Archives du blog

Nos Samples Rendez-Vous #28 : Kanye West et Luther Vandross


Luther Vandross, c’est fait je vous en ai déjà parlé dans une édition des Soulections, donc si vous me lisez un peu, vous savez que j’adore le type et le morceau dont il sera question aujourd’hui ne fera pas exception, “A house is not a home”.
A l’origine, le titre est chanté par Dionne Warwick pour la B.O du film du même nom en 1964, il connut un succès assez modeste et passa vite aux oubliettes jusqu’à ce jour de 1981, où MONSIEUR Luther a sorti son premier album solo, “Never too much”.

Dionne Warwick, elle-même a reconnu que le titre était fait pour Vandross et que selon elle, sa version était bien meilleure que l’originale.
Quant au sample utilisé par Kanye West, c’est sur le morceau “Slow jamz” en featuring avec Jamie Foxx, aussi doué comme acteur que comme chanteur et le rappeur le plus rapide de Chicago, Twista. Un track rap/séduction où Kanye a samplé la voix de Luther, l’a accéléré et en a fait un accompagnement à la mélodie de sa chanson.
Les 3 artistes font tour à tour un numéro de séduction aux demoiselles présentes à une soirée, notamment en leur proposant une sélection musicale pour leur faire passer un agréable moment, au programme, Luther, bien sûr, Marvin Gaye, Minnie Ripperton et j’en passe… On se croirait presque dans une édition des Soulections 〈( ^.^)ノ
A ce jeu-la, c’est Twista qui s’en sort le mieux, il balance des jeux de mots à la vitesse de la lumière avec le nom des artistes, un vrai exercice de style!
La chanson est issue du premier album de Kanye, le meilleur, si vous voulez mon avis, quand Yeezus était l’un des plus gros sampleurs de l’industrie hip hop et il n’allait pas piocher dans du n’importe quoi non plus…
Ca m’étonne d’ailleurs d’avoir attendu le 28ème pour vous en parler, ce que je peux vous promettre par contre, c’est que j’y reviendrais…
Laurent

Publicités

Les Soulections #8 : Minnie Ripperton


CINQ OCTAVES ET DEMI !!! C’est pas rien quand même? Comment introduire différemment miss Minnie Riperton, une autre étoile de la Soul partie trop tôt…

Sa voix identifiable entre milles a inspirée de nombreuses chanteuses actuelles tel que Mariah Carey, Mary J. Blige et j’en passe…

Originaire de Chicago (encore une) et née en 1949, Minnie a une formation lyrique et c’est ce qui lui permet de se démarquer avec sa puissance vocale qui atteint deux octaves de plus que la moyenne. Elle commence sa carrière très jeune, à l’âge de 15 ans avec le groupe The Gems, qui ne marquera pas les esprits, mais lui permettra de mettre un premier pieds dans l’industrie du disque et de rebondir avec une autre formation, The rotary connection, qui fonctionnera déjà beaucoup mieux et qui lancera par la suite, sa carrière solo.

En 1970, elle enregistre “Come to my garden” et fait découvrir son talent au monde entier et notamment à l’une des icônes de la soul, monsieur Stevie Wonder himself, qui craque complètement pour la jeune Minnie! L’album est un succès critique, mais l’explosion des ventes, ce n’est pas encore pour maintenant.

C’est avec “Perfect angel” et son inoubliable “Lovin’ you” que Minnie éclate au grand jour, ce titre, vous l’avez forcément déjà entendu, que ce soit dans les films de Tarantino, dans des pubs, sur une cover (Shanice, Olivia Newton-John ou encore les Stylistics), je suis persuadé que vous l’avez déjà entendu, allez, je vous aide encore un peu: des petits oiseaux qui chantent, la mélodie qui commence, une voix d’une pureté de cristal qui nous lâche un “la la laaaaaaaa…” qu’on ne peut pas oublier, ça y est je suis sûr que vous l’avez. Stevie accompagne Minnie au piano et à l’harmonica sur le disque et il le produit également, je pense qu’on peut quand même appeler ça un gage de qualité, non?

Viendra ensuite “Adventures in paradise”, qui est clairement l’album de la confirmation avec le superbe “Inside my love”, dont je vous parlerais sans doute dans un prochain rendez-vous samplé…C’est à cette période que la chanteuse apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein et doit subir une mastectomie. Malheureusement, le cancer a eu le temps de se propager et son espérance de vie est limité…

Elle aura le temps de d’enregistrer deux autres albums: “Stay in love” et “Minnie”, des disques plus up-tempo, dans l’air du temps, toujours de qualité, mais différent de son travail précédent. Elle deviendra également l’une des figures de la bataille contre le cancer aux Etats-Unis avec l’American cancer society, mais décédera des suites de son cancer en 1979 en laissant derrière elle une fille, la jeune Maya Rudolph qui deviendra plus tard, une actrice de renom, décidément, le talent coule dans les veines de la famille.

La maladie nous a volé encore une incroyable artiste, beaucoup trop tôt, Minnie Riperton est décédée à l’âge de 31 ans, mais elle a marqué toute une génération.

 

Laurent