Archives du blog

Gregory Alan Isakov, la country-folk new look.


Il n’avait rien enregistré depuis »The weatherman » paru en 2014. Qui ça donc, vous demandez-vous sûrement? Je veux évoquer le chanteur-guitariste-auteur-compositeur Gregory Alan Isakov. Parcours atypique que le sien, puisque né en Afrique du Sud à Johannesburg, puis émigré très jeune aux Etats-Unis, précisément à Philadelphie (ville sujet d’une chanson de Bruce Springsteen et lieu principal d’un film avec Tom Hanks, Denzel Washington et Jason Robards, »Philadephia », sorti en 1993).

Issu de ce mélange de cultures, de sons, de musiques, Gregory Alan Isakov, va se tourner vers la folk, la country. Auteur-compositeur de ses textes et musiques, il va, en plus de chanter, jouer alternativement de la guitare et du banjo. Musicien prolixe, depuis 2003 et son premier disque « Rust colored stone », il a publié déjà 5 albums. « Evening machines« , sortie en 2018, est donc son septième opus.

A l’égal d’Emilie Marsh, dont je vous ai parlé dans une précédente chronique pour son album « J’embrasse le premier soir », j’ignorais également jusqu’à l’existence de Gregory Alan Isakov. Il n’est jamais trop tard pour apprendre dit-on. Voilà donc cette omission réparée. Malgré son patronyme a consonance russe, je l’ai indiqué plus haut, Isakov vient d’Afrique du Sud.

Très loin des conventions que requiert la musique folk-country (usage de guitare dobro, harmonica, un peu de violon et une voix traînante sinon nasillarde), dont les maîtres furent successivement Woody Guthrie, Willie Nelson, Kris Kristofferson, Emmy Lou Harris, sans oublier évidemment Bob Dylan, Isakov concocte une folk-music aux orchestrations léchées, voire sophistiquées, sans pour autant que cela trahisse la nature de ses textes. d’ailleurs, étonnement, le premier morceau, entamé par un duo piano-voix sur lequel vient vite se greffer le reste de l’orchestre, avec notamment un violon, nous laisse à penser que nous écoutons de la pop. Loin s’en faut.Le morceau est emprunt de nostalgie, à l’image de la photo de couverture, en noir et blanc.Une jolie entrée en matière. Dès « San Luis », on bascule vraiment dans la folk comme il semble aimer la construire. légère, souple, avec des instruments bien présents, ici une batterie à balais, une contrebasse et des choeurs.

Puis l’album défile, déroule tranquillement et Isakov propose toujours à nos oreilles, enfin les miennes en l’occurence, une folk inventive, où le banjo vient parfois se glisser comme sur « Bullet hole ». Gregory Alan Isakov possède une façon de chanter, presque narrative, qui n’est pas sans rappeler Roger Waters dans « The Wall », Bono dans « One », « America », « Where the streets have no name », ou bien encore Bruce Springsteen dans « Streets of Philadelphia », entre autres exemple. C’est un vrai bonheur pour moi de découvrir ce musicien.

« Was I just another one », « Caves », « Chemicals » s’enchainent par la suite sans que l’attention de l’auditeur ne retombe, même si le dernier nommé, une petite perle démarrée guitare-voix, ambiance début de journée, devant un café, mal réveillé, est d’une grâce à ravir. « Dark, Dark, Dark » nous ramène à un schéma plus traditionnel, avec l’appui de violon, de tambourin et de percussions.Sur ce morceau, Isakov nous gratifie de son talent au banjo.Tranquillement. Si j’aime un peu moins les deux titres qui suivent, « too far away » et « Where you gonna go », j’adore par contre « Wings in all black » qui clôt l’album. Une chanson qui pourrait se chanter au coin d’une cheminée ou sur une plage, devant un feu de camp.

Globalement, ce « Evening machines » est pour moi une belle réussite, que je vous invite à écouter, découvrir. Gregory Alan Isakov, un musicien sur lequel il faut s’attarder.

Guillaume.

1 an en musique : 1987


Le mélange des genres continue en 1987, hip hop, rock, musique de films, vous allez trouver un peu de tout dans cette playlist, prêt pour un bond dans le temps?

Alors, nous revoici en 1987 et c’est le grand pas vers l’école primaire pour ma part, fini les doudous et les tétines, je suis un grand, je rentre en CP!!! Et pour m’accompagner dans cette grande étape de ma vie scolaire, rien de tel qu’une bande son au top, avec notamment la suite des premiers pas du gangsta rap dans la west coast Californienne avec le “Boyz’n the hood” de ceux qui allaient devenir le groupe le plus dangereux d’Amérique, les NWA de Dr.Dre et Ice Cube. L’an passé, je vous avais mis le prem’s sur le coup, Ice T, mais la vraie rampe de lancement de cette branche, c’est bien mes chouchous de Compton. Pour rester dans le rap, je vous ai mis deux des groupes les plus mythiques de l’autre côté des US, à savoir le Boogie Down Production de KRS-One venus tout droit du “South Bronx” et évidemment le God MC, Rakim et son compère Eric B. pour “I know you got soul”.

Alors bien sûr, il n’y a pas que du rap dans les douze morceaux et je vous mentirais si je vous disais que c’est ce que j’écoutais à six ans. Non, j’ai une grande sœur de quatre ans mon aînée, donc ce que j’écoutais, c’est ce qu’elle écoutait et à l’époque, il y a eu deux films musicaux qui sont sortis et dont les tubes n’ont pas décollés du top 50 de Marc Toesca. Il s’agit de “La Bamba” des Los Lobos, même si pour moi ce sera toujours Richie Valens qui l’incarnera sous les traits de Lou Diamond Philips. Et puis comme “on ne laisse pas bébé dans un coin”, je ne pouvais pas passer à côté de l’inoubliable “Dirty Dancing” et de son “Time of my life”. Çà, ça a vraiment tourné en boucle à la maison et pas qu’en 1987…

Pour garder un peu de R’n’B aussi, je vous ai mis un peu de Whitney, un soupçon de Smokey Robinson et une pincée de Ready for the World, pas mal non?

Je vous ai promis du Rock aussi et je n’ai pas oublié les fans de la série “Friends” qui n’auront sans doute jamais oublié LA chanson de Ross et Rachel, le sublime “With or without you” de U2, un slow à vous tirer les larmes. Mes lecteurs des “Samples rendez-vous” auront le droit à leur bijou aussi, avec la boucle du “Changes” de 2pac, tirée du morceau de Bruce Hornsby “That’s just the way it is”.

On a presque fait le tour du sujet, il me reste simplement à vous faire part de mon inavouable habituel et celui-ci, c’est le spécial Chérie FM de la route des vacances avec Madame, LE morceau de Jean Jacques Goldman : “La-bas”. Allez, avouer que ma femme et moi ne sommes pas les seuls à casser la tête de nos enfants en faisant une cover façon casserole du hit de JJG?

Laurent