Archives du blog

1 an en musique : 1984


Décidément, les années 80 sont un véritable crève coeur pour faire une playlist, à chaque fois je sélectionne cinquante titres et pour en sortir douze dont un inavouable, croyez-moi bien que je m’amuse…

Je ne pouvais pas passer à côté de ma déesse musicale absolue, MADAME Sade Adu avec son inoubliable “Smooth operator”, son timbre de voix, ce saxophone et les percus qui rythment ce morceau, c’est juste indescriptible “Coast to coast L.A to Chicagoooooo…” Ah la la je ne m’en lasserais jamais, je pourrais faire toute la chronique sur ce morceau si je m’écoutais. Allez on se reprend, y’a d’autres chose de qualité dans cette playlist de 1984, vous y retrouverez les géants de la pop Anglaise, à savoir Queen emmené par un Freddie Mercury inoubliable en travesti avec son aspirateur pour “I want to break free”, le batteur chauve le plus célèbre et la chanteuse aux cheveux les plus explosifs, respectivement Phil Collins et Tina Turner, pour les magnifiques “Against all odds” et “What’s love got to do with it?”

J’ai aussi mis deux fois George Michael, d’abord avec Wham pour le pétillant “Wake me up”, je pense que si vous cherchez une tenue pour illustrer le style pop début 80, le mini short et le sweat rose de George me paraissent être un choix judicieux. Et puis, j’ai aussi choisi le superbe “Careless Whisper” qui a un peu lancé la carrière solo de l’artiste, encore une fois, comme pour Sade, le saxo me transporte, je suis fan!!!

Mes années basket aussi sont représentées avec le morceau qui servait de chauffeur de salle pendant les temps morts des matchs des Chicago Bulls de Michael Jordan, le “Jump” de Van Halen, la madonne est là aussi, Jermaine, le frère de MJ aussi, pour son “When the rain begins to fall” avec Pia Zadora.

Je ne vais pas vous détailler toute la liste, mais juste finir par mon inavouable, qui, pour une fois, n’en est pas vraiment un, c’est plus une dédicace à Guillaume, fan absolue de Scorpions, qui me sifflote régulièrement dans les oreilles leur “Still loving you” et également ce qui est, pour moi, l’un des plus grands morceaux de l’histoire de la musique, le « Purple Rain » de Prince, dont je vous reparlerais plus tard dans une prochaine histoire d’une chanson.

Voilà, sur ce et attendant 1985, je vous souhaite une bonne écoute…

Laurent

Publicités

Les Scorpions battent en retraite


A l’occasion de la ressortie par RCA / Sony, de 3 albums majeurs unis dans un même coffret (In trance, Virgin Killer, Taken by force) de la carrière du groupe de rock allemand Scorpions, au moment même où ceux-ci tirent leur révérance musicale aux 4 coins de la planète, j’ai envie d’évoquer brièvement leur parcours.

Fondé en 1965 à Hanovre, par Rudolf Schenker, guitariste, rejoint en 1969 par son petit frère guitariste Michael et le vocaliste Klaus Meine, Scorpions va prendre son envol musical en 1972, avec le disque « Lonesome crow ». Michael Schenker part en 1972, Uli Jon Roth puis Matthias Jabs se succèderont alors à la guitare solo. De 1972 à 2010, le groupe va distiller un hard rock mélodique, solide, porté par la voix superbe et l’enthousiasme scénique de Klaus Meine.

Après une période créative faste jusqu’au milieu des années 80, ils connaîtront un creux de 1992 à 2000.

Leur foisonnante discographie comporte des pièces maîtresses : Virgin Killer, Tokyo tapes 1978, Black Out (1982), Love at first sting (1984). Les 2 derniers albums, Sting in the Tail, Comeback, forment un testament musical de qualité.

Ils ont contribué à ouvrir la voix à leurs successeurs tels que Accept, UDO, ou plus récemment Gamma Ray, Helloween ou Rammstein.

Scorpions, soyez tranquilles, la relève est bien là.

Guillaume.