Archives du blog

Lucky Peterson-Jimmy Smith, Même Tribu !


Oui je sais, le titre semble osé! Mais si je l’empreinte à Claude Moine alias Eddy Mitchell dont le dernier album porte cet intitulé, ici c’est vraiment le cas! Lucky Peterson est issu de la culture gospel-blues (il a commencé tout jeune, par chanter du gospel dans les églises), multi-instrumentiste  de talent (batterie, guitare, orgue Hammond, basse) et bien sûr chanteur de blues depuis le début de sa carrière. Sa carrière déjà longue et jalonnée de très beaux disques gorgés de blues, soul, rhythm and blues, ont fait de ce musicien une figure emblématique de la scène musicale des 30 dernières années en Europe et aux Etats-Unis. Ses performances scéniques sont souvent de très haut niveau même le bonhomme a une forte tendance à « cabotiner ».

Son dernier bébé musical est un hommage à une grande figure du jazz des années 60-70, dont l’instrument de prédilection était l’orgue Hammond B3 : Jimmy Smith (photo).

Ce musicien dont style, le jeu percutant, inventif, résolument moderne, a influencé des groupes d’horizons différents comme Les Beastie Boys, Medeski Martin and Wood. Sa sonorité a même influencé les débuts de l’Acid Jazz. A côté de ça, Jimmy Smith a collaboré avec des chefs d’orchestres tel Lalo Schiffrin, Oliver Nelson, ou des musiciens comme les guitaristes Wes Montgomery et Kenny Burrell, le trompettiste Dizzy Gillespie, le pianiste Oscar Peterson. Bref, un poids lourd de l’histoire du jazz!

C’est donc à l’lui que Lucky Peterson a décidé de rendre un hommage bien mérité. Pour cela il s’est entouré d’un casting de musiciens 5 étoiles : Archie Shepp (saxophone), un duo de guitaristes formé par Philippe Petrucciani et le jeune mais très prometteur Kelyn Crapp aux guitares, le vétéran Herlin Riley tenant quant à lui les baguettes (vu ces dernières années aux côtés de Hiromi ou Ahmad Jamal). Le résultat de cet hommage en 9 morceaux est un savoureux mélange de blues, de swing, de rhythm and blues. Sans ostentation, sans en faire trop non plus, Lucky Peterson, hormis 2 morceaux où sa voix intervient (« Jimmy wants to groove », « Singing thissong 4 U »), laisse la place à la musique et c’est un régal. C’est chaud, ça swingue, et le talent de Peterson fait le reste tant au piano qu’à l’orgue Hammond (son instrument fétiche).

Une belle promenade musicale, en hommage à un superbe musicien disparu en 2005.

Parmi les morceaux de l’album voici mes préférés : « Night Train » dans une nouvelle version,  » The Champ », « Jimmy wants to groove » et « Back at the Chicken Shack ».

Guillaume.

 

Publicités

Torsten Goods, à la croisée des cultures….


TorstenGoods_pochetteTorsten Goods… cet artiste, jusqu’alors, m’était totalement inconnu. Renseignements pris, le bonhomme est un chanteur-guitariste-compositeur allemand, né à l’orée des années 80.

Après un apprentissage et des gammes auprès de Bireli Lagrène, Mike Stern (excusez du peu !!! ), il revendique une influence musicale tirée de Stevie Wonder, George Benson ou… Freddie Mercury. Belle palette !

Depuis 2001, le jeune musicien au look de jeune premier (voir pochette de son nouvel album), a déjà 5 disques à son actif. Le 6ème, Love comes to town, est un subtil mélange de toutes ses influences . Unlucky like me qui renvoie à Stevie Wonder et à Toto, Right here waiting, moment tendre de l’album (une reprise du titre de Richard Marx), Someone like you ou encore le standard jazz They can’t take that away from me, ici interprété en duo avec Viktoria Tolstoy, démontrent que le jeune chanteur-guitariste allemand est à l’aise en toutes circonstances. Outre la chanteuse suédoise,  il s’est adjoint les services de pointures comme le trompettiste Till Brönner, le tromboniste Nils Landgren.

Sans oublier When loves come to town, qui, certes de qualité, ne possède pas la magie de la version enregistrée par U2 et BB. King, figurant sur l’album de la bande à Bono « Rattle and Hum », sorti en 1988.

Au final, le résultat est certes agréable à écouter,  mais manquant parfois de fougue, de punch, de vérité, choses que réclament  le blues, la soul, le rhythm’n’ blues.

Je vous laisse donc juge…

Guillaume.

James Hunter le nostalgique


Naître en Angleterre, avoir commençé sa vie comme ouvrier, n’est pas nécessairement un frein pour chanter le répertoire de soul music, de rhythm and Blues! La preuve ?.. Jame Hunter et son sextet !

N’ayant pas écouté les précédents albums de cet anglais bon teint, son nouvel album « Minute bye minute » est à la fois une découverte et une révélation ! Ca fait beaucoup, penserez-vous !!! Et puis le répertoire soul chanté, repris, arrangé par un chanteur blanc, on connaî… !!! Certes, mais dès l’entame de l’album, il nous emmène, nous saisit avec sa voix légèrement rocailleuse, dont le timbre ressemble parfois à s’y méprendre à celui de James Brown,  les musiciens qui l’entourent nous entraînant à remonter le temps, période 60’s, où la black soul musicl a pris son envol.

Sans jamais être caricatural du genre, le sextet nous laisse découvrir une soul très simple, mais remplie de feeling, que je ne lasse pas d’écouter. L’alchimie du groupe est totale, le plaisir d’explorer ce répertoire, évident !  Le son des morceaux nous renvoie en échos les premiers enregistrements de Ray Charles, James Brown et consorts.  Les titres s’enchaînent sans faiblir, et c’est très très agréable ! Mais l’homme est éclectique, et le démontre. Outre le répertoire soul/ rhythm and blues, écoutez donc « One way love« , « Gold Mine« , « Nothin’ I wouldn’t do« , pour découvrir de jolies ambiances rock’n’roll… mais les cuivres ne sont jamais loin !

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé cet album.. A écouter sans modération !

Guillaume.