Archives du blog

The Third


pochette_Kitty-daisy&lewisLes deux soeurs et le frère, Kitty Daisy & Lewis, nous présentent là leur 3ème album The Third. Comme pour les précédents, ils nous proposent de nous replonger dans le rock des années 50. Le disque est entièrement enregistré sur bande analogique.

Ces 3 anglais sont multi-instrumentistes et sont passionnés de blues, de rock’n’roll, country, swing et soul. Comme pour les deux autres albums, on peut souligner la présence du grand trompettiste jamaïcain Eddie Thornton.

Cet album est une réussite, d’une grande qualité sonore, propre, clair et net. Mais voilà parfois, moi, les bons élèves, ça m’énerve un peu… Mais bon, cet album est efficace dès les premières notes vous avez le pied qui commence à marquer le rythme. Il nous donne c’est évident une forte envie de bouger, ne cherchons pas plus loin…

Michèle

 

Publicités

Blue Note, label historique du Jazz…


BlueNote_pochette
Blue Note, label de jazz fondé en 1939 fête gaillardement ses 75 ans d’existence cette année ! Initié par Alfred Lion et Francis Wolff, le graphiste Reid Miles les rejoindra dès 1956, signant  les pochettes de disques. Ce trio sera complété par l’ingénieur Rudy Van Gelder, enregistrant tous  les artistes du label, avec ce qu’on appellera le « son Blue Note » sur la période 1952-1970. D’abord tourné vers le swing et le groove, le bebop, par goût de ses créateurs, Blue Note, va ainsi signer et aider à  faire connaître des musiciens tels que Horace Silver, Miles Davis, Thelonious Monk, Jimmy Smith, Herbie Hancock, Sonny Rollins, Wayne Shorter… entre beaucoup d’autres.

Bien sûr, Blue Note, comme tout label de musique, va connaitre une période de disette créatrice, financière, au début des années 70, après le retrait de ses fondateurs, et sera dissout en 1981. 3 ans plus tard, le label renait de ses cendres par la volonté de Bruce Lundvall, qui va dès lors entamer un gros travail de réédition des albums du catalogue Blue Note.

D’abord exclusivement tourné vers le Jazz, Blue Note va se tourner progressivement vers un élargissement de son catalogue, n’hésitant pas, à ce jour, à intégrer des artistes venus d’autres horizons musicaux tels que Norah Jones, le rappeur Oxmo Puccino, ou le chanteur Claude Nougaro (à l’occasion de son album « La note bleue »), seront signés et enregistrés par ce label mythique, qui a permis d’écrire les plus belles pages de l’histoire musicale du 20 ème siècle. Ainsi Cannonball Adderley et son « Somethin’else », le « One night at Birland » d’Art Blakey, « Blue Train » de John Coltrane, « Reach » de Jacky Terrasson, ou « Aurora » d’Avishaï Cohen figurent sur le catalogue Blue Note, qui compte à ce jour, plus d’un millier de références!!

Vous pourrez retrouver quelques-uns des artistes enregistrés sur ce label, à l’Espace musique.

Guillaume.

Andrea Motis, nouvelle pépite jazz


Qu’ont donc en commun Joss Stone, Nikki Yanofsky, Yana Bibb, Mina Agossi, et Andrea Motis ? outre d’évoluer dans le monde du jazz, elles ont toutes démarré très jeunes, et bien qu’évoluant dans des styles différents, toutes ont obtenu la reconnaissance du monde du jazz, du public. Andrea Motis, dernière « née » de cette lignée de jazzwomen au talent précoce, est une chanteuse-trompettiste née à Barcelone. Elevée par un père trompettiste, elle apprend vite le saxophone et la trompette, intègre à 12 ans seulement le Sant Andreu jazz Band, dirigé par… Joan Chamorro. A 17 ans, en 2012, elle est repérée par Quincy Jones himself, lors du festival de Jazz de Barcelone.

Joan Chamorro & Andrea Motis, Feeling good est (déjà) le second album de la jeune prodige catalane. Entre les registres swing, intimiste, bossa, Andrea Motis promène sa voix légèrement suave, avec une aisance déconcertante, un plaisir non feint, bien entourée par le bienveillant Joan Chamorro et un ensemble de musiciens espagnols ou catalans. Elle revisite les classiques du jazz « Feeling good », « Between the devil and the deep blue sea », « Solitude », de brillante manière. Les orchestrations du Joan Chamorro Band sont subtiles, mettant en avant, soutenant la voix Andrea Motis.

A l’écouter chanter, ou jouer de la trompette, on est saisi par tant d’aisance, de facilité vocale, musicale. L’album « Feeling Good », riche de 16 titres, se termine par « Lullaby of Birdland », chanson mythique du répertoire jazz jadis  interprétée par Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald, Blossom Dearie… entre autres. Elle relève le gant avec brio.

Comme l’indique le titre de l’album, on se sent bien à écouter cette talentueuse interprète. A 19 ans seulement, Andrea Motis nous bluffe. Espérons que cela dure longtemps !

Guillaume.

Toujours aussi douée la petite…


pochette_Nikki_Yanofsky_Little_SecretCa y est à 20 ans elle fait partie des grandes, la petite protégée de Quincy Jones, Nikki Yanofsky est revenue au mois de mai avec un nouvel album Little secret.

Notre petite canadienne, toujours passionnée de jazz nous présente un cd très jazzy avec quelques pointes de pop. Selon ses termes « c’est un mélange de neuf et de vieux ».

Depuis son premier album, il y a 4 ans, son évolution est considérable, sa voix puissante encore plus maîtrisée.

Vous ne pourrez pas vous empêcher de battre la mesure et de swinguer avec elle, et pourquoi pas l’accompagner sur ses scats virevoltants.

Un ++ à Jeepers creepers 2.0, reprise de la chanson de Louis Armstrong.

Michèle

 

Ils m’épuisent !


Pour débuter 2014, je voudrais vous parler d’un coup de coeur que j’ai eu fin 2013. Ce coup de coeur c’est pour un trio strasbourgeois Lyre le temps et leur nouvel album Outside the Box. Un swing-electro, oui mais pas que, un véritable voyage qui commence par Welcome et finit par Goodbye. Un voyage à travers le temps, l’espace et les musiques (hip hop, charleston, jazz, electro…). Et surtout une véritable fraîcheur, une créativité, accompagnées d’une énergie impressionnante (que l’on retrouve sur scène).

Une sacrée pêche, et d’ailleurs après avoir écouté plusieurs fois ce cd, mes pieds et ma tête sont fatigués d’avoir trop balancé. Allez je vais me coucher !

Il ne faut surtout pas passer à côté !!!

Michèle.

Big Bad Voodoo Daddy… ou la nostalgie fidèle


BigBad VoodooDaddy_pochette

Parfois, le hasard des écoutes fait bien les choses. Ici la bonne surprise vient d’un septet californien, Big Bad Voodoo Daddy.

Bien sûr, le registre musical proposé (un clin d’oeil aux années swing, aux fanfares), a déjà été réalisé par bien d’autres musiciens. Mais ce qui frappe ici, c’est la fraîcheur, le plaisir de jouer, chanter, qui se dégage des morceaux qui composent « Rattle and Bones« , huitième opus de ce septet virtuose.

A l’écoute de leur musique, nous sommes transportés dans les rues de Chicago, la Nouvelle-Orléans, années 30, et l’on  imagine les hommes en costumes 3 pièces, les femmes en jolies toilettes, les premières voitures signées Ford, les bars enfumés… où les parties de cartes avaient place, bref toute une époque ici évoquée, suggérée, dans une farandole de notes qui vous embarquent et ne vous lâchent plus.

Alors, que vous soyez nostalgiques de cette belle époque, ou tout simplement amateurs de musique enjouée, festive, ce disque vous est destiné. Une belle façon de démarrer 2013.

Guillaume.