Archives du blog

Il était une fois… 1973!


Année qui voit la création de l’Europe à 9 pays dès le mois de janvier. Qui sera marquée par des réélections de présidents africains, au Sénégal (Léopold Cédar-Senghor) et au Gabon (Ali Bongo) avec des scores dignes de dictatures, par le coup d’état militaire au Chili en septembre avec l’arrivée au pouvoir du général Pinochet, et le suicide du président Salvador Allende. En octobre, Henry Kissinger, diplomate américain, reçoit le prix Nobel de la Paix en duo avec le nord-vietnamien Le Duc Tho, qui lui le refusera. En France, le mois de mai est le théâtre d’une manifestation pour revendiquer le droit à l’avortement et à la contraception pour les femmes. Juin voit le début de la grève chez Lipp, août 80.000 personnes déferler sur le plateau du Larzac pour protester contre l’extension du camp militaire, septembre est l’occasion de l’inauguration à Paris de la Tour Montparnasse, enfin en octobre, le parlement français (Sénat et Assemblée nationale) décide de la réduction à 5 ans du mandat présidentiel.

Cette année-là voit naître le journal « Libération » dont le premier numéro paraîtra le 18 avril 1973. Côté artistique, et d’abord au cinéma, si Brigitte Bardot annonce qu’elle arrête sa carrière de comédienne, il faut noter la sortie de films importants tels que : « Etat de siège » de Costa Gavras, « La grande bouffe » de Marco Ferreri, « L’emmerdeur », de Edouard Molinaro avec Lino Ventura et Jacques Brel, « Deux hommes dans la ville », de José Giovanni, avec Jean Gabin et Alain Delon. L’année 73 est année cruelle puisque nombre de personnalités des Arts disparaissent : le peintre Pablo Picasso, l’actrice italienne Anna Magnani, l’humoriste Fernand Raynaud, le violoncelliste et compositeur Pablo Casals, le réalisateur américain John Ford et le français Jean-Pierre Melville, sans oublier l’écrivain JRR Tolkien, père du « Hobbit » et de sa suite « Le Seigneur des Anneaux » paru en 1954-1955.

Maintenant, place à l’histoire inventée.

Soir d’automne. Installé dans mon salon, devant ma cheminée, sur les coups de 22H, le téléphone sonna. Au bout du fil (hé oui le Dieu Smartphone n’avait pas encore remplacé le téléphone en bakélite), Ringo, 40 printemps au compteur, un ami de longue date. Ses parents l’avaient nommé ainsi en hommage au batteur des Beatles. Il me dit qu’il avait un problème avec sa petite copine, Angie, 40 ans également, mère d’un enfant qui venait d’avoir 18 ans. Une anglaise très jolie.. Lui, originaire « made in » de Normandie, était fou amoureux d’elle. Il avait vraiment besoin de parler, de se confier. Leur couple traversait quelques turbulences depuis quelques temps. Alors plutôt que le téléphone, et malgré l’heure avancée de la soirée, je lui propose de venir dîner le soir-même. Un bon vin, un plat de pâtes et la nuit devant nous pour discuter. N’habitant pas très loin de chez moi, il était là moins de 15 minutes plus tard. Fils de parents divorcés, il a la maladie d’amour, le besoin viscéral d’aimer et d’être aimé. A 4o ans, il me dit qu’avec Angie, il a trouvé celle qu’il lui faut, pour la suite de sa vie. Qu’il envisage avec elle et pour elle le meilleur. Qu’Angie parfois, bien que réservée, lui confie qu’elle a rencontré avec lui l’homme de sa vie. Elle le surnomme « My love ».

Il souhaite lui faire découvrir la beauté de Venise en gondoles, mais aussi ses ruelles étroites, biscornues, ses immeubles aux façades délabrées qui parfois cachent de somptueux palais, sa place Saint-Marc, l’île de Murano, où parfois l’on croise les vieux mariés qui s’y promènent, nostalgiques de leur première venue. L’état de délabrement de cette cité lagunaire donne un sentiment de nostalgie d’un lointain passé glorieux. Il me fait part d’un projet : « Nous irons à Vérone, ville de Roméo et Juliette, nous aimer tranquillement, loin de la mélancolie parisienne ». Ringo et Angie coulent des jours heureux, sans monotonie, même si parfois le manque de money freine leurs envies.

Vers 5H du matin, la fatigue nous envahit d’un seul coup Ringo et moi, malgré le plat de pâtes et le vin qui nous tenaient compagnie. Comme un signal d’aller enfin  dormir. Je lui proposais alors de l’héberger afin qu’il dorme tranquillement. Mais avant de le laisser rejoindre Morphée, il me fallait me débarrasser d’un secret qu’Angie m’avait confié voilà quelques semaines, n’osant en parlé directement à Ringo : Elle m’avait indiqué, au cours d’une discussion un après-midi, qu’elle avait un message personnel à dire à Ringo, mais n’osait pas, de peur de le brusquer. De lui, elle voulait un enfant. Partagé entre la colère et la bonne surprise, Ringo eut du mal à réaliser. Il me dit alors, qu’au fond de lui, il le désirait depuis longtemps. Il n’en voudrait pas à Angie. Il l’aime trop.

La vie, leur vie, leur amour, allaient prendre un nouveau départ.

Guillaume.

Publicités