des formations diverses selon les périodes, produira des albums qui vont entrer au panthéon de la musique rock : « Made in Japan », « Made in Europe », « In rock » (et sa pochette avec les têtes des 4 premiers présidents américains, au Mont Rushmore), « Burn », et donc « Machine Head« , paru en 1972.

 Pour célébrer le 40 ème anniversaire de cet album de nombreux musiciens venus d’horizons variés, qu’ils les aient  inspiré (Carlos Santana, Joe Satriani, Iron Maiden, Metallica, Joe Elliott, chanteur de Def Leppard…), ou côtoyé (Glenn Hughes, basse / chant),  se sont donc réunis pour donner leurs versions  des titres qui composent  « Machine Head« .

La tâche s’annonçait ardue, le challenge excitant !

Force est de constater d’entrée de jeu, que le défi est relevé… Carlos Santana proposant en ouverture un « Smoke on the Water » de belle facture… suivront « Highway Star » version Chickenfoot, avec un Joe Satriani virevoltant, ce qui n’est pas le cas de Sammy Hagar au chant…Glenn Hughes, épaulé par Chad Smith, signera une version correcte de « Maybe I’m a Leo ». « Never Before » interprété par King Of Chaos (Joe Elliott, Steve Stevens, Duff Mac Kagan, Matt Sorum), « Lazy » avec Jimmy Barnes au chant et Joe Bonamassa, Brad Whitford aux guitares, n’ont pas à rougir des versions originales. Pour clore cet hommage rondement mené, la Vierge de Fer, emmenée par Bruce Dickinson, fournit un « Space Truckin' » énergique, et Metallica offre « When a blind mind cries », avec un James Hetfield tout en maîtrise vocale.

Pour une fois qu’un « hommage » musical n’est pas raté, ne boudons pas notre plaisir… Ecoutons-le !!!

Guillaume.

Lulu, un gag ?


Je suis très embêtée, je viens d’écouter (2 fois)  Lulu, l’album si controversé, fruit de l’union improbable de Metallica et Lou Reed. J’aime bien Metallica (enfin avant Death magnetic), j’aime bien Lou Reed, mais les 2 ensemble, non, non vraiment ne nous refaites pas ça. C’est une sauce qui ne prend pas du tout, mais alors pas du tout.

Dommage, je suis terriblement déçue.

Et alors cette soi-disante inspiration du texte de la Boîte de Pandore, de l’auteur allemand Frank  Wedekind, non mais je n’y crois pas du tout, une raison hautement culturelle pour un massacre époustouflant. Allez aucune crédibilité. Et la voix de Lou Reed complètement bousillée ça n’arrange rien. Je serai un peu moins sévère pour Metallica, car j’ai pu entendre quelques vagues bons moments… Mais bon ce disque ne rime à rien, c’est un vague projet, ou une vague excuse pour tenter quelque chose ensemble, mais sans travail, sans rien d’abouti.

Cet album c’est pire qu’un mauvais disque, c’est comme une promesse non tenue.

Michèle