Archives du blog

Un peu de douceur dans ce monde de brutes…


Quel plus beau mélange qu’une belle voix et le flow d’un rappeur? Pour moi, ce mariage, quand il est bien réalisé est tout simplement génial et des années 90 à nos jours, en a découlé quelques trésors de la musique urbaine, voici quelques exemples parlants.

Si ma mémoire est bonne, celle qui a ouvert les portes pour ce genre de collaboration, ce n’est autre que Mariah Carey avec son remix de “Fantasy” où elle invite le génial, mais dingue rappeur du Wu-Tang, mister ODB. Il y en a eu d’autres avant ça, mais clairement, le morceau qui a popularisé ce genre de collaborations, c’est bien “Fantasy” et je vous invite à lire l’histoire de l’enregistrement de ce morceau qui est à mourir de rire, ici.

Malgré la rocambolesque aventure de ce morceau, Mimi n’en restera pas là avec ce genre de featuring et en fera son fond de commerce dans sa deuxième partie de carrière, la plupart de ces singles après ça, se feront avec des rappeurs. De Jay-Z à Nas en passant par Cam’ronJadakiss, je n’ai pu vous en mettre que quelques uns dans la playlist sinon, elle aurait été interminable…

Bien sûr, une fois les portes ouvertes et le succès avéré de ce “nouveau” genre, nombreux artistes se sont engouffrés dedans et ça a donné lieu à des duos vraiment mythiques et certaines collaborations entre les chanteurs sont devenus récurrentes, d’autres sont devenus des couples à la ville, je pense évidemment à Jay-Z et Beyonce, qui depuis leur “Crazy in love” il y a une quinzaine d’année sont devenus “The Carters” et sont toujours au jour d’aujourd’hui des “03 Bonnie and Clyde” “On the run” (oh la la je m’arrête plus là!!!).

Ce ne sont pas les seuls d’ailleurs, tout aussi célèbres, même si moins prolifiques et moins résistants, on a eu droit à Diddy et Jennifer Lopez, où plus récemment Big Sean et Jhene Aiko.

Pas un couple à la ville, mais sans doute mon binôme préféré, Method Man et Mary J. Blige, sont les auteurs de la mythique cover du tube de Marvin Gaye “All i need to get by” sur le premier album du mc de Staten Island, mais aussi le super “Love @ 1st sight”, ces deux-là ont une telle alchimie que j’ai toujours espéré un album commun, qui n’arrivera sans doute jamais à ce stade, malheureusement…

Cela dit, comme Mariah, la Queen of hip hop soul, elle non plus, n’en est pas à son coup d’essai et ne s’arrêtera pas à ces feat avec Meth, elle avait déjà brillée avec Biggie sur le remix de son “Real love”, Nas aussi collaborera avec la belle, Busta Rhymes en fera une ou deux, bref, vous voyez que les grands finissent toujours par se trouver.

Je vous ai jusque là parlé des morceaux de l’âge d’or (selon moi), mais de nos jours, ces mélanges entre les douces voix du R’n’B et les rimes aiguisées des rappeurs ont perdurés et les nouveaux maîtres du genre continuent à nous faire plaisir avec des duos qui fonctionnent à merveille.

Pour n’en citer que quelques uns, le “All the stars” sur la B.O de Black Panther en est l’exemple parfait, Kendrick Lamar et SZA subliment le générique du film, déjà génial, Wakanda Forever!!! K.Dot est assez coutumier de ces feat, il en a aussi fait avec Miguel, Alicia Keys et bien d’autres.

Son pendant East Coast, J.Cole a posé aussi avec quelques perles vocales, Janet Jackson pour commencer, sur “No sleep”, pas mal quand même… Il produit aussi la jeune Ari Lennox, avec qui il collabore sur “Shea butter baby”, il en a fait aussi avec les revenantes de TLC.

D’autres comme Joey Bada$$, Big Sean, même les Migos, même si c’est moins ma came ont participé à des tracks Hip hop/ R’n’B sur le disque de Calvin Harris, dont je vous avais parlé il y a quelques temps, l’album est d’ailleurs truffé de ces collaborations.

Je vais pas vous détailler toute la liste, ça vous gâcherait le plaisir et puis il y a quand même 80 morceaux, donc…

Par contre, je vous ai quand même glissé une dizaine de tracks de ce style, mais en Français, voir en Français et en US, des morceaux comme Kery James et Kayna Samet, Arsenik et Assia ou bien pour illustrer ces connexions internationales, le “I can’t let her go” de Driver et des mythiques Boyz II Men.

J’espère que vous allez apprécier écouter la playlist autant que moi, je me suis amusé à la faire.

Laurent


Publicités

Un véritable cocktail Mono Tof !!!


Ah! Enfin!!! Je suis super content de voir le projet de cet artiste réalisé, ça fait un petit moment que je suis son évolution sur les réseaux sociaux, je l’avais découvert sur le disque de Demi Portion, “2 chez moi” que j’avais chroniqué il y a deux ans et j’ai tout de suite adhéré au style du gars.

Après l’avoir découvert musicalement, j’ai appris à apprécier le personnage à travers son exposition sur le web, toujours disponible et véhiculant un message positif à travers sa musique et l’image qu’il donne du rap Français.

Stéréotypé” est donc son premier album studio, il a pris son temps pour le sortir, a fait ses armes comme il se doit et il a bien fait car ce premier opus est une réussite. Dans son concept d’abord, chaque morceau est titré d’après un personnage réel ou fictif, sauf “Indépendant” et “Stéréotypé”. Tous les autres tracks vous évoqueront sans doute quelque chose, de “Zidane” et son fameux coup de tête, à “Andy Dufresne” et sa cuillère dans les évadés, en passant par “Bart Simpson” et son “Petit gang, petit gang”, pas facile de faire le lien entre tous ces personnages, mais ça marche bien car le disque est bien construit et on se retrouve assez facilement dans l’univers de Mono.

Le style est brut, le flow de l’artiste s’adapte aussi bien aux instrus “trap-ish” qu’aux classiques du Boom Bap, il le dit lui-même d’ailleurs, il ne s’enferme dans aucun registre et navigue parfaitement partout là où il traîne son mic.

Le disque s’écoute sans broncher, on remue le casque tout au long des 45 minutes passées ensemble, je n’ai abandonné qu’un track, c’est “Boubou” auquel je n’ai pas réussi à adhérer, je pense que je kiffais tellement l’intro du morceau que j’aurais aimé l’entendre tout le long du morceau, mais bon… sur treize plages, je pense que ce n’est pas bien méchant.

Pour le reste, c’est vraiment frais, sincère et mes préférences iront naturellement à “Scottie Pippen” (je suis un fan de basket, donc ça va de soi) où je trouve Mono au top de sa forme, il débite le refrain avec une verve étonnante. Et j’ai également beaucoup aimé “Néo” et “Zidane” qui ont des instrus au top, d’ailleurs, Mono, si tu me lis, j’aimerais bien savoir qui fait tes prods, parce qu’il faut aussi le féliciter!

Voilà, je vous invite vivement à découvrir ce jeune artiste, qui comme son acolyte Demi Portion et mon pote Bibo, il donne des belles couleurs au rap du sud.

Laurent

Avoue qu’Tu Kiffes toujours 20 ans après…


Mon année rap Français ne pouvait pas mieux se terminer!!! Le grand retour de l’un des collectif qui a le plus marqué ma jeunesse hip hop, peut être même celui qui m’a le plus marqué avec Mafia Trece, je parle bien sûr d’ATK.

Ils l’avaient promis à Fredy K, leur ami et partenaire de scène décédé en 2007, ils se retrouvent, reforment la troupe après vingt ans et nous pondent une pépite, “On fait comme on a dit” avec en tête de liste le morceau du même nom, véritable hommage à leur pote parti trop tôt, mis en image par un superbe clip en plan séquence, en noir et blanc, dans les rues de Paris, où Antilop SA, Axis, Test, Cyanure, DJ Tacteel et Freko déambulent, comme si ils n’avaient jamais quittés le devant de la scène hip hop Parisienne, j’en frissonne encore…

Moi j’ai été bercé par “Heptagone”, ce disque a pour moi, marqué toute une époque et si ATK n’a jamais connu le succès qu’il aurait dû avoir, pour beaucoup d’entre nous, ils restent l’un des groupes références du rap Français, alors quand j’ai vu qu’ils ressortaient quelque chose, j’ai fait trois tours dans mon casque!!!

Le risque dans ce cas, c’est toujours la déception, de se dire que c’était “mieux avant”, mais pour le coup, c’est loin d’être le cas, ce comeback est une vraie réussite, dès le premier track, j’ai capté que j’allais manger cet album!!! Alors, je parle de comeback, mais en réalité, les mc’s d’ATK ne sont jamais restés loin du rap et même si ils n’ont plus sorti d’albums studio depuis longtemps, chacun, suivant sa route est resté proche du mic et c’est sans doute ce qui fait que cet opus est si fort, ils y amènent tous leur plumes, leur styles si différents et pourtant si complémentaires.

ATK nous offre 17 titres avec des prods comme je les aime, vraiment adaptées aux thèmes de chaque plage, par exemple sur “Maisons closes”, une guitare mélancolique vient ponctuer les rimes tristes des cinq rappeurs, alors que sur le morceau d’après, “écoute écoute”, on retrouve une production beaucoup plus simple, qui va droit au but avec ces quelques notes répétitives qui laissent plus de place au texte qui lui, frappe fort!

Certains diront que ce disque est resté coincé dans une époque tant il est marqué du sceau du crew heptagonal, perso, je suis complètement fan et j’espère que les jeunes rappeurs vont s’inspirer de ce qui est proposé ici.Par exemple il suffit d’écouter Cyan sur “Infinitif” pour prendre une leçon de flow, il s’adapte à l’instru, accélère à 100 à l’heure quand il le faut, redescend en deux secondes et repart de plus belle, il n’a rien à envier à Talib Kweli la-dessus et dans ma bouche, croyez-moi c’est un sacré compliment!

Autre détail important pour moi: les refrains des morceaux! Vous allez dire, à force, que je suis en guerre contre l’autotune, mais mince!!! Vous voyez que c’est possible!!! On demande à personne d’être Luther Vandross, mais ici, vous voyez bien que les gars d’ATK le font et bien! La voix rocailleuse de Freko ou celle plus posée d’Antilop SA sont parfaites pour ce genre de choses. Sur “Jour J” par exemple, le Freko dingue introduit parfaitement le refrain du couplet en poussant un peu la chansonnette, j’adore ce passage.

Bon, après on va pas se mentir, c’est pas un disque qui respire la joie de vivre, des morceaux comme “Psychopate”, “Muses évaporées” ou la revisite géniale de “Petits bateaux” ne vous feront pas forcément démarrer 2019 avec la banane, mais bon le hip hop n’est-elle pas une musique d’époque? Et celle dans laquelle on vit aujourd’hui est loin d’être toute rose, donc je pense qu’on colle à merveille à l’actualité et que du coup, le moment semble idéalement pour nous offrir ce disque qui a tant de choses à dire.

Voilà, vous l’aurez compris, quand, j’ai été un peu déçu par les derniers opus des grands du rap comme Kery James, Youssoupha et Flynt, le retour du « crew qui prend du poids comme un gars obèse », lui m’a vraiment, mais alors vraiment fait kiffer!!! Merci pour le rap Français les gars!!!

Laurent

Nos Samples Rendez-Vous #31 : Daddy Lord C et Bill Withers.



Ah la la mais qu’est-ce que j’ai pu l’écouter ce morceau, le “Freaky flow” de Daddy Lord C, je l’ai fait tourner en boucle à l’époque, c’était la folie. Déjà, j’aimais beaucoup ce que faisait La Cliqua en général, mais là, ce solo de Daddy Lord C, dans un univers assez différent de ce que proposait le groupe, un petit storytelling amoureux tout simplement génial!
Le flow en question de notre MC est juste trop puissant, rapide et ses rimes percutent dans cette histoire de coup de coeur avec cette jeune femme qui lui donne “le freaky flow”.
Pour nous raconter ce “storytelling”, Daddy Lord C utilise une boucle d’un grand classique de la soul, par l’un de ces plus grands chanteurs, Bill Withers et le fameux “Just the two of us”.
Cette balade sortie en 1981 est issue de la collaboration entre Withers et un certain Grover Washington Jr l’illustre Jazzman New Yorkais, la chanson est un véritable hit et obtient 2 grammy awards, l’un pour la meilleure chanson R’n’B et l’autre, pour le meilleur album “Jazz Fusion” pour Grover Washington Jr. Cette balade sent la bonne humeur a plein nez et Daddy Lord C est loin d’être le seul à avoir repérer ce sample génial, Keri Hilson, Regina Belle et Urban Zakapa, star de la pop Sud Coréenne a repris ce morceau, mais la version la plus connue et qui a le mieux marchée, c’est celle de Will Smith, en 1997, dédiée à son fils, je vous la mets d’ailleurs en bonus, c’est cadeau!

Laurent

Alpha serait-il le number Wann?


“Une main lave l’autre”, c’est l’album tant attendu d’Alpha Wann, “l’autre” mc issu de 1995, le pote de Nekfeu a toujours été pour moi, le plus talentueux des 2 rappeurs, mais resté plus underground alors que son acolyte explosait aux yeux de tous.

Alors, je parle de number one dans le titre, je vais être plus précis: je dirais qu’Alpha est certainement l’un des rappeurs de cette génération les plus doués, surtout techniquement. Il a une maîtrise du flow que peu sont capable d’égaler à l’heure actuelle. Il me rappelle énormément Ill, des X-men. Je trouve que ce disque marque d’autant plus les similarités entre les 2 mc’s, dans leurs qualités, comme dans leurs défauts. La qualité première, c’est la maîtrise de l’art, Don Dada, comme son illustre aîné, peut rapper sur n’importe quel beat avec brio, lent, rapide, peu importe! Il sait où poser sa voix, où reprendre son souffle, où placer les punchlines, bref, il sait ce qu’il fait! Maintenant, pour l’aspect négatif (qui n’en est pas vraiment un), je trouve que là aussi, les deux ont un manque de morceaux à thèmes, enfin, en réalité je trouve qu’ils s’enferment un peu dans le freestyle et encore une fois, le boulot est très bien fait, mais sur 17 morceaux, j’aurais aimé qu’Alpha nous propose aussi, du rap à histoire, du rap avec un message, parce qu’avec un tel talent, il serait l’arme idéale pour donner une parole à une génération qui en manque cruellement.

Ceci étant dit, je ne vais pas cracher dans la soupe, “UMLA” est un disque de qualité, l’un des meilleurs au niveau rap Français cette année, à mon goût en tout cas.

Si je dois sortir quelques titres du lot et c’est pas facile, je miserais sur “Cascade remix”, qui est pour moi, carrément le meilleur du disque, c’est peut être le seul où Alpha s’ouvre le plus, il nous raconte des anecdotes et ça envoie ce track au dessus des autres à mon avis.

“Flamme olympique” aussi est une tuerie, c’est un festival de prouesses techniques derrière le mic, l’instru hyper simpliste est parfaite pour cet egotrip de haut niveau!

Enfin, j’ai beaucoup aimé “Langage crypté”, un morceau bien street avec une instru très dark de Diabi, c’est presque les prods du Queens Bridge dans les 90’s.

Après, c’est difficile de parler d’UMLA sans mentionner “Ca va ensemble”, 7 minutes divisées en 3 beats différents dédiés au savoir faire d’Alpha, que dire? C’est du champagne, alors régalez-vous avec le Don Dada, qui n’est pas loin d’avoir raison quand il dit qu’il est “le dernier rappeur qui rappe”.

Laurent


La résilience va payer pour Bibo.


Il y a quelque temps, je vous avais déjà parlé de Bibo, ce jeune artiste multi-facettes, rencontré par le hasard des réseaux sociaux et des passions communes (musique, séries etc…). Il nous revient cette année avec son plus gros projet en date: Résilience. Un projet en trois parties, deux volumes musicaux et un livre, multi-facettes je vous ai dit!

Pour ma part, je vais me focaliser sur l’aspect musical du projet, n’ayant pas eu encore l’occasion de lire le bouquin et croyez-moi j’ai déjà de la matière avec ces deux disques.

Deux volumes qui pour moi, sont un peu les deux faces d’un même artiste, le premier plus axé sur le rap, le vécu street de Bibo et le deuxième, bien plus soul, plus sentimental. Alors, quand le gars peut gérer deux disques en moins d’un an, avec deux aspects différents mais en même temps complémentaires, pourquoi choisir? Moi je dis qu’il a eu bien raison de nous offrir une double portion.

Donc sur les deux volumes, on arrive à une vingtaine de morceaux, soit grossièrement deux heures de bonheur musical avec l’accent chantant de Toulouse de Bibo. Les textes profonds et introspectifs sont toujours là, des morceaux comme “Leur donner de la force” (vol.2) ou “Ils parlent de nous” (vol.1) sont vraiment écrits avec les tripes, c’est puissant mais maîtrisé, avec juste ce qu’il faut de rage pour nous communiquer le message, même chose pour “Vous” (vol.2) qui est l’un de mes morceaux préférés sur les deux disques, comme il le dit lui-même, c’est un texte engagé et enragé, j’adore et j’adhère personnellement.

Comme je vous l’avais dit dans la première chronique, j’apprécie aussi énormément le timbre de voix de Bibo, sans jamais forcer, il chante juste, avec une voix douce et stable sur des tracks tel que “Demain sera plus clair” (vol.2), conclusion et pépite du deuxième disque, ce morceau est empreint de gospel, la symphonie au piano est juste superbe, une chanson pleine d’espoir et de positivité. Pareil pour “L’amour de soi”, déclaration d’amour absolue dont le refrain reste dans la tête, je crois que mon épouse, va l’entendre souvent celle-ci (rires). Je finirais par mon morceau préféré du projet, à savoir “Résilience, Pt II”, un des rares rap du deuxième volume, un véritable cri du coeur en racontant son histoire, c’est le highlight du disque pour moi. Cela dit, je serais pas totalement complet, si je n’avais pas tiré un gros coup de chapeau à l’équipe de prod. qui est franchement au top, comme quoi, quand on a une bonne team, faut pas lâcher et être RÉSILIENT.

 

Les disques sont disponibles ici et là.

 

Laurent

Profeys, dans la joie et la bonne humeur…



Comme je l’avais fait l’an dernier pour Bibo, je vais vous parler d’un artiste que vous ne trouverez pas dans les bacs de la médiathèque, mais que vous pourrez retrouver sur à peu près toutes les bonnes plateformes de streaming musical.
Il s’agit ici de Profeys, originaire de Dammarie Les Lys en Seine et marne, ce jeune homme d’une trentaine d’année nous propose un hip hop jazzy, qui à mon goût, manque un peu trop dans le paysage musical hexagonal, un peu dans le même style que le Toulousain cité plus haut, on retrouve cette musicalité qui mélange mes deux genres de prédilection, le rap et la soul.

Profeys, c’est une de ces découvertes par la magie de l’internet mondial (Scully si tu m’entends…), c’est aussi ça le bon côté des réseaux sociaux, des plateformes de streaming, on peut y découvrir des artistes talentueux, qui n’ont pas eu (encore) l’exposition qu’ils méritent. Profeys, c’est un rappeur à la cool, afro en l’air, la banane en permanence, un flow qui s’adapte à tout type de tempo, bref, le gars ne se prends pas la tête, il s’adapte…
Son univers musical est un peu semblable au mien, on sent l’influence du hip hop 90’s des Roots, des Fugees ou encore des groupes comme The Pharcyde et si je devais citer des exemples Français, je me tournerais vers Hocus Pocus, voilà pour vous situer un peu la gamme de Profeys.
Avec déjà 3 disques à son actif, en l’occurrence “Ville délavée”, “Moleskine” et le dernier en date “Strawberry hills”, Profeys nous propose un répertoire varié avec des morceaux up-tempo, festif comme “Friday night” qui reprend le beat de Biggie et son Juicy légendaire, mais aussi des tracks plus introspectifs comme “Inspiration” ou “Pauvre con” où l’artiste se permet des vocalises bien senties, j’aime aussi beaucoup les titres laid back comme “Flemme à la folie” ou “Sanctuaire” avec une atmosphère west coast et des lignes de basses bien funky, c’est vraiment un bon délire.
Pour finir, je vous donne mon gros gros coup de coeur sur “Strawberry Hills” avec “Portail vert”, ce sample très soul et le texte très mélancolique sur le passé de Profeys nous transporte derrière les portes de ce portail.
Alors voilà, j’espère avoir rendu hommage à ce jeune talent, qui, j’espère saura trouver sa place dans l’univers musical hexagonal, en attendant, à vos mp3 et retrouvez Profeys ici, Ichiooooouuuu!!!

Laurent

Le rap, un art masculin? Détrompez-vous…


Trop souvent vu comme une musique hyper macho, réservé à la gente masculine, le rap est en réalité un art où les femmes ont une place historique et n’ont jamais été que des accessoires sexys pour les clips, elles ont du talent à revendre et des choses à dires et je vais vous en faire la démonstration aujourd’hui, j’ai pris le parti de diviser les artistes dont je vais vous parler en plusieurs catégories en commençant par celles qui ont ouvert les portes.

 

LES PIONNIÈRES:

A la fin des années 80, le rap est déjà bien installé comme la musique urbaine qui monte et il est vrai qu’à cette époque, le milieu est principalement masculin jusqu’à l’arrivée d’une certaine Roxanne Shanté, qui, selon mes connaissances est la première rappeuse a enregistré un morceau avec son “Roxanne’s revenge” en réponse à “Roxanne Roxanne” du groupe UFTO, voilà la guerre des Roxanne lancée et les débuts du rap au féminin. Les deux autres grandes figures de la genèse des filles dans le rap et ces deux-là ont probablement encore plus marquées l’histoire que Shanté, je parle évidemment de Queen Latifah et MC Lyte, les vrais fers de lance du mouvement ce sont elles. Queen Latifah propose un rap engagé, politique, sorte de pendant femme d’un Rakim, son “U.N.I.T.Y” résonne encore aujourd’hui comme un hymne à la paix. Quant à MC Lyte, c’est le talent à l’état pur, un flow génial, des rimes super affûtées, capable de proposer des morceaux engagés, comme des chansons pour faire la fête, la belle de Brooklyn sait tout faire. Il y eut bien sûr d’autres artistes marquantes à l’époque comme Yo-Yo, Salt’n Pepa ou Angie Martinez, la fameuse animatrice/rappeuse de la radio Hot 97 et vous les retrouverez dans la playlist.

 

LES FRENCHIES:

Avant de continuer sur les rappeuses US, je vous propose de traverser l’atlantique et de re/découvrir les talents hexagonaux, parce que mine de rien,on est gâtés aussi, en France. Vous connaissez probablement tous Diam’s, pas besoin d’en rajouter à mon avis, mais je vous conseille vraiment de fouiller un peu sur ce qu’elle faisait avant d’être célèbre, notamment avec Mafia Trece, “la boulette” envoyait du lourd. Je préfère me concentrer sur Casey, qui pour moi, textuellement est l’une des artistes les plus intéressantes, hommes/femmes confondus, son flow ne plaira pas à tout le monde, c’est sûr, moi j’adore, mais au niveau de l’écriture, peu de mc’s sont au niveau, son “Chez moi” où elle parle de “sa” Martinique est tout simplement génial. Dans le même genre, mais de l’autre côté de la carte, il y a Keny Arkana, cette jeune Marseillaise n’a que deux disques studios, mais de nombreuses mixtapes et des collaborations à gogo. Mais avant tout ça, nous aussi on avait des pionnières et si les noms de Lady Laistee, Sté Strausz ou Princess Aniès ne vous disent rien, s’il vous plaît, écoutez la playlist, parce que ces 3 nanas ont ouvert les portes pour les femmes dans le rap Français.

 

LES RAPPEUSES A TEXTE:

Retour aux US avec cette autre catégorie, celles qui ont message à faire passer et elles sont nombreuses dans ce cas. En réalité, c’est en écoutant une rappeuse actuelle que j’ai eu envie de faire cette chronique, l’artiste en question, c’est Rapsody, la nouvelle signature de Roc Nation (le label de Jay-Z) est tout simplement ma rappeuse préférée actuellement, techniquement, textuellement, je ne vois vraiment pas qui peut rivaliser avec cette nana. Ce n’est évidemment pas la seule, j’aimais énormément l’égérie féminine des Ruff Ryders, Eve, cette blonde avec ces pattes de chiens tatouées sur la poitrine avait un style unique et des morceaux mythiques. Sans doute moins connue mais tout aussi talentueuse, son équivalent dans le Flipmode Squad, la bande à Busta Rhymes, la géniale Rah Digga, au début des années 2000, elle régnait sur le rap underground, selon moi. D’autres telles que Jean Grae, l’acolyte de Talib Kweli ou Bahamadia sont à découvrir dans la playlist.

 

LES “SEXYS”:

L’autre catégorie et je mentirais si je disais qu’elle n’existe pas, je dirais même qu’elles sont sans doute les plus connues, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elles ne regorgent pas de talent, ce sont les mc’s sexys, évidemment, c’est aussi l’un des thèmes récurrents du rap, chez les hommes, comme chez les femmes. Récemment, le phénomène Cardi B qui a enflammé le web avec son “Bodak Yellow” ou Nicki Minaj avant elle, voire Iggy Azalea, même si carrière est un peu partie en flamme depuis, elles sont les fers de lance de cette génération est vous en avez sans doute déjà entendu parler, alors je vais revenir en arrière et plutôt faire la lumière sur les anciennes, qui étaient, à mon avis bien meilleures. Je parle de la sulfureuse Lil’Kim, le visage féminin de la grande époque Bad Boy, celle-ci même, qui se disputait les faveurs de Notorious B.I.G et au delà de son côté hot, elle a su proposer des morceaux très hip hop comme “Lighters up” ou “Whoa” par exemple. Même chose pour Foxy Brown, l’autre grand nom de l’époque, qui avec “Get me home” pertubait tous les gars qui écoutait, mais pouvait aussi nous sortir des tracks comme “I’ll be good” ou encore sa collaboration avec The Firm. Pour finir, je citerais Remy Ma, l’atout charme du Terror Squad, même si carrière a été interrompu par un séjour à l’ombre, elle est encore capable de nous sortir des bangers mémorables comme son “All the way up” sorti en 2016.

 

LES “BONUS”:

Pas forcément des rappeuses à plein temps, elles varient entre chants et rap, mais sont parfois même meilleures que les “vraies” mc’s, quelques noms en vracs qui apparaîtront dans la liste écoutables, je vous citerais en premier lieu, Ms Lauryn Hill, l’ex des Fugees est l’exemple parfait de la chanteuse capable de rapper mieux que la plupart, sur “Lost ones” par exemple, ou à l’époque des Fugees avec “Boof baf” par exemple. Missy Elliott aussi, difficile à classer, elle oscille entre rap et morceaux plus R’n’B, mais excelle à chaque fois. Que dire alors de Janelle Monae ou Kelis, géniales également dans les 2 rôles et j’ai failli oublier les anciennes de Salt’ N Pepa, pourtant inoubliables avec leur “Let’s talk about sex”.

 

Voilà, j’espère vous avoir convaincu que les clichés, ne sont pas toujours vrais et que même si certains sont réels, il faut parfois savoir passer au-delà pour découvrir de belles choses.

 

Laurent

Deux disques qui me donnent espoir pour le rap Français.


Je vais faire quelque chose que je ne fais pas habituellement, mais vu le nombre de sortie actuellement, je vais faire une exception à la règle, à savoir vous parler de deux albums dans la même chronique, à savoir celui de Demi Portion, “Super héros” et de “Masque blanc” pour S.Pri Noir.

Je dis dans le titre que ces deux disques me donnent de l’espoir pour le rap Français, parce que ça fait un bon moment que je n’avais pas accroché un album de rap hexagonal, comme ces deux-là, je pense depuis le dernier opus de Demi Portion à vrai dire… Il s’agit de deux styles assez différents, celui d’S.Pri Noir est estampillé du hip hop Parisien actuel, assez dur, sans concessions, avec une majeure partie de productions assez sombres, mais vraiment bonnes, c’est d’ailleurs par là que j’ai commencé à accrocher le disque, je me suis attardé seulement après sur les textes d’S.Pri, qui sont en réalité super bien écrit, après, j’ai toujours ce gros blocage à propos de l’autotune et ça m’a un peu freiné au départ.

Mais je dois dire que parmi les mc’s de la nouvelle génération qui (pour moi) sur-utilise cette technique, qui, à petite dose peut être une valeur ajoutée, S.Pri Noir se démarque quand même, parce que d’abord il n’oublie pas de kicker le mic au profit de ce chant robotique et en plus de ça, il a des textes vraiment marquants, notamment celui de “Seck” que j’ai trouvé magnifique. Les morceaux phares comme “Highlander” et “Skywalker” aussi sont puissant, j’aime beaucoup le featuring avec Nekfeu pour “Juste pour voir”, ce n’est pas la première collaboration entre les deux et franchement, ils tournent vraiment bien ensemble.

Par contre, en étant tout à fait objectif, les morceaux plus orientés club, comme “Fusée ariane”, ça ne prend pas pour moi, pour les raisons ci-dessus, mais aussi sans doute que c’est générationnel, donc passons…

Alors voilà, avec ce disque, je me dis que cette nouvelle générations de mc Parisien n’est pas dénué de talent et que peut être, j’arriverais de nouveau à m’intéresser à ce qui se fait près de chez nous.

Pour ce qu’il en est de “Super héros”, le cinquième album de Demi Portion, c’est plus une évidence pour moi, je vous en avais parlé pour son précédent disque, “2 chez moi” et j’avais déjà été très clair sur ce que je pense de Rachid de Sète, c’est un des grands du rap Français, aucun doute pour moi!!!

Pour “Super héros”, Demi P a rassemblé son équipe habituelle, DJ Rolxx et Sprinter, s’est enfermé à Sète et a masterisé la galette à Paris, le résultat : 14 titres solides, toujours ce message de paix et de respect, ses textes toujours pleins de références pop culture dans lesquelles je me retrouve beaucoup aussi, j’ai parfois l’impression qu’on a grandi dans la même chambre (rires), par exemple dans “Super héros” où il conclut par “Ma voix dans l’equalizer, le gardien de ma galaxie, un super héros qui s’appelle juste MC”. On entend d’ailleurs le fils de Demi P à la fin du track et on sent la relation entre eux, très forte et là aussi je m’y retrouve.

Côté featuring, un seul au programme sur les quatorze titres, un seul me direz-vous? Oui, mais ce n’est que l’un des 2 groupes les plus marquants de l’histoire du rap Français, ces messieurs d’IAM, pour le morceau “Comme un prince”, qui reprend le même sample que Dr Dre avait utilisé sur son dernier disque, pour le morceau “It’s all on me”. J’adorais déjà celui de Dre et je me suis posé la question quand j’ai entendu les premières notes, mais franchement, Demi P, Shurik’n et Akhenaton sont au niveau de la légende de Compton, le morceau est l’un de mes préférés du disque.

J’ai beaucoup aimé “Salam” aussi, qui revient sur ses origines Marocaines, le clip est vraiment chouette aussi, simple, mais les paysages sont magnifiques, le message de ce jeune qui a besoin d’autre chose, mais pas forcément de quitter son pays est intéressant, contraire à ce qu’on voit habituellement, à savoir que tout les Marocains veulent venir en France et que ceux qui sont là, veulent repartir au pays, ici, non, le gars aime son pays et part à sa découverte sans besoin d’ailleurs, c’est un bel hymne à ce beau pays qu’est le Maroc.

Pour finir, je vous dirais que le track que je préfère, c’est “Retour aux sources”, où Rachid raconte son histoire et son parcours dans le hip hop, simple, vrai, un véritable super héros du rap.

 

Laurent

Hip hop et Storytelling… indissociables.


Il était une fois le storytelling… voilà un aspect du rap que j’adore!!! Peu importe les époques ou la provenance, les mc’s du monde entier ont toujours affectionné cet art qui consiste à raconter une histoire en musique. Issue du vécu des artistes ou pure invention, ces tranches de vies ont donné le jour à quelques uns des morceaux  les plus géniaux du rap.

Je me suis amusé à faire une petite sélection, que j’espère, vous aller étoffez à travers vos commentaires, toutes les époques sont mélangées, les genres aussi, alors si vous avez des suggestions, n’hésitez pas, je les ajouterais avec plaisir!

 

La playlist Française

Quel meilleur track que cette “Trilogie” de Tandem pour commencer cette playlist? Le duo d’Aubervilliers en a même fait un court métrage avec tous les protagonistes du morceau, mythique!!! Vous allez également évidemment retrouver les maîtres du genre tels qu’Oxmo Puccino et son  “Pucc fiction”, qui en 3 minutes, nous offre le scénario d’un film de bandits façon Ox. Du Médine aussi, actuellement l’un des meilleurs avec Kohndo (présent lui aussi) pour raconter des histoires (généralement pas drôle), le “J’appuie sur la gachette” de NTM, l’un des morceaux les plus déprimants du rap Français. Pas de panique, il y aura aussi du fun avec ATK et son “Affaire hot dog” ou encore Diam’s en battle avec “Suzy”, les anciens aussi seront à l’honneur avec Fabe, coincé “Comme un rat dans le coin”, Les sages po’ dans leur “Train de minuit” ou le Ministère AMER qui courait “Plus vite que les balles”.

 

La playlist US

 

Chez les Américains, j’ai choisi “Stan” d’Eminem pour commencer, ce morceau où le fan obsessionnel de Slim Shady finit par se suicider à cause de son idole, en reprenant les paroles d’une de ses chansons est inoubliable et son clip tout aussi génial.

Comme pour l’hexagone, j’ai varié les époques et les styles, des tranches de vie de Masta Ace aux délires de Slick Rick, les histoires d’amour de Method Man ou l’ascension de Biggie, on touche un peu à tout.

L’une de mes préférés reste Common et son histoire d’amour avec le hip hop dans “I used to love H.E.R”, de la pure poésie, je vous en avais parlé dans une chronique précédente.

Impossible aussi de passer à côté des histoires Gangsta d’Ice Cube ou de Warren G.

2Pac est la aussi avec “Brenda’s got a baby” et “Dear mama” et pour finir, je ne me serais pas permis d’oublier l’excellent “Murder was the case” de Snoop, je voulais vous mettre le court métrage entier, mais la qualité de la vidéo était vraiment trop mauvaise.

Laurent

Nos samples rendez-vous #22 Mafia Trece et la B.O de Kung-fu


Que se passe t-il quand on prend la boucle du thème de l’une des séries les plus mythiques des années 70 et qu’on le mixe avec le groupe de rap Français le plus prometteur de la fin du siècle dernier? On se retrouve avec “A la recherche du mic perdu?” de Mafia Trece, le collectif de rappeurs issu du 13ème arrondissement de la capitale.

Morceau bonus du premier album de la mafia du treize, “A la recherche du mic perdu” transforme nos mc’s en moines Shaolin, à la recherche d’un moine renégat qui aurait volé le totem du temple : un micro d’or. La bataille de rimes peut commencer à la manière des meilleurs films de Kung-fu des Shaw brothers et la prod. de DJ Effa se prête parfaitement à cet exercice.

Et à propos de Kung-fu, venons en au sample dont il est question aujourd’hui: le thème de la géniale série Kung-fu, mais si, vous vous en souvenez, c’est la série ou Kwai Chang Caine (David Carradine) arpente les Etats-Unis avec sa flûte et son chapeau, à la recherche de son demi-frère, ça y est ça vous revient? Sinon, il y a un gros clin d’oeil dans Kill Bill volume 2 de Tarantino.

Cette série est illustrée par un superbe générique composé par Jim Helms avec du violon, de la harpe et quelques percussions chinoises est inoubliable pour quiconque l’a déjà entendu.

 

Laurent

Tout sauf une demi-portion…


Plutôt un poids lourd du rap selon mes critères, Rachid Daif alias Demi portion revient avec son quatrième album  «2 chez moi », tout juste deux ans après le succès critique de « Dragon rash » et un agenda de tournée dans l’hexagone et ses alentours, les attentes étaient élevées, mais le contrat est rempli et haut la main !

Les dix-huit titres s’ouvrent avec « Souvenirs » qui commence avec un dialogue de « The wire », à croire qu’il voulait me convaincre dès les premières secondes de l’écoute ! Cette intro donne bien le ton à l’album, une œuvre intimiste comme souvent avec l’artiste, entièrement produit de chez lui (d’où le titre de l’album), qui nous plonge dans l’univers de Demi P sans retenue.

Tout au long de cet opus, on retrouve l’artiste positif, toujours reconnaissant de ceux qui l’ont fait grandir dans son art, pour rappel, plus jeune, Demi portion participait aux ateliers d’écritures d’Adil el kabir auxquels étaient souvent invités des rappeurs proches d’Adil, notamment Fabe et la Scred connexion, Rocca où encore La rumeur. C’est peu dire que Rachid a été à bonne école et il le revendique et le dédicace régulièrement, ce qui est rare chez les mc’s d’aujourd’hui.

Difficile de parler de coups de coeur, car il n’y a pas vraiment de trous d’air dans l’album, mais si je dois en mettre quelques uns en avant, “Mon dico IV” avec son sample de Dexter, “Demi Pablo” qui vaut bien le morceau de Joey Bada$$ sur le même sample du générique de Narcos, “Planète Rash” et tous ces invités est aussi génial! “Pardonner” et “Magnifique” respectivement en featuring avec Kery James et Oxmo sont des tueries et “Danse avec les loups” et toutes ces références cinématographiques (énorme performance lyricale!!!), je m’arrête la sinon, je vais citer tout le skeud et ça n’aura plus de sens (rires).

Pour revenir à “2 chez moi”, selon moi, c’est une pépite qui ne tournera probablement pas suffisamment sur les pseudos radios hip hop d’aujourd’hui.Quand je l’écoute, je suis comme Demi P sur son nuage magique (voir la couv’ de l’album) je plane!!! C’est le hip hop que j’aime, celui qui a des choses à dire, des instrus vraiment travaillées, pas d’auto-tune, bref, le kiffe! Autant dire que chez Rachid, je me sens chez moi aussi.

Laurent

Essai transformé pour Gaël Faye.


Comme il était attendu ce second opus de Gaël Faye… Après son premier “Pili pili sur un croissant au beurre” de haut niveau et surtout ses prix littéraire pour “Petit pays”, nombre de ses auditeurs étaient curieux de savoir ce qu’allait nous pondre le mc Franco-Burundais, moi le premier.

Ce n’est pas véritablement un album que nous propose Gaël, mais un EP, puisqu’il n’est composé que de cinq titres, encore plus risqué donc puisqu’avec si peu de morceaux proposés, le droit à l’erreur n’est pas permis et là encore, le pari est réussi, vous allez pouvoir écouter ce disque en boucle sans problème.

Drôle de titre que “Rythmes et botanique” me direz-vous, surtout pour un disque rap, mais l’artiste n’est pas coutumier de faire comme les autres alors pourquoi pas…C’est le mélange entre la MPC et le piano, les deux éléments sonores de l’album avec d’un côté DJ Blanka et Guillaume Poncelet pour le piano, mais selon Gaël Faye, l’idée du titre lui est véritablement venu au jardin botanique de Lisbonne, devant un ficus elastica, dont les racines lui firent penser aux câbles que l’on peut retrouver par terre sur une scène musicale et l’envie lui est venu d’envoyer un freestyle végétal, j’adore le concept!!!

Musicalement, c’est très léché et assez proche de l’univers de “Pili Pili” sans thème défini, l’artiste est parfois révolté, comme dans “Irruption” parfois pensif, comme avec Saul Williams (seul invité de l’album) sur “Solstice”, Gaël jongle d’un style à l’autre avec brio.

Pour conclure, je dirais que ce disque n’est, j’espère, qu’un prémice à un disque encore plus fourni, car je suis absolument conquis par Gaël Faye, un artiste aux multiples facettes.

Laurent

Nos samples rendez-vous #13 : Fabe et George Benson


george-bensonVoilà un morceau qui porte bien son nom, car comme son auteur, il fait partie du passé du rap Français. Fabe, artiste engagé et important du rap des années 90/2000 a malheureusement quitté la scène il y a plusieurs années maintenant et c’est bien dommage. Pour ceux de ma génération, qui connaissent un peu son œuvre, il est reconnu comme l’un des plus habiles paroliers de sa génération, ses rimes ont bercé mes années collège et lycée (tu sais très bien que je parle de oit Riya) et c’est avec ce morceau que je l’avais découvert.

Issu de son premier album « Befa surprend ses frères », le single utilise un sample de George Benson sur le morceau « This masquerade », tiré de l’album « Breezin » en 1976. Le génial guitariste de Pittsburgh a été samplé un millier de fois, mais ce tout petit riff de guitare et cette voix si envoûtante est d’autant plus importante car elle a véritablement lancé sa carrière et lui a permis d’être récompensé d’un grammy.

Laurent