Archives du blog

1 an en musique : 1990


Bon, il ne me reste que deux articles pour dépeindre les années de ma jeunesse en musique, puisqu’au mois d’Août, je rendrais mon tablier. Du coup, je me suis dit que plutôt que de restreindre a 12 morceaux, ce qui était le concept original, je me lâche un peu  et je vous donnerais une double ration, prêts?

Le début des années 1990, c’était quelque chose, je me suis régalé à faire la playlist, c’est fou, mais j’aurais pu en mettre le double, sans forcer!!! Je vais commencer par ma partie préférée, le rap!!! A l’aube de cette nouvelle décennie, les carrières des premières légendes commencent à ralentir, mais des gars comme Big Daddy Kane, NWA ou Public Enemy sont toujours là et nous donne encore du très bon, mais ils s’apprêtent à céder la place à la nouvelle génération et un LL Cool J, déjà bien installé, semble être une parfaite passerelle vers les 90’s et la nouvelle rage naissante, donc son “Mama said knock you out” me semblait être idéal pour illustrer ce passage. En France aussi le mouvement se développe et notamment à travers celui qui sera, avec Iam et NTM, pendant longtemps, le visage du rap en France, j’ai nommé Claude MC Solaar et son mythique “Bouge de là”. Autre figure tout aussi légendaire pour nous et ils sont francophones et pas Français, ce sont les belges de Benny B, “Mais vous êtes fou? Oh oui!!!” Moi en tout cas, j’étais fou de Benny B, perso, j’assume totalement qu’ils font partis de ceux qui m’ont fait découvrir cette musique et si aujourd’hui, leurs morceaux sonnent très kitsch, ils ont malgré tout  ouvert les portes pour beaucoup.

Bien sûr, il y avait tout plein d’autres choses et pleins de morceaux mémorables! A la maison, c’était la sortie de Pretty Woman et ma soeur nous bassinait avec le morceau de Roxette “It must have been love” qui était tiré de sa B.O et dans la gamme musique et cinéma ,il y en avait un autre qui explosait tout, c’était Ghost,mis en musique par le vieux morceau des Righteous Brothers pour une “Unchained melody” qui ne se démodera jamais… Le romantisme est à l’honneur dans ce mix avec le langoureux “Kingston town” de UB40, ou Sting et son “Englishman in New York” et enfin Elton John pour “Sacrifice”.

Comme je vous l’ai dit sur celui de l’an dernier, la dance arrive en grande pompe et avec elle, le phénomène Boys Band, dont les New Kids On the Block furent le fer de lance avec “Step by step”, là aussi ma soeur a fait chauffer le poste K7. Dans un autre registre mais tout aussi remuant, Dee-Lite, C+C music factory et surtout les allemands de Snap avec “I’ve got the power” m’ont éclaté pendant cette période.

Je vous laisse découvrir par vous-même la suite de cette playlist, qui vous réserve quelques bonnes surprises encore… Stop!!! Hammer time!!!

Publicités

1 an en musique : 1987


Le mélange des genres continue en 1987, hip hop, rock, musique de films, vous allez trouver un peu de tout dans cette playlist, prêt pour un bond dans le temps?

Alors, nous revoici en 1987 et c’est le grand pas vers l’école primaire pour ma part, fini les doudous et les tétines, je suis un grand, je rentre en CP!!! Et pour m’accompagner dans cette grande étape de ma vie scolaire, rien de tel qu’une bande son au top, avec notamment la suite des premiers pas du gangsta rap dans la west coast Californienne avec le “Boyz’n the hood” de ceux qui allaient devenir le groupe le plus dangereux d’Amérique, les NWA de Dr.Dre et Ice Cube. L’an passé, je vous avais mis le prem’s sur le coup, Ice T, mais la vraie rampe de lancement de cette branche, c’est bien mes chouchous de Compton. Pour rester dans le rap, je vous ai mis deux des groupes les plus mythiques de l’autre côté des US, à savoir le Boogie Down Production de KRS-One venus tout droit du “South Bronx” et évidemment le God MC, Rakim et son compère Eric B. pour “I know you got soul”.

Alors bien sûr, il n’y a pas que du rap dans les douze morceaux et je vous mentirais si je vous disais que c’est ce que j’écoutais à six ans. Non, j’ai une grande sœur de quatre ans mon aînée, donc ce que j’écoutais, c’est ce qu’elle écoutait et à l’époque, il y a eu deux films musicaux qui sont sortis et dont les tubes n’ont pas décollés du top 50 de Marc Toesca. Il s’agit de “La Bamba” des Los Lobos, même si pour moi ce sera toujours Richie Valens qui l’incarnera sous les traits de Lou Diamond Philips. Et puis comme “on ne laisse pas bébé dans un coin”, je ne pouvais pas passer à côté de l’inoubliable “Dirty Dancing” et de son “Time of my life”. Çà, ça a vraiment tourné en boucle à la maison et pas qu’en 1987…

Pour garder un peu de R’n’B aussi, je vous ai mis un peu de Whitney, un soupçon de Smokey Robinson et une pincée de Ready for the World, pas mal non?

Je vous ai promis du Rock aussi et je n’ai pas oublié les fans de la série “Friends” qui n’auront sans doute jamais oublié LA chanson de Ross et Rachel, le sublime “With or without you” de U2, un slow à vous tirer les larmes. Mes lecteurs des “Samples rendez-vous” auront le droit à leur bijou aussi, avec la boucle du “Changes” de 2pac, tirée du morceau de Bruce Hornsby “That’s just the way it is”.

On a presque fait le tour du sujet, il me reste simplement à vous faire part de mon inavouable habituel et celui-ci, c’est le spécial Chérie FM de la route des vacances avec Madame, LE morceau de Jean Jacques Goldman : “La-bas”. Allez, avouer que ma femme et moi ne sommes pas les seuls à casser la tête de nos enfants en faisant une cover façon casserole du hit de JJG?

Laurent 

Quand les légendes s’en mêlent…


Je commence à en prendre l’habitude mais quand je peux rassembler deux disques sortis à peu près en même temps et que j’arrive à trouver un sujet correspondant, je les rassemble pour ne faire qu’une chronique. Honnêtement, il y a tellement de sorties chaque semaine, que je passe à côté (volontairement ou pas) de certaines et quand je tiens vraiment à vous parler de certaines, comme ici, je filoute un peu… Ici, il s’agit de deux mythes du rap game, deux des lyricistes les plus doués de leur génération et de l’histoire du hip hop en général, à savoir Method Man et Ice Cube.

Pour le premier, le mc phare du Wu-Tang Clan, le collectif de Staten Island, il nous propose la suite directe de son “Meth lab”, sorti 3 ans auparavant et on peut dire qu’à 47 ans, Meth (vu récemment dans The deuce”) n’a rien perdu de sa verve et de son flow sur ce “Lithium”. Décomposée en 22 plages, cette 2ème saison du “Meth Lab” et tout de même entrecoupée de 7 interludes, ce qui fait tout de même un peu beaucoup selon moi, même si celles-ci sont faites avec beaucoup d’humour, il aurait pu en faire un peu moins, mais c’est à peu près la seule critique que je puisse faire sur ce sixième album solo.

Si sa faculté a rappé n’est plus à faire depuis longtemps, peut-il encore s’adapter au game actuel, peut-il encore nous faire du method et plaire à la jeune génération? Et bien je pense que ce disque est l’exemple parfait de ce qui fait la longévité de Meth, il offre majoritairement du boom bap dans la pure tradition New Yorkaise, mais arrive aussi à rimer sur des sonorités plus tendances comme sur “Grand prix” et même là, ça fonctionne!!!

Il faut dire qu’il dispose de pas mal d’aide sur “Lithium”, des guests, presque sur tous les tracks et là aussi, il parvient à mixer les époques. Des légendes comme son acolyte Redman, Snoop ou Raekwon viennent lui prêter main forte, sur des morceaux comme “Wild cats” ou “Eastside”, quand pour la nouvelle donne, il offre du temps derrière le mic à des jeunes comme Cardi Express ou Youngin’ sur “Back blockz”.

Le tout est une très bonne recette sortie du labo du plus doué des chimistes du hip hop pour ce qui pourrait (on ne le souhaite pas) être le dernier album solo de Method man…

Pour le second, je vais vous parler de l’éternel ex-N.W.A, à savoir Ice Cube! Acteur, président de la ligue de basket des retraités NBA, O’shea Jackson Sr ne chôme pas et il a malgré tout, trouvé le temps de nous pondre “Everythangs corrupt”, son dixième album studio. Alors, comment garder la rage après toutes ces années? Comment garder la flamme quand on est dans l’opulence et qu’on n’est plus “l’Amerikkka’s most wanted” depuis des lustres? C’est ce qui a fait de Cube ce qu’il est, c’est sa rage derrière le mic et sa plume bien sûr, alors comment? Et bien déjà, le contexte socio-politique Américain aide un peu, disons que le président actuel n’est pas vraiment du goût du rappeur de South Central et ça se fait sentir très rapidement dans le disque avec dès le premier morceau, un “Arrest the president” qui laisse peu de place au doute quant au vote d’Ice Cube et ça continue avec “Chase down the bully” juste après.

Vous l’aurez compris, le thème de l’album, c’est la foi perdue en un système qui ne fonctionne pas pour la communauté noire américaine et ce, bien avant que Cube ne fasse ses premières armes derrière le micro.

Alors, vous ne trouverez pas que ça sur le disque, il y a aussi des tracks comme “The new funkadelic” ou “Ain’t got no haters” en featuring avec Too $hort, une autre légende du rap Californien, c’est d’ailleurs la seule collaboration de prestige du disque à l’inverse de celui de Method Man. Ces morceaux là sonnent plus G-Funk, nous ressortent des boucles à la Parliament et ce n’est pas pour me déplaire personnellement, ça offre un peu de légèreté dans un disque globalement assez dur.

Mon véritable coup de coeur c’est “Streets shed tears” que j’ai trouvé vraiment magnigique, l’instru très soulful, le flow de Cube et le superbe refrain de Shameia Crawford, c’est une pépite, pas de doutes!

Alors en conclusion, on est d’accord ou pas? On a encore de la place pour ces mythes du hip hop? Ces gars ont encore le feu sacré et ce, avec trente ans de carrière et sans jamais s’être vendus musicalement, on en veut encore les gars, la retraite, c’est pas maintenant!!!

Laurent

1 an en musique : 1986


Il y a des années pour lesquelles c’est plus facile que d’autres de faire son choix. C’est le cas pour cette année 1986 qui me plonge dans deux univers qui me parle énormément: Le hip hop et le cinéma!!!

Avant de parler du grand écran, je vais commencer par vous parler des morceaux Rap que j’ai choisi de mettre en avant pour 1986 avec en premier, l’un des groupes qui a changé la face de la culture hip hop, le trio le plus célèbre du Queens, Run DMC et leurs Adidas. Rev Run, étant le frère de Russell Simmons, le grand manitou de Def Jam, les 3 compères de Hollis avaient toutes les cartes en mains pour placer leurs célèbres chaussures sur la carte du rap New Yorkais et ils ont su transformer l’essai. Pas les seuls dans le domaine, on a aussi le génial Biz Markie et son “Make the music with your mouth”, ce gros fou de Harlem s’éclate sur le sample du formidable “Ike’s mood” d’Isaac Hayes, du génie!!! Le premier groupe “blanc” hip hop est là aussi, les Beastie Boys fusionnent à merveille le rap et le rock sur “No sleep til Brooklyn”. Et pour finir, le premier morceau estampillé “Gangsta rap” de l’histoire, “6 in the morning” d’Ice-T, que les plus jeunes connaissent sans doute plus pour son rôle dans New York Unité spéciale qu’en tant que rappeur et bien le premier à raconter les histoires de gangster de Los Angeles, avant NWA ou Snoop, c’est lui et ce morceau est le pionnier de cette tendance.

Bon, vous allez me dire qu’il n’y a que du rap? Non, non, rassurez-vous, je vous ai dit qu’on allait parler cinoche aussi, alors si je vous dit Top gun, vous me dites? Tom Cruise et sa moto, oui je sais, mais quelle était la musique qui rendait la scène si hot? Berlin et son “Take my breath away” et à l’époque, ça aurait été le summum du sensuel, si il n’y avait pas eu l’un des strip tease les plus chauds de l’histoire du cinéma de la part de Kim Basinger dans 9 semaines et demi, encore aujourd’hui, quand on parle strip tease, c’est la chanson de Joe Cocker qui vient à l’esprit, Mickey Rourke ne s’en est toujours pas remis!

Toujours dans le registre cinéma, mais dans un style plus funky, le parrain de la soul, James Brown, introduit Apollo Creed dans Rocky, bon ça ne lui portera pas bonheur, mais le show vaut le détour, sortez vos shorts US!!!

Et puisqu’on est dans la funk, pourquoi un peu de Cameo avec “Word up”? Et puis plus méconnu, mais les auditeurs de Fabe reconnaîtront sans doute le “I cant’ wait” des Nu Shooz, que la plume du 18ème avait samplé pour son “Mal partis” avec K-Reen et Koma sur le Cut Killer Show.

Enfin, deux morceaux frenchies, dont mon inavouable, qui n’en est pas vraiment un, “La chanson des restos” par Les Enfoirés originaux, bien moins commerciaux que ceux qui viennent gratter un peu de promo ces dernières années et puis l’un des pianos les plus reconnaissables de la chanson Française, le “Mistral gagnant” de Renaud, à écouter le paquet de Kleenex à la main.

Voilà c’est à peu près tout pour cette année 1986…

Laurent

La playlist

Les véritables origines du hip hop…


hip-hop-evolutionVoilà le documentaire à voir absolument pour tout amateur de hip hop!!! Disponible uniquement sur Netflix et HBO aux US, voilà donc « Hip hop evolution » où la véritable histoire du mouvement hip hop racontée par ses acteurs.

De la fin des années 70 avec les fameuses soirées de DJ Kool Herc, jusqu’ à l’avènement du rap West coast et le fameux « Chronic » de Dr. Dre en 1991, ce documentaire se divise en 4 parties :

Le point de départ au 1520, Sedgwick avenue dans le Bronx avec Kool Herc qui animait les toutes premières soirées hip hop de l’histoire, la perfection du scratch par Grandmaster flash et les battles entre les différents crews de chaque quartier.

Ensuite, on découvrira l’ouverture du hip hop underground vers les rues de Manhattan par le biais d’Afrika Bambataa qui mixait parfois dans les soirées Punk. L’arrivée de Run DMC et la création de du label Def Jam par Russell Simmons et sa rencontre avec Rick Rubin, qui va révolutionner le son de l’époque. La musique évolua ainsi que le style vestimentaire, fini les habits clinquants des premières heures, place aux Adidas Superstar et aux Kangols.

A la fin des années 80, le rap conscient verra le jour avec les morceaux à textes écrit par des groupes tels que Public Enemy, Queen Latifah et autres Eric B & Rakim. Le rap devient activiste et commence à faire peur de par son message et son esprit critique de la politique de l’époque.

Pour finir, Shad, l’hôte du documentaire traversera les Etats Unis pour nous parler du rap Californien, le fameux « Gangsta rap » des NWA, Cypress Hill, Ice T etc… Un rap aussi violent que festif, plus adapté au climat de la côte ouest et en lien avec l’actualité de l’époque à Los Angeles, comme l’affaire Rodney King et les émeutes qui s’en suivirent. La vie des gangs ultra présentes dans la cité des anges, y est décrite comme si on y était.

Evidemment, on pourrait toujours ajouter des choses à ces quatre segments, mais les anecdotes sont tellement nombreuses et racontées par les protagonistes de l’époque, avec beaucoup d’images d’archives, c’est un vrai régal ! Tout ce que je peux souhaiter, c’est une suite, merci Netflix !!!

Viens voir le docteur…


ComptonAprès plus de 15 ans d’attente et de report à répétitions, voici donc (enfin) le 3ème album studio de Dr.Dre. Si en tant que producteur, le docteur du rap US est resté ultra-présent dans les casques (Beats by Dre) des auditeurs de Rap, notamment pour Kendrick Lamar, Eminem et autres, l’artiste, lui a été plus que discret sur la scène rap US. Seuls quelques sons sortis à la sauvette avec ses compères Snoop dogg et Eminem, mais pas grand-chose de plus à se mettre sous la dent.

La sortie du film retraçant l’histoire du groupe N.W.A, « Straight outta Compton » l’an dernier était LE coup marketing pour mettre en avant son film et son album. Et ça a marché, outre atlantique en tout cas, car dans l’hexagone le film a eu un succès plus modeste que l’album. Il faut dire que même si l’histoire reste assez fidèle, Dre et Ice Cube (magnifiquement interprété par son fils) se réservent quand même les beaux rôles  et que quelques détails plus obscurs ont été omis. Cela dit, ça ne m’a pas empêché d’aimer le film.

Revenons à la musique, car si l’attente a été longue, ça valait le coup ! L’album est de qualité et s’imbrique parfaitement comme B.O de « Straight outta Compton » malgré la sonorité différente des 2 époques. Comme à son habitude Dre a su s’entourer des meilleurs Mc’s de la côte Ouest avec des featurings de Snoop, The Game Kendrick Lamar ou Eminem, mais aussi quelques talents en devenir comme King Mez, BJ the Chicago Kid ou Marsha Ambrosius, l’ancienne lead de Floetrry.

L’album sonne West Coast, pas de doutes, mais Andre Young, prend quand même des risques avec quelques morceaux presque Rock comme « One shot one kill » où l’on n’avait pas entendu un Snoop aussi tranchant depuis longtemps et  aussi du Dub step sur quelques tracks. C’est un opus qui s’écoute sans véritables hits, mais parfaitement orchestré par le docteur. 2 morceaux ressortent malgré tout pour moi : « Talking to my diary », l’introduction du film et «It’s all on me » ou Dre retrace sa carrière en 3minutes 48, que du bonheur !

Laurent