Archives du blog

Nos samples rendez-vous #8 : Moby et Cassieta George


mobyOublions un peu le hip hop cette fois et consacrons nous un peu à l’electro pour une fois. Pas n’importe qui dans l’electro quand même : MOBY. Parmi la tonne de morceaux dans la discographie du monsieur, un en particulier m’a marqué plus que les autres : One of these mornings.

Encore une fois découvert grace à l’application Shazam (quelle merveille !) dans la série Person of interest, pendant une scène de fin d’épisode haletant, une voix gospel vint me titiller les oreilles, puis un beat electro qui semble aller parfaitement ensemble, quelque chose cloche dans mon oreille avertie! Ca sent le sampling à plein nez!!!

Cette voix, c’est celle de Cassieta George, la lead de la formation Gospel des années 50 : The caravans. Le morceau original, « Walk around heaven all day » en 1964. Moby a juste repris les premières paroles de Cassieta et ça suffit pour créer une petite pépite en 2002 sur l’album « 18 ».

Laurent.

Publicités

JMJ, créativité à bout de souffle !


JMJ_imagePour son retour discographique, Jean-Michel Jarre nous livre « Electronica : 1 The Time Machine« . Et comme toujours il a voulu faire les choses en grand : 16 titres(!), et autant d’invités à cette aventure… Homme de pari(s), Jarre veut nous en mettre plein les oreilles… Mais quantité rime rarement avec qualité durable.

Lui qui fut un novateur musical au tournant des années 70-80, nous livre ici un album qui, s’il s’ouvre sur le dansant (non je n’ai pas dit musique de Club… mais NON!) « Time Machine », revisite en près de 4 minutes tout ce qui a rendu JMJ populaire dans le monde entier, nous gâche le plaisir dès le second morceau…. qui annonce une suite de collaborations variées avec des figures aussi diverses que le duo électro français Air,  le groupe allemand Tangerine Dream, les américains Moby et Laurie Anderson, le pianiste classique chinois Lang Lang, et même le vétéran anglais guitariste des Who, Pete Townsend !! Quel assemblage hétéroclite!

La volonté de Jean-Michel Jarre, dans ce projet, était d’assembler différentes générations d’artistes ayant été des inspirations pour lui, ayant marqué l’histoire de la musique électronique, hier comme aujourd’hui. En y ajoutant des musiciens possédant la même vision que lui de la musique. Vaste programme, belle idée au demeurant !! mais pour moi, la magie n’opère pas, le voyage musical s’avère décevant, la musique offerte à nos oreilles s’avérant être un conglomérat sans saveurs, sans émotions, avec un son « froid », les compositions s’enchainant sans jamais procurer l’envie de s’arrêter, de réécouter. Electro dansante, ambiance asiatique, musique de relaxation, tout y passe!!! JMJ n’a plus de potion magique dans sa besace! et ça s’entend!!!!

A se demander ce que ces invités sont venus faire dans cette galère musicale, aux côté d’un musicien en perte de créativité. Ce disque me donne le sentiment que JMJ n’a plus rien à proposer d’innovant, de frais. Entre la nostalgie affichée aux côtés des précurseurs du genre, et le besoin de continuer à exister en s’associant aux côtés des grands noms du moment, le constat est là : JMJ est passé de mode.

Cet album plaira sans doute aux nostalgiques, adorateur du Jarre première et seconde époques (1980-1990’s).. Pour les autres, il est totalement dispensable.

Guillaume.

 

 

Heureux les innocents


pochette_mobyNotre Moby international nous a concocté un 11ème album Innocents  très agréable à écouter. Le plus célèbre musicien, ermite urbain, est sorti de son appartement et  nous propose un cd de collaborations très variées : Inyang Bassey, Cold Specks, Mark Lanegan, Skylar Grey, Wayne Coyne

Alors oui, cet album a tout pour plaire au plus grand monde, il ne dérange pas, avec peu de surprise. Mais on y retrouve le Moby de Play, un Moby de qualité, qui nous transporte dans sa pop électro, dans son atmosphère feutrée, reposée.

Le disque s’écoule sans jamais lasser. Je peux le passer en boucle sans problème, mais vous me direz c’est  là où le bât blesse, il n’a peut-être pas besoin d’être écouté avec une attention particulière.

Des +++ à The perfect life, The Last Day, The Lonely Night.

Michèle