Archives du blog

Les Soulections #6 : The Delfonics


Vous allez dire que je boycotte la Motown au privilège du Philly sound, rassurez-vous, on y viendra tôt ou tard, y’a eu tellement d’artistes de qualité sur le label de Detroit, mais pour le moment, restons sur des formations un peu moins célèbres (chez nous en tout cas).

Fans de Quentin Tarantino, levez la main si vous avez déjà chantonné les tubes Soul diffusés dans ses films… Plusieurs de ses sons étaient issus d’un groupe bien connu de Philadelphie: Les Delfonics.

Composé des frère Hart, William et Wilbert ainsi que de Greg Hill, les Delfonics sont l’une des formations avec les musiques les plus romantiques dans les années 60/70, à leur actif seulement une dizaine d’albums, c’est pas énorme mais cette discographie est pleine de hits qui vous resteront en tête dès que vous les entendrez.

Avec des titres tels que “La la la means i love you” ou “Didn’t i blow your mind this time?”, vos soirées romantiques sont assurées de bien démarrer, il faut savoir également que malgré leur relative brève discographie, les Delfonics reste l’un des groupes les plus samplés dans le hip hop avec par exemple “Walk right up to the sun” qui donna lieu au mythique “If I ruled the world” de Nas en duo avec la merveilleuse Lauryn Hill ou encore “Ready or not, here I come” repris par les Fugees sur “Ready or not” avec le refrain chanté par… je vous le donne en mille: Miss Lauryn Hill!!!

Due à des problèmes de contrat et de multiples changements de personnel, le groupe sortira des disques sporadiquement jusque dans les années 80, même si leurs belles années sont restés derrière eux.

Quoi qu’il en soit, ils restent l’un des groupes les plus marquants de cette période et notamment grâce aux films de la Blaxploitation et plus tard, ceux de Tarantino qui saura si bien les mettre en valeur.

Laurent

Publicités

Nos samples rendez-vous #17


Du très très lourd au programme, côté sampleur, comme samplé ! D’un côté, un poids lourd du Jazz et du blues de Harlem dans les années 40/50 en la personne de Dinah Washington, de l’autre, deux de mes artistes préférés toutes catégories confondues : Nas et Erykah Badu.

Le morceau original, « This bitter earth » de Dinah Washington, je l’ai découvert en regardant Shutter island de Martin Scorsese avec Leo Di Caprio, parfaite chanson mélancolique pour accompagner les délires psychiatriques du héros, cette musique ne m’a plus jamais quitté, le genre qui te prends aux tripes dès qu’elle commence. Pour cette B.O il s’agit en réalité d’un mashup avec  « On the Nature of Daylight » de Max Richter réalisé par Robbie Robertson, collaborateur musical de longue date de Scorsese.

En 2016, pour le soundtrack du film « The land », le réalisateur Steven Caple Jr à l’idée de réunir Nas, producteur exécutif et Erykah Badu, actrice dans le film. Pour la première fois les deux géants sont réunis sur un morceau et quelle bonne idée !!! Erykah nous livre l’une de ses plus belles performances vocales depuis longtemps, j’irais même jusqu’à dire qu’on est proche d’une Nina Simone parfois. Quant à Nas, il est égal à lui-même, l’absence d’un beat ne lui pose pas de souci pour nous faire profiter de ses textes, seuls les violons accompagnent la voix de Nasty Nas et les deux se marient parfaitement.

Laurent  

Nos samples rendez-vous #14


Une spéciale pour Guillaume, avec un de ses groupes préférés Toto et son tube interplanétaire « Africa ». Sorti en 1983 sur leur album TOTO IV, ce titre incontournable pour tous les fans des 80’s, a été inspiré à David Paich le clavier du groupe par un documentaire traitant de la pauvreté en Afrique, qui l’aurait profondément marqué. On pourrait croire en regardant le clip (exceptionnellement kitsch !!!) qu’il s’agit d’une histoire d’amour entre un Américain et une Africaine, mais a priori, l’idée originelle était la première.

Le sampleur, si je dois en citer un parmi les nombreux qui ont réutiliser ce célèbre synthé, c’est Nas, le maestro du Queensbridge qui rappe dessus à merveille sur « New world », tiré de l’album « Nastradamus » en 1999 et produit par L.E.S. Le morceau traite de l’évolution du monde actuel et notamment de la percée de toutes les nouvelles technologies, internet, smartphones etc et de leur emprise sur notre quotidien. Nas compare aussi certaines personnalités passées et leurs « équivalents » contemporains.

Laurent

Nos samples rendez-vous #11


amadou-et-mariamQuand le fils du grand Bob Marley et la légende du Queens se réunissent le temps d’un album, ça donne « Distant relatives », une incroyable aventure musicale sortie en 2010. Issu de cet opus, le morceau « Patience » où Nas et Damian Marley nous parlent de leurs inquiétudes sur le monde actuel et de la nécessité que chacun ait conscience qu’il est acteur d’un possible changement pour le meilleur.

Pour illustrer ces idées en musique, les deux compères ont choisi de sampler Amadou et Mariam et leurs morceau « Sabali » , la patience en Malien. Cette chanson de 2008 est le premier single du sixième album du couple, « Welcome to Mali ».

Pour le clip, Nas et Damian ont eu l’élégance de faire apparaitre Amadou et Mariam, chose assez rare lors de l’utilisation de sample, preuve du respect entre ces artistes. Lors du concert à Paris,  le couple Malien a également été invité sur scène à chanter le refrain du morceau, la classe.

Laurent